Angers, une vingtaine de migrants africains expulsés d'une maison


Rédigé par - Angers, le 21/08/2015 - 10:57 / modifié le 15/10/2015 - 08:20


A proximité de Biopole, une vingtaine de migrants, principalement somaliens, occupaient une maison inhabitée, propriété d'Angers Loire Métropole, depuis près de six mois. Ils ont été expulsés jeudi matin. Seuls, deux d'entre-eux ont été relogés. Le Collectif de soutien aux sans-papiers dénonce une décision brutale et un "gâchis" humain.



Une vingtaine de migrants occupaient les lieux depuis six mois (capture vidéo/Naz Oke).
Une vingtaine de migrants occupaient les lieux depuis six mois (capture vidéo/Naz Oke).
la rédaction vous conseille
Pas de témoin. Pas d'image. C'est en toute discrétion que s'est déroulée l'évacuation des lieux, au lieu dit La Petite Pignonnière à Saint-Barthélémy-d'Anjou, à proximité de Biopole, jeudi matin. Une discrétion à laquelle tenait manifestement les services de police. Car selon nos sources, ceux-ci ont préféré reporter une opération programmée initialement mardi matin, pour contourner l'organisation d'un rassemblement de soutien dont ils avaient pris connaissance.

"On est au mois d'août et plusieurs d'entre nous ont pris des vacances ou ne sont pas disponibles. Il n'y avait que les demandeurs d'asile au moment de l'arrivée de la police" indique Pierre-Jean Bourdon, du Collectif de soutien au sans-papiers, pas vraiment surpris cependant par la nouvelle. Validée par la justice il y a plusieurs mois, l'évacuation de la maison, occupée depuis janvier, par une vingtaine de migrants africains, était dans les tuyaux.

L'agglomération d'Angers, propriétaire de l'habitation -rachetée parmi d'autres maisons supportant les nuisances de Biopole- avait saisi le Tribunal d'instance, pour récupérer son bien. Le commandement d'huissier ordonnant l'expulsion avait été reçu le 27 avril et les résidents bénéficiaient depuis d'un délais. Qui sont ils ? Uniquement des hommes : 18 Somaliens,1 Tchadien et 1 Soudanais, selon la préfecture de Maine-et-Loire.

15 personnes sans solution de logement

Celle-ci a indiqué vendredi matin que deux d'entre-eux, "sous protection subsidiaire", avaient été relogés. Par "protection subsidiaire", il faut entendre manifestement "en situation administrative régulière". Ce qui ne semble pas être le cas des 18 autres. Une personne a été placée en garde à vue pour usurpation d'identité; une autre, sous le coup d'une obligation à quitter le territoire français (OQTF) a été retenue administrativement et devrait être reconduite aux frontières; une troisième "sera reconduite en Italie".

Restent 15 autres personnes, de nouveau à la rue aujourd'hui, et qui n'auraient pas encore procédé, selon les premières précisions préfectorales, à leur demande de régularisation. Des informations qui restent cependant à vérifier. Dans une lettre ouverte aux autorités publiée sur son blog, le Collectif de soutien aux sans-papiers dénonce un "couperet", "fatidique, inhumain, brutal, cynique et cruellement politique".

"Certains habitants vivaient dans cette maison depuis 6 mois. 6 mois durant lesquels ils ont tissé des liens avec l’agglomération angevine, prenant des cours de français à Bouchemaine ou à Saint Barthelemy d’Anjou, allant et revenant incessamment entre Angers et ses dédales administratifs et leur hébergement, certes provisoire" écrit le Collectif, "(...) vous pourrez toujours les déplacer à votre guise mais ça ne changera rien aux problèmes multiples auxquels eux doivent faire face."




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

11.Posté par Un ange vint le 10/09/2015 16:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salut à tous,

La France a une tradition d'accueil et elle doit accueillir dans un soucis d'humanité ceux qui sont obligés de quitter leur pays au risque de se faire torturer et tuer. Il n'est pas anormal de leur fournir un toit et une couverture sociale. Mais ce qui ne va pas dans notre pays, ce n'est pas d'accueillir des demandeurs d'asile, mais de ne pas leur demander une contrepartie, comme ce devrait être le cas pour ceux que l'Etat indemnise (migrants, chomeurs, etc ). Il n'est pas normal...

10.Posté par Julien Bertrand le 10/09/2015 15:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Normal qu'ils soient expulsés ! je paye mon loyer avant d'aller faire les courses.. car je sais que si je paye pas je peux me retrouver à la rue... Eux ont le droit à tout, ne payent rien, cmu sur notre dos etc.. c'est trop facile de pleurer pour dire j'ai faim, j'ai pas de travail ! Aucun honneur !

9.Posté par Anjou le 10/09/2015 13:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur "Où est la priorité"...
On vous penserait DRH de l'UMP ( pardon des Républicains -? -) tellement vos arguments sont les mêmes.

Ces gens là ont réussi à monter les nantis contre les classes moyennes et les fonctionnaires, les parents contre les profs, les travailleurs précaires contre ceux qui touchent le RSA, les chômeurs contre les SDF, le "bon Français né en France, Monsieur!" contre tout ce qui est d'une autre couleur, etc...
Vous parlez de la dette, des chômeurs, du FN.... Sans dou...

8.Posté par Daniel Fleury le 27/08/2015 13:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Occupez vous de celui qui est près des chez vous"...... C'est une logique qui se défend. Sa famille, son voisin, celui qui est près de son coeur..... mais pourquoi chrétien, français, blanc, que sais-je comme critère souvent cité ? Ces vingt là étaient près de chez vous, ici, en France, à Angers. Et ils ne prenaient rien à personne, étaient disposés à donner eux aussi le peu qu'il pouvait avoir, leur "chemise à de plus pauvres qu'eux" comme dit la chanson. Où avez vous vu que refouler les ré...

7.Posté par Un ange vint le 22/08/2015 09:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien sur qu'il n'ait pas normal que des résidents français soient de la précarité et il faut tout mettre en oeuvre pour que ce ne soit pas le cas, sous peine d'en faire de nouveaux migrants prêts à partir vers des pays plus avantageux. Pour autant ce n'est pas une raison suffisante pour ne pas secourir ceux qui sont dans la difficulté quelque soit leur nationalité. Ce sont avant tout des êtres humains qui ne viennent pas ici de gaité de coeur. Que ferez-vous si demain vous ne pouvez plus vivr...

1 2 3














Angers Mag











Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30
Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00



cookieassistant.com