Anjou Vélo Vintage : le pédalage rétro sur les bords de Loire


Rédigé par - Angers, le 23/04/2013 - 07:35 / modifié le 25/04/2013 - 22:13


En seulement deux ans, l’Anjou Vélo Vintage est devenu le rendez-vous incontournable des « amoureux » de la petite reine et de la mode rétro. La prochaine édition qui aura lieu les 22 et 23 juin prochain s’annonce déjà comme un millésime exceptionnel, l’un des circuits reprendra l’une des étapes mythiques du premier Tour de France, en 1903, entre Angers et Saumur.



Le grand-bi, l'une des attractions de l'Anjou Vélo Vintage
Le grand-bi, l'une des attractions de l'Anjou Vélo Vintage
la rédaction vous conseille
Qu’est ce que l’on pourrait faire pour faire parler de l’Anjou ? » lançait en 2011 Christophe Béchu le président du Conseil Général de Maine et Loire. Une campagne TV, des publicités dans le métro ? « Trop cher, pour une collectivité qui tente de gérer son budget au plus juste », appuyait alors le président.

L’idée géniale, c’est le directeur de la communication du Département Thierry Gintrand qui l’a eu. Ancien champion cycliste, médaillé aux Jeux paralympiques d’Atlanta, comme accompagnateur d’un cycliste non voyant, il proposa, en parallèle de la grande fête du vélo organisée en juin sur les bords de Loire depuis 17 ans, un rendez-vous du « cyclisme rétro ».

Passionné lui-même, il n’eut pas de mal à convaincre son président, de l'intérêt de se lancer dans un événement « vintage », un mot anglais utilisé à l'origine pour qualifier les vins millésimés (hors d'âge). Amusant quand on sait que l’événement appelé « Anjou Vélo Vintage » a été lancé à Saumur, un des hauts lieux vinicoles du Val de Loire. La boucle ainsi bouclée, il suffisait de laisser le vin reposer et attendre qu’il se bonifie.

Ce que savait Thiérry Gintrand c’est que le « vintage » a le vent en poupe, les nostalgiques de ces belles années d’après-guerre où l’on prenait le temps de vivre le dimanche sur les bords de Loire, celles des guinguettes et des midinettes en robe vichy, intéressent de plus en plus de monde. La mode « vintage » se développant il n’en fallait pas plus à cet événement pour connaitre, en moins de deux ans, le succès que personne ne lui prédisait. Tout au moins pas si rapidement.

Un événement sportif, branché, authentique et solidaire

Christophe Béchu en compagnie de Jean-Marie Leblanc lors de la présentation de l'édition 2013 d'Anjou Vélo Vintage
Christophe Béchu en compagnie de Jean-Marie Leblanc lors de la présentation de l'édition 2013 d'Anjou Vélo Vintage
De 500 inscrits, venus essentiellement des environs de Saumur en 2011, ils étaient 1400 l’an dernier, dont de nombreux étrangers, des Anglais notamment, très accros de cette belle époque. « A la mi-avril nous sommes déjà au même nombre d’inscrits que l’an dernier. Nous serons donc beaucoup plus pour cette troisième édition, les participants venant de 13 nationalités », déclarait le président en présentant le prochain AVV. Et la région de Saumur, laquelle profite en premier des retombées économiques, est prête à accueillir le double s’il le faut.

« Grâce à une étude réalisée par les étudiants de l’ESTHUA d’Angers (*), nous avons pu calculer que les retombées économiques pour la région de Saumur étaient de 300€ par participants. S’il faut accueillir 3000 participants nous nous adapterons », explique Bernard Le Nud, l’adjoint aux finances de la ville de Saumur. La ville a d’ailleurs pris les devants puisque le village de l’événement, installé initialement sur l’esplanade de l’Hôtel de Ville déménagera en juin, sur la place du Chardonnet, beaucoup plus grande.

Le succès de cet évènement, le Département de Maine et Loire, le doit, ironie de l’histoire, aux télévisions du monde entier qui dès la seconde année ont senti le vent venir, parlant ainsi de l’Anjou, sans que cela ne coûte un sou à la collectivité, ou presque. Moins cher qu’une campagne de pub, en tous cas.

Même Christian Prudhomme, l'actuel du Directeur du Tour de France s’est ému de ce succès : « Je suis jaloux que nous n’ayons pas eu cette idée avant vous », a-t-il fait savoir à Christophe Béchu.

Mais dans l'affaire la grande boucle n’est jamais bien loin, puisque, outre les nombreuses animations, l’un des circuits proposés en juin prochain empruntera, année du centenaire du Tour oblige, l’un des parcours mythiques de la première année de la grande épreuve cycliste, entre Angers et Saumur. Cette commémoration à laquelle participeront de nombreux champions cyclistes : Raymond Poulidor, Joop Zoetemelk et l'angevin Régis Delépine, vainqueur d’une étape en 1977, sera parrainée par l’ancien champion cycliste, journaliste et directeur du Tour, Jean Marie Leblanc.

Rendez-vous branché, sportif et authentique, avec un salon du rétro, un concours d’élégance et une soirée jazz et swing qui se mariera avec les fines bulles des crémants de Saumur et sa région, l’Anjou Vélo Vintage est aussi un événement solidaire, plusieurs ateliers d’insertion, tant dans la préparation des vélos anciens que des vêtements, étant associés à ce grand moment de nostalgie.

Pour en savoir plus : www.anjou-velo-vintage.com

(*) Esthua : Ecole Supérieure du Tourisme et de l’Hôtellerie de l'Université d'Angers, composante universitaire, appelée désormais ITBS (Ingénierie du Tourisme, du Bâtiment et des Services), est également installée dans le Pôle universitaire de Saumur.

Le film annonce de l'édition 2013





Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag