Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Mardi 2 Septembre 2014







« Au moment de la nuit », désir et amour s’en mêlent


Rédigé par - Le 05/07/2011 - 07:23 / modifié le 05/07/2011 - 07:23


Samedi soir, après la remise des prix du concours des compagnies, le cloître du Ronceray d’Angers accueillait Au moment de la nuit. Une pièce d’après les œuvres de « La nuit et le moment » de Crébillon fils et « Le pain de ménage » de Jules Renard, adaptée, mise en scène et interprétée par Nicolas Briançon, aux côtés de Anne Charrier.



Anne Charrier et Nicolas Briançon, dans la pièce Au moment de la nuit
Anne Charrier et Nicolas Briançon, dans la pièce Au moment de la nuit
Les deux textes choisis par Nicolas Briançon pour cette pièce datent du 18ème siècle pour l’une et du 20ème pour l’autre, mais pour autant, la situation des deux personnages reste totalement crédible, une fois transposée à notre époque. La nuit dans une chambre, deux cœurs esseulés, un homme, une femme, il n’en faut pas plus pour que désir et amour se croisent, se mêlent puis se séparent.

Dans la première partie, tirée du texte de Crébillon, elle, écoute de la musique seule dans sa chambre. Un homme, un ami, s’invite et le dialogue, tant textuel que gestuel s’installe entre les deux personnages. Alors qu’elle était en robe de soirée noire, la femme revient en tenue de nuit, couleur crème à paillettes et se glisse sous ses draps, dans son lit.

L’homme se trouve dans le désir ardent de conquérir son amie, mais elle, méfiante, n’a de cesse de le repousser. Et bien sur, plus elle le repousse, plus il revient vers elle. Accorder des faveurs ? « Je n’en accorde aucune, ou alors je les accorde toutes », a-t-elle tout juste le temps de lui avouer, avant qu’il ne se rue sur elle pour déposer un fougueux baiser sur ses lèvres.
Elle finit par livrer ses sentiments, mais a tellement peu confiance en l’amour, qu’elle admet à regret : « Quel dommage que je sache si bien que le désir n’est pas de l’amour ! ».

Dans la deuxième partie, tirée du texte de Jules Renard, Monsieur et Madame héberge un couple d’amis. Le soir venu, Monsieur se retrouve seul dans le salon à converser avec la femme du couple ami. Visiblement habitués à se retrouver seuls, à l’écart de leur conjoint, ils parlent du désir, de l’amour, de l’infidélité, dans un débit de joutes verbales très rythmé. D’ailleurs, selon Monsieur, « le devoir d’un homme qui n’aime plus sa femme, c’est de courir en aimer une autre ! ». L’heure arrive bientôt au constat de la routine installée dans leur couple respectif, et le désir qui les attire inévitablement l’un vers l’autre. « Je suis las de ne pouvoir qu’aimer, je voudrais pouvoir adorer », lance-t-il s’approchant d’elle.

Outre la lumière tamisée, l’effet du clair de lune derrière le rideau blanc, l’ambiance est ardente. La complicité visible qui rapproche les deux comédiens, Anne Charrier étincelante et Nicolas Briançon fougueux, permet de se fondre totalement dans la pièce, grâce à un jeu spontané où les deux s’amusent pleinement dans leur rôle. Un spectacle où les bons mots de la langue française trouvent leur place, sans jamais laisser venir l’ennui, grâce à un jeu de scène rythmé et riche en émotions.





























Instagram


A PROPOS