Au Secours Populaire, le répit estival n'existe pas


Rédigé par - Angers, le 15/08/2015 - 09:00 / modifié le 18/08/2015 - 08:15


En juillet, le nombre des bénéficiaires de l'aide alimentaire proposée par l'association a doublé à Angers. Un signe, à tout le moins, que la précarité n'a pas connu de répit cet été. Bien au contraire selon les responsables du Secours Populaire, la période estivale révèle plus crûment la réalité de la pauvreté.



Stéphane Lepage, le secrétaire général du Secours Populaire de Maine-et-Loire, dans le centre de distribution alimentaire de la rue du Maine à Angers
Stéphane Lepage, le secrétaire général du Secours Populaire de Maine-et-Loire, dans le centre de distribution alimentaire de la rue du Maine à Angers
la rédaction vous conseille
Mercredi, 15h. Au 22 rue du Maine près de la chambre d'agriculture, on se presse à l'entrée du centre de distribution alimentaire du Secours Populaire. Les femmes, seules ou avec enfants, composent la très grande majorité du public qui patiente. Dans les locaux d'accueil adjacents, les rires des enfants se mêlent aux voix des adultes, bénéficiaires et bénévoles, qui échangent. Il y a de la vie. "C'est un lieu de pose et de lien social, rappelle Stéphane Lepage, le secrétaire général du Secours Populaire de Maine-et-Loire. Et c'est presque aussi important que l'aide alimentaire que viennent chercher les gens ici."

Autant de monde un jour d'août, on s'interroge tout de même : "Normal ?" . "Certainement pas. Les premiers constats pour juillet montrent que l'on a doublé le nombre de bénéficiaires par rapport à juillet 2014 : nous sommes passés de 600 foyers à 1200 pour le seul centre d'Angers." Soit près de "3 800 bénéficiaires". "C'est une réelle surprise et il est trop tôt pour bien l'analyser" explique Stéphane Lepage. Certes, comme chaque été, une partie des autres associations qui proposent de l'aide alimentaire à Angers, ont réduit ou cessé leurs distributions. Certes, les conséquences de la crise économique sont toujours là. Mais 100% d'augmentation, ça pose question, d'autant que dans l'autre centre de distribution de l'agglo, à Trélazé, "c'est très tendu aussi."

Familles monoparentales, demandeurs d'asiles et "de plus en plus de jeunes"... la typologie des publics accueillis cet été ne diffère pas beaucoup des autres périodes de l'année. En attendant la reprise normale des activités de ses consoeurs sociales, le Secours Populaire qui a réduit à 4 (contre 6 habituellement) le nombre de distributions de son centre d'Angers par semaine, fait donc le dos rond. Malheureusement, presque une question d'habitude. "C'est toujours à couteaux tirés" reconnait Stéphane Lepage, qui ne s'inquiète pas tant des risques de pénurie de denrées alimentaires, que de l'épuisement de ses bénévoles.
Les bénévoles ? "On leur demande de plus en plus et l'inquiétude, c'est de voir certains stopper devant l'ampleur de la tache."

Ils sont une soixantaine à donner régulièrement de leur temps, rue du Maine, sachant qu'entre 12 à 15 personnes sont nécessaires pour répondre aux besoins primaires (l'alimentation donc) d'un jour de distribution. "On leur demande de plus en plus et l'inquiétude, c'est de voir certains stopper devant l'ampleur de la tache. La société, encore une fois, ne met pas assez en valeur leur rôle primordial" prolonge le responsable départemental du Secours Populaire.

Comment l'association appréhende-t-elle la rentrée ? Plusieurs actions sont en préparation : une opération de rentrée scolaire solidaire en lien avec la Sadel, la coopérative angevine de fournitures scolaires et la participation à une autre opération nationale de solidarité avec la Grèce cette fois-ci. A la fin du mois, une collecte spécifique sera mise en place dans deux supermarchés de l'agglo - Auchan à Avrillé et Super U à Beaucouzé - pour récupérer denrées et alimentaires et fournitures scolaires à destination de familles grecques dans le besoin. Pour cette action, le Secours Populaire escompte réunir 22 poids-lourds en France.

Départ d'un groupe de 10 enfants du Maine-et-Loire, le 5 juillet dernier  en gare d'Angers  pour un séjour en colonie à Temple sur Lot (photo Secours Populaire).
Départ d'un groupe de 10 enfants du Maine-et-Loire, le 5 juillet dernier en gare d'Angers pour un séjour en colonie à Temple sur Lot (photo Secours Populaire).
Des aides concrètes pour "les oubliés des vacances"
A l'initiative du Secours Populaire, près de 70 000 personnes vont converger de toute la France vers Paris mercredi prochain dans le cadre de la Journée des oubliés des vacances. Organisée traditionnellement en région, cette journée a pris une autre ampleur cette année dans le cadre du 70e anniversaire de la création de l'association d'aide sociale. A bord de 11 cars, ils seront près de 600 à partir du Maine-et-Loire. Au programme : matinée découverte de Paris et grand rassemblement festif au Champ de Mars l'après-midi.
Cet été, 700 personnes dans le département ont bénéficié des initiatives "vacances" prises par le Secours Populaire, soit dans le cadre d'une aide au départ de familles, d'accueil en colos ou, pour certains jeunes, dans des structures familiales volontaires. Le budget global de ces initiatives s'élève à 140 000€ pour le Secours Populaire. Les familles sont sollicitées systématiquement, en moyenne "à hauteur de 10% du prix marchand" des séjours. Le reste est financé via des partenariats, des subventions "en baisse" (elles pèsent 20% environ du budget) et principalement les fonds propres de l'association.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30


cookieassistant.com