Aurélie Besson, l'enfant de l'UFAB


Rédigé par Sébastien ROCHARD - Angers le Lundi 24 Juin 2013 à 09:20


A 23 ans, c’est l’ancienne qui a tout connu de l’UFAB 49. Au sommet de son jeu, Aurélie Besson a pourtant décidé de tourner la page du haut niveau. Portrait.



Aurélie Besson, l'enfant de l'UFAB
Nice. La fin d’une histoire. Le début d’une autre. Lorsque les filles de l’UFAB 49* reçoivent les Azuréennes, ce soir d’avril, c’est le dernier match à domicile de la saison régulière. Le dernier aussi, devant « son » public, d’une figure emblématique de ce tout jeune club, Aurélie Besson. Elle n’est pas la plus expansive de la joyeuse troupe, ni sans doute la plus talentueuse. C’est pourtant elle que ses coéquipières portent en triomphe au buzzer.

« Dans la salle, il y avait ma famille, mes amis, c’était vraiment un moment particulier, très fort », se souvient-elle. Depuis janvier, Aurélie sait qu’à 23 ans, à l’issue de cette saison, elle renoncera au haut niveau, pour reprendre ses études et sa vie de femme là où elle les avait laissées, six ou sept ans auparavant. « Lorsqu’elle l’a annoncé au club, ce n’était pas un coup de tête », assure Elise Prodhomme, sa coéquipière et son amie. Le verbe rare mais décidé, celle qui a échangé ses premières passes à Saint-Barthélemy livre son envie de « faire un break au niveau du rythme ».

Quatre entraînements hebdo, des séances vidéos en guise de p’tit déj’, des jours et des jours dans le bus a avalé du bitume pour tâter du coude adverse : la vie d’une joueuse de basket dans la 2e division féminine n’est pas une sinécure. De quoi vous faire passer l’envie ? « Pas du tout, tranche Aurélie. Le basket, c’est ma vie depuis plus de 15 ans. Seulement, on ne se fait pas une vie du basket féminin. Il est temps pour moi de faire le chemin inverse de celui emprunté à 16 ans, lorsque j’ai tout donné pour ce sport ».

« Rapide, explosive, physique ».

La jeune diplômée en chimie va désormais chercher du travail, ou poursuivre ses études, forçant l’admiration de tous. Car lorsqu’elle a pris sa décision, l’UFAB n’était « qu’une » équipe de haut de tableau, dont l’ambition était de bien figurer dans le championnat, voire d’accrocher une place dans le Final Four. La suite… Nice, toujours. Sur la Côte d’Azur, après 16 heures de bus, les filles de David Girandière dynamitent, dispersent, ventilent : Calais puis Nice sont éparpillés façon puzzle, broyés par la défense de fer des Angevines, promues en Ligue féminine (Seule ombre au tableau, le refus de la fédération, le 27 mai, de voir les filles de l’UF Angers accéder au plus haut niveau. Raison invoquée par le bureau fédéral : un centre d’entraînement non homologué. Le club angevin a fait appel… ).

Dis Aurélie, tu rempilerais pas pour un an, histoire de te frotter à quelques Braqueuses**, ces mêmes filles qui seront dans quelques jours à la salle Arena Loire de Trélazé pour les « Europe » de basket ? « Je me suis forcément posée des questions, avoue sans ambages la n°10 de l’UFAB. Mais ma décision est prise ». « Elle s’est posée les bonnes questions, soutient Elise. Ça fera tout de même bizarre de ne pas la retrouver lors des exercices de tirs… »

23 ans seulement. Mais une page qui se referme pour l’UFAB. Car Aurélie a tout connu avec le club. La fusion en 2004 – elle est alors licenciée de Saint-Léonard – puis les succès, les échecs, élevant son niveau de jeu au fur et à mesure. « Rapide, explosive, physique », Bess’ la basketteuse n’a jamais fini de surprendre ses proches depuis ses années de « section sportive » au lycée Chevrollier. En dehors des parquets, Aurélie est pourtant restée la même : « réservée, à l’écoute, résume Elise, mais toujours présente et qui sait profiter, une bière à la main ! »

Dans la Ligue américaine (NBA), lorsqu’un grand nom quitte les parquets, son numéro est retiré des jeux de maillots de la franchise. Aurélie la discrète n’en demande pas tant. Mais celle qui lui succédera avec le paletot flanqué du n°10 devra tout donner pour l’UFAB : elle portera une part de l’âme du club…

*Union féminine Angers Basket 49
**Surnom donné aux joueuses de l’Equipe de France de basket après leur titre européen en 2009.




Actualité | Société | Economie | Politique | Culture | Sports - Loisirs | Services | Zoom sur ... | Billet d'humeur | video | vacances | Administration - Gestion | Jeux | le mensuel Angers Mag | Archives | Publicité | L'oeil de Fanch Juteau










Angers Mag











Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30
Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00




cookieassistant.com