Anjou Ailes Rétros 2010 : un succès sans précédent


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le Mardi 31 Août 2010 à 14:45


Avec près de 10000 visiteurs pendant ce dernier week-end d’Août, les organisateurs bénévoles de la neuvième édition d’Anjou Ailes Rétro, sur l’aéroport d’Angers – Marcé, ont atteint les sommets. Le survol de la manifestation par l’Airbus A380 est certainement l’une des raisons de ce succès, mais pas seulement.



L'airbus A380 pendant son passage à pleine vitesse
L'airbus A380 pendant son passage à pleine vitesse
la rédaction vous conseille
Dimanche après-midi, ce 29 Août le président du Musée Régional de l’Air et du GPPA (Groupement pour la Préservation du Patrimoine Aéronautique), François BLONDEAU, n’en revenait toujours pas en voyant le public s’agglutiner devant les barrières de sécurité et les automobiles trouvant difficilement une place sur les nombreux parcs de stationnement aménagés pour la circonstance. Un énorme bouchon routier s’était même formé aux abords de l’aéroport. « Nous pouvons remercier la Gendarmerie laquelle a fait un travail formidable pour réguler la circulation et réduire les temps d’accès au site », tient à préciser le président.

Pour cette neuvième édition qui accueillait un plateau assez relevé d’avions plus ou moins anciens, le plus souvent restaurés par des passionnés d’aviation, les organisateurs avaient bien fait les choses puisqu’ils avaient aménagées des zones permettant au public d’accéder au pied des engins, sans pour autant pénétrer sur la piste, sécurité oblige.

« A l’origine nous organisions un meeting entre copains, puis progressivement, un peu poussés par les militaires, nous avons organisé un véritable événement, sans pour autant perdre la convivialité du début », commente François Blondeau. « Ce meeting aérien, qui passionne visiblement les angevins, est notre manifestation phare. Une centaine de bénévoles auxquels s’ajoutent des amis venus de toute la France, contribuent à sa réussite. C’est certainement le second plus gros meeting organisé par des civils, après celui du Bourget ».

Le plus gros succès de ce week-end aéronautique fut sans conteste le passage du mastodonte de l’aviation civile : l’Airbus A380. Ce dernier était basé à Nantes pendant les deux jours pour des journées portes ouvertes réservées aux personnels des usines Airbus de Nantes et Saint Nazaire, lesquels participent à la construction de l’engin. « C’était une opportunité pour nous. Nous en avons profité ». L’engin est passé à environ 300 pieds (une centaine de mètres) au dessus de la piste d’Angers, trois fois pendant les deux journées, train d’atterrissage sorti, train rentré et en pleine accélération. Du grand spectacle et la possibilité pour les spectateurs d’en admirer les moindres détails. Ensuite l’engin est reparti vers Toulouse, son aéroport d’attache.

Les avions fascinent toujours autant le public

Le transall de l'Escadron Anjou, basé à Evreux, ouvert à la visite du public
Le transall de l'Escadron Anjou, basé à Evreux, ouvert à la visite du public
Bien sûr d’aucuns auraient aimé que l’A380 se pose afin de pouvoir le visiter comme ce fut la cas du Transall de l’escadron Anjou de la base d’Evreux, autre gros succès du week-end. Malheureusement, si la piste est un peu juste, « c’est surtout sa structure qui ne résisterait pas au poids de l’engin », tient à préciser le président Blondeau.

La Patrouille de France, de passage entre deux meeting, avec ses fumigènes tricolores, les démonstration d’hélitreuillage de la Gendarmerie de Saint Nazaire, les évolutions de la patrouille acrobatique Cartouche Doré de Cognac ou encore les parachutistes de l’Air, ceux qui se posent avec précision devant la tribune présidentielle le 14 Juillet, ont également eu les faveurs du public.

Mais cette grande fête de l’air c’est aussi celle des fondus d’aviation, qui viennent en équipe présenter l’avion qu’ils ont restauré comme le Dassault Flamand, le premier appareil construit par l’ingénieur lors de son retour de captivité, venu d’Alençon (Orne) ou le légendaire Douglas DC3 Dakota de 1943, « la bonne à tout faire de la dernière guerre », lequel s’est illustré pendant le débarquement de Juin 1944, en larguant des parachutistes au dessus de Sainte Maire l’Eglise. A cela s’ajoutaient des anciens Fouga Magister de la patrouille de France et plusieurs vieux coucous, tous en état de vol, sortis tout droit du musée de l’Air d’Angers.

L’an prochain ce meeting aérien d’exception fêtera son dixième anniversaire. Les bénévoles devront se surpasser. « Pour cela il nous faudrait la navette spatiale », dit en souriant le président. « Plus sérieusement si nous pouvions avoir la Patrouille de France pendant ces deux jours ce serait formidable. Le plus difficile sera la stationnement des visiteurs, car un spectacle de cette qualité c’est au moins 12000 spectateurs assurés par jour ».




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Anthony le 03/09/2010 18:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Super rendez-vous, hélas amoindri par le fait que notre aéroport n'est pas assez développé. résultat pas assez de pub, encore trop peu d'avions en comparaison de ce qui se fait ailleurs et une piste trop juste de 1650 mètres efficaces, pas assez renforcée qui par conséquent n'a pu accueillir la star de cette édition 2010 l'Airbus A 380 .
Pour le reste je trouve juste hallucinant que d'Angers à Marcé, aucun panneau n'indique la direction de l'Aéroport de la 17eme ville de France, qu'il s'agisse...








Angers Mag