Angers, ville du « Street Art »


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 20/02/2010 - 14:26 / modifié le 21/02/2010 - 23:06


En accueillant « ARTAQ AWARDS », le premier concours international de « Street Arts », la ville d’Angers ambitionne de devenir une référence internationale en matière d’arts urbains. Du 27 au 30 Mai, les ténors de la spécialité recevront leurs récompenses à Angers, avant de partir pour une exposition itinérante vers Paris, Bruxelles, Londres, Lyon et Rome. Excusez du peu.



Angers, ville du « Street Art »
la rédaction vous conseille
Verra-t-on bientôt des tags géants sur les murs du château d’Angers ? Dans une ville où la jeunesse est souvent confrontée à l’esprit famille et bourgeois, ce serait très intéressant ! » signalait un internaute. Effectivement, il y a fort à parier que cette nouvelle idée, que l’on verrait plus se développer à Paris ou dans toute autre grande métropole, ne laissera pas insensible les esprits rétrogrades installés depuis des décennies dans la cité du Roi René. C’est donc un pari osé pour la ville d’Angers, que les plus jeunes devraient accueillir avec enthousiasme, mais peut-être pas les plus agés. Ce n’est donc pas gagné car il va falloir donner à cette forme d’art toute sa dimension, laquelle passe aussi par des créations sauvages.

Comme l’affirme la Mairie d’Angers, par l’intermédiaire de son site web : « Longtemps desservi par l'image du "tag" vandale griffé en deux coups de bombe sur les murs de l'espace public, le street art acquiert aujourd'hui ses lettres de noblesse. Il s'expose dans les galeries, gagne les musées et s'impose comme une spécialité artistique à part entière, au même titre que le pop art ». Le Street Art est un mouvement très populaire, du fait même de son espace de création. Il suscite l’engouement du public par sa fraicheur, son éclectisme, sa richesse et sa générosité. Son langage et ses codes ont inspiré les plus grands créatifs, notamment dans la publicité et la mode, faisant de ce nouvel art, une composante incontournable de notre culture.

Fin Mai, le festival ARTAQ s’installera dans les lieux culturels angevins, et pas obligatoirement les structures avant-gardistes, si l’on peut dire dans une ville comme Angers. Le Quai, le Chabada, la Galerie 5 de la bibliothèque universitaire, les plus contemporains en passant par l'abbaye du Ronceray, le Grand Théâtre, l'Hôtel de Ville et même le centre du bien-vieillir Robert-Robin, accueilleront ce festival qui devrait donner un bon coup de jeune à Angers.

La rue ne sera pas oubliée, puisque des panneaux seront installés en divers points de la ville, ainsi que dans des lieux permettant au public d’assister à des performances artistiques en direct et pourquoi pas s’initier aux Street Arts.

Ce festival, unique en son genre, sera aussi l'occasion de décerner les « Artaq awards », un concours de très haut niveau qui récompensera les meilleurs artistes de rue, venus du monde entier, dans cinq catégories (peinture-collage, sculpture, art numérique, photo et performance in situ). Selon les organisateurs le but est d'être la compétition de référence que tout jeune artiste rêve de gagner. Les concurrents peuvent s’inscrire jusqu’au 30 avril.

Les créations des lauréats seront visibles à Angers jusqu'en septembre. Elles rejoindront ensuite une exposition nomade qui parcourra l'Europe jusqu'en juin 2011 (Paris, Bruxelles, Londres, Lyon, Rome). Un livre témoin de l’événement, « l’Artaq Bookzine », présentant les travaux des lauréats, des nominés, et des artistes participant aux expositions pendant le Festival sera édité à l’issue de la compétition.

Pour en savoir plus sur le 1er Street Art Awards et s'inscrire.




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag