Après Technicolor, une unité industrielle partagée ?


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Angers, le 20/12/2012 - 08:20 / modifié le 20/12/2012 - 09:27


Tard mercredi soir, l'agglomération d'Angers a précisé le sens de sa participation aux enchères dans un communiqué de presse. Elle vise notamment à soutenir la mise en place, in situ, d'une unité industrielle partagée. Avec "200 emplois à la clef".



Daniel Loiseau, vice-président de l'agglo en charge de l'économie : "Notre mobilisation est toute entière tournée vers cet objectif."
Daniel Loiseau, vice-président de l'agglo en charge de l'économie : "Notre mobilisation est toute entière tournée vers cet objectif."
On n'en connaît pas bien les contours. Mais il y a bien un projet qui justifie la stratégie de rachat global appliquée mercredi lors de la mise aux enchères du matériel de l'ex-usine Thomson/Technicolor. Et il porte un nom dont on avait déjà entendu parler lors des négociations entreprises il y a quelques mois pour tenter de trouver un repreneur, avant liquidation : une unité industrielle partagée.

A l'époque, le nom du groupe tourangeau Minerva avait été avancé, comme porteur, avec d'autres entreprises électroniques, de ce projet qui vise à mutualiser sur un même site des outils industriels de production de petites et moyennes séries. Minerva est-il encore dans la course ? Le communiqué transmis hier soir ne le précise pas, pas plus qu'il ne nous renseigne sur la nature exacte du projet. Mais il donne, au moins, le ton d'une détermination politique.

"La période d’observation a permis de mettre en lumière de fortes potentialités en matière de sous-traitance électronique sur des moyennes séries, soutient l'Agglo, 200 emplois sont à la clef. C’est donc un enjeu majeur et prioritaire pour le territoire". « Notre mobilisation est toute entière tournée vers cet objectif » indique Daniel Loiseau, le vice-président en charge de l’économie.

"Les élus d’Angers Loire Métropole sont persuadés de la viabilité du projet et de sa faisabilité au sein d’une filière de l’électronique professionnelle pour laquelle les collectivités territoriales se mobilisent en portant, aux côtés des acteurs de la filière, le projet de campus de l’électronique, poursuit le communiqué, Il convient de rappeler que le projet d’IUP est en outre très compatible avec l’accueil d’autres projets industriels sur le site du boulevard Birgé."

Et l'agglo de justifier donc le recours hier à la faculté de réunion, pour acquérir l'ensemble du matériel nécessaire à son projet. Projet qu'il reste cependant à concrétiser. "Pour aboutir, deux obstacles sont encore à lever : l’acquisition de l’immobilier, d’une part, et l’apport d’une charge suffisante pour démarrer progressivement l’activité, d’autre part" reconnait-elle.

Jean-Claude Antonini qui avait promis de racheter l'outil, parle d'un "pari sur l’avenir" : "nous le faisons car nous savons la vitalité de la filière électronique et nous croyons en son avenir à Angers."











1.Posté par Jacques le 20/12/2012 14:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand les fonctionnaires commencent à "jouer" dans le "privé", c'est très dangereux pour les habitants de l'agglo qui peuvent s'attendre à payer encore plus d'impôts! Ce n'est pas à l'agglo de se lancer dans des paris risqués et coûteux.

2.Posté par laurent le 27/12/2012 14:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
quand les actionnaires dirigent l'économie... on en voit aussi les effets à Technicolor, bradé pour gagner quelques euros supplémentaires des dividendes... vous en faites parti sans doute jacques !

3.Posté par Anthony le 29/12/2012 17:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pardon de charger "une fois de plus" la mule Loiseau qui accumule un fardeau impressionnant. Mais comment apporter quelque crédit que ce soit à ce monsieur qui (jusqu'à preuve du contraire) n'a jamais rien réussi sauf à nous faire miroiter des montagnes de bonne intentions, hélas non suivies d'effets ?

200 emplois qu'il nous dit ? Biennnnnnnn, plus que 9800 à trouver pour nous sortir de la mouise, car je lui rappelle qu'il nous en a promis 10 000 sur les 5 ans à venir.

Aussi on peut lui faire ...















Angers Mag