Au conseil municipal d'Angers, le temps de la mise en route


Rédigé par - Angers, le 15/04/2014 - 09:17 / modifié le 15/04/2014 - 21:21


Attributions, règlement intérieur, indemnités, délégations... Le nouveau conseil municipal d'Angers s'est réuni lundi pour acter la poursuite de sa réorganisation, lancer l'audit financier de la ville et le Grenelle des rythmes scolaires. Une réunion sans vague.



Studieux, à l'image de Daniel Dimicoli (au premier plan), le conseil municipal d'Angers s'est appliqué à acter toutes les attributions et représentations de ses membres. Sans débat et donc sans vague.
Studieux, à l'image de Daniel Dimicoli (au premier plan), le conseil municipal d'Angers s'est appliqué à acter toutes les attributions et représentations de ses membres. Sans débat et donc sans vague.
la rédaction vous conseille
Pour un peu Christophe Béchu s'en serait presque excusé en fin de séance auprès du public, venu encore en nombre tenter de jauger des effets de son arrivée, à moins que ce ne soit du potentiel de réaction de sa minorité. Lundi soir, le deuxième conseil municipal de sa mandature s'est achevé sur une impression d'unanimité naturellement surprenante pour qui garde à l'esprit l'ambiance de la campagne électorale.

Mais la campagne est finie. Et le nouveau maire d'Angers en est le premier conscient, il est encore trop tôt pour les débats de fond et les véritables oppositions. Comme convenu, cette deuxième séance technique s'est donc appliquée à acter les attributions, délégations et représentations des élus au sein de l'organisation municipale et dans toutes les instances où ceux-ci ont lieu de porter la voix de la ville.

Depuis le Conseil International pour les Initiatives Ecologiques Communales (ICLEI) jusqu'à la Commission pour la Promotion de l'Egalité des Chances et de la Citoyenneté (COPEC), nous vous ferons grâce d'entrer dans le détail des quelque 80 délibérations nécessaires pour cela - au demeurant, si vraiment vous tenez à ces détails, vous pourrez les retrouver d'ici quelques jours sur le site internet de la ville dans le cahier des délibérations - pour n'en retenir que quelques-unes.

2756€ d'indemnité (brut) comme sa première adjointe

La première concerne le régime des indemnités de fonction des élus. Sujet sensible et à haute valeur morale par les temps qui courent. Sujet technique aussi car calculé "par référence à l'indice brut terminal de l'échelle indiciaire de la fonction publique" et en appliquant "un barème selon la strate démographique de la commune". Passons pour ne retenir que les montants adoptés par le conseil municipal à l'unanimité :

- 2756€ brut mensuel pour le maire et sa première adjointe
- 2000€ pour les 20 autres adjoints
- 700€ pour les 21 conseillers municipaux délégués
- 285,11€ pour les 12 conseillers simples, autrement dit ceux de la minorité

Deux remarques : la première mise en avant par Christophe Béchu, pour constater que la somme globale engagée se trouve "25% au-dessous du plafond théorique" et "5% en-dessous" des montants engagés par l'équipe précédente; la seconde pour ne surtout pas interpréter trop hâtivement ces chiffres sachant que le conseil municipal d'Angers compte quatre élus de moins qu'en 2008 et que, cumul de mandats oblige, du fait de l'écrêtement de ses propres indemnités, Christophe Béchu ne pouvait à fortiori pas prétendre à plus que le montant soumis au vote.

"Vous engagerez vous à déclarer votre patrimoine ?" lui a demandé Gilles Mahé. " À titre personnel, cette déclaration est déjà publique depuis fin février", a indiqué le maire d'Angers, précisant que ses adjoints auraient deux mois (jusqu'au 1er juin) pour le faire à leur tour.

Satellites et représentants

Que retenir ensuite de la désignation des représentants de la ville dans toutes ses organisations satellitaires et associées ? Qu'elle correspond souvent sans surprise, au prime abord, aux attributions qui sont les leurs. À l'image de Catherine Leblanc (tourisme, relations internationales, rayonnement) à Angers Loire Tourisme, Angers Expo Congrès ou encore l'Institut Confucius. De Roch Brancour (urbanisme et aménagement du domaine public) à la Sodemel, l'Agence d'urbanisme de la région angevine (AURA), la Société publique locale Angers Agglomération ou encore le Syndicat mixte d'études et d'aménagement du Plateau de la Mayenne.

Christophe Béchu représentera lui-même la ville aux conseils d'administration de Terra Botanica, à l'Office Municipal des Sports, à l'Aura et au Syndicat d'aménagement du Plateau de la Mayenne. On notera aussi que Frédéric Béatse, l'ancien maire d'Angers, conserve une place au sein du conseil d'administration de la Société publique locale Angers Rives Nouvelles. Et que c'est lui même qui a pointé dans la liste des établissements scolaires où la ville doit là aussi être représentée, que plusieurs écoles n'existaient plus ou avaient changé de nom...

Les activités péri-scolaires resteront gratuites

Comme attendu, deux délibérations d'orientation générale ont été adoptées également lundi soir sur le lancement d'un audit financier de la ville d'abord, et celui du Grenelle des rythmes scolaires ensuite. L'audit vise à faire le diagnostic financier de la ville et de ses satellites et à déboucher sur "de premières pistes d'économies", selon le vœu de Christophe Béchu. "Nous souhaitons que le cabinet choisi travaille sur un cahier des charges et pas un cahier à charge" a indiqué, au nom de la minorité, Anthony Taillefait.

Concernant la relance de la concertation autour de l'organisation des rythmes scolaires, on sait désormais qu'elle sera conduite par Caroline Fel, adjointe à la petite enfance et à la famille. Entretiens individuels, plateforme de témoignages sur Internet (à partir du 25 avril) et questionnaire aux familles doivent conduire à des préconisations d'ici à fin mai. Luc Belot, l'ex-adjoint à l'éducation a pris soin de rappeler qu'une concertation avait déjà guidé la mise en œuvre de la réforme l'an passé. Et Alain Pagano, toujours pour la minorité, de rappeler son attachement à la gratuité des activités périscolaires. "Elle ne sera pas remise en cause" lui a assuré Christophe Béchu. Et ne fera donc pas partie des questions abordées lors de la concertation.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Il vafalloiryretourner le 15/04/2014 17:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
SCANDALE EN VUE :

Le conseil municipal en place est illégal, un simple recours administratif le prouverait car plus du quart du conseil municipal n'habite pas Angers !
EN CONSEQUENCE, toutes les décisions prises pourront être annulées !!!!!!!

"Les conseillers forains sont des personnes membres du conseil municipal
résidant dans une autre commune. Le troisième alinéa de l'article L. 228 limite le
nombre conseillers forains : le nombre maximum autorisé est égal au quart du
conseil municipal dans les...

2.Posté par Ange20 le 15/04/2014 20:33 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand on ne sait pas lire le code électoral on la ferme. En lisant le L228 jusqu'au bout vous auriez vu qu'il est admis que ce chiffre soit dépassé et que dans ce cas c'est le R121-11 du code des communes qui s'applique. Et pan sur le bec.

3.Posté par Michel49 le 16/04/2014 16:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Concernant l’indemnité du maire, bel effet d'annonce, Un peu de sérieux et vérité serait les bienvenus pour le maire d'Angers..
Indemnité mensuelle d'un sénateur est de 13 340€.
Répartie comme suit :: 7 100,15 € bruts par mois qui comprend une indemnité de base (5 514,68 €), une indemnité de résidence (165,44 €) et une indemnité de fonction non imposable (1 420,03 €). Cela représente 5 388,72 € nets par mois. Outre ces indemnités, le président du Sénat perçoit par ailleurs une indemnité de fonc...

4.Posté par Daniel Fleury le 16/04/2014 16:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bon, l'effort semble équitablement réparti, comme nous disait notre Premier Ministre ce matin.
Je n'ai rien contre le fait de rémunérer les élus, ce qui parfois n'est pas suffisant pour éviter la corruption d'ailleurs, mais dans ce temps où on invite à la "responsabilité" et où les primes annuelles de certains ouvriers de Peugeot atteignent les sommes faramineuses de 45 euros.... J'ai du mal à avaler les 50 milliards d'économie que ces élus défendent avec des mots ronflants, alors qu'ils encai...

5.Posté par Jean le 16/04/2014 21:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Ange

Surement raison, cependant ça reste scandaleux tout de même qu'il y est autant de non Angevin au sein de ce conseil, tous bords confondus...















Angers Mag











Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46



cookieassistant.com