Angers soutient la diffusion de la musique amateur


Rédigé par - Angers, le Vendredi 8 Juin 2012 à 15:54


Êtes- vous prêts à monter sur scène ? C’est la question que pose la Ville d’Angers à tous les musiciens amateurs indépendants, seuls ou en groupe, et qui souhaitent s’exprimer dans le cadre d’un concert ou un événement musical. Un dispositif de soutien à la musique existe depuis 2008. Il a permis a de nombreux musiciens de sortir de l’anonymat, mais il n’est pas très connu.



De l'installation spontanée de la Fête de la musique au concert sur scène, il n'y a qu'un pas...
De l'installation spontanée de la Fête de la musique au concert sur scène, il n'y a qu'un pas...
la rédaction vous conseille
La plupart des musiciens amateurs aspirent à monter un jour sur une scène pour s’exprimer devant leur public. La fête de la musique, dont la prochaine édition aura lieu, comme tous les ans, le 21 juin prochain, permet au musiciens de profiter des espaces et dispositifs organisés par la collectivité pour jouer quelques morceaux, mais pour le reste de l’année ce n'est la même chanson.

D’où la mise en place, depuis 2008, par la Direction des Affaires Culturelles de la Ville d’Angers d’un dispositif de soutien financier aux groupes amateurs et émergents qui souhaitent se lancer dans l’aventure scénique.

« La spécificité de ce dispositif c’est d’être animé de manière participative » (et non pas administrative), explique Rachel CAPRON-ORON, adjointe au centre-ville d’Angers, déléguée au spectacle vivant et aux musiques actuelles. « Nous souhaitons surtout favoriser l’organisation de concerts pour les groupes émergents et notamment pour ceux dont le principal revenu n’est pas la musique ».

Même s’il fédère les acteurs culturels et les musiciens locaux le dispositif est relativement ouvert. Il est piloté par une instance constituée des acteurs locaux intéressés, associations, maisons de quartier, bars et cafés concerts, musiciens, le Chabada, dont l’objectif est d’accompagner les porteurs de projets, de les conseiller dans la préparation de leur demande et examiner leur dossier.

« La commission ne porte pas de jugement sur la qualité des projets, d’autant que nous voulons favoriser la diversité musicale, mais plutôt sur leur faisabilité », poursuit Rachel CAPRON-ORON

Une commission bienveillante qui accompagne les porteurs de projets

Pour pouvoir bénéficier de ce dispositif il suffit d’être domicilié et d’organiser le concert ou le festival musical sur le territoire de la métropole angevine. Il faut aussi que la programmation proposée comporte au moins 50% de musiciens amateurs. Ce sont les principaux critères d’admissibilité auquel s’ajoutent les conditions d’accueil et l’application de la réglementation inhérente à la diffusion artistique ainsi que la tarification.

Le dossier téléchargeable sur le site de la Ville d’Angers est examiné chaque mois par la commission qui donne une réponse rapide. Après avoir vérifier le contenu et le budget, la commission peut faire des préconisations aux porteurs de projet. Après validation de la commission le dossier est ensuite soumis à l’approbation du Conseil Municipal.

En 2011, cinquante journées et soirées concert sont ainsi été financées pour un budget total de 60 397 €. Des soirées cafés concerts et dans les maisons de quartier, des tremplins musicaux, soirées au Chabada, concert de plein air ou en salle ont ainsi bénéficié de ce soutien non négligeable pour des amateurs. De l’Hip Hop Contest organisé dans le quartier Saint Aubin en mai 2011 , en passant par le 7ème tremplin de la chanson française organisé par l’AMJA (Action pour des musiques jouées autrement), les soirées « bœuf blues » du T’es rock Coco ou le festival « Bouche à Oreille » de Bouchemaine, de plus en plus de groupe constitués sollicitent ce dispositif.

« Parfois on voit des projets un peu rock’ roll (c'est le mot). On fait de la pédagogie et de l’expertise pour des musiciens qui ne savent pas toujours comment régler les problèmes techniques ou d’embauche », complète un membre de la commission d’examen des dossiers. « Nous refusons très peu de dossier. Mais c’est de l’argent public alors parfois nous donnons des conseils pour que les porteurs de projets puissent mieux préparer leurs dossiers et les représentent lors d’une prochaine session ».

Plus d’information et dossier : www.angers.fr/pret-a -monter-sur-scene -monter-sur-scene




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag