Aurélie cultive « Un p’tit air de famille », rue du Quinconce


Rédigé par Sébastien ROCHARD - Angers, le 31/10/2013 - 23:17 / modifié le 31/10/2013 - 23:31


C’est une histoire de familles. Celle que la nature vous impose ; celle que l’on se construit au fil des rencontres ; celle, enfin, que l’on aime voir s’épanouir autour d’un déjeuner ou d’un goûter.



« Je suis là pour orienter et proposer des choses, pas pour convaincre »
« Je suis là pour orienter et proposer des choses, pas pour convaincre »
Entre ces petits bouts de soi-même, pourquoi choisir ? Dans le café qu’Aurélie a ouvert au printemps 2012, à 23 pas à peine du Jardin du Mail, on conjugue à merveille ces parcours familiaux. « Un p’tit air de famille », c’est un lieu fait de bric et de broc, de longs murs colorés, d’huile de coude, de grande volonté..., où les enfants trouvent leur place à peine entrés.

Le Mans dans le sang et Angers dans le cœur, Aurélie a construit son projet de café-famille pas à pas, accompagnée par le Boutique de gestion. « Je me suis aperçue lors de mes précédentes expériences professionnelles que les parents manquaient de lieux publics où se rendre avec leur tout-petits », explique cette trentenaire, tour à tour animatrice jeunesse puis référente famille dans divers centres sociaux du Grand ouest. « Je me suis aussi rendu compte que le jeu est un bon moyen d’échanger, un bel outil de partage ».

Désireuse d’autonomie, elle franchit le pas en 2010 et quitte son statut de travailleur social. Trois ans plus tard, « Un p’tit air de famille » est là, qui « ressemble à peu près à l’idée que je m’en faisais », malgré les difficultés à trouver un local adapté.

Rare endroit où l’on peut passer un temps paisible en famille, la petite affaire d’Aurélie, qui cuisine maison, avec des produits locaux, commence à se faire un nom. Un volet restauration qui lui permet de financer une programmation trimestrielle d’ateliers liés à la parentalité. Sans école, ni chapelle : « Je suis là pour orienter et proposer des choses, pas pour convaincre », prévient-elle.

Pour en savoir plus : ici ou tél. : 09 52 62 90 00.


















Angers Mag