BD : Téhem se pose et s'expose au Quai


Rédigé par - Angers, le Mercredi 15 Octobre 2014 à 09:39


Le père de "Zap Collège", "Tiburce" et "Malika Secouss" est l'un des invités d'honneur du festival Passage qui lui consacre une exposition dès ce mercredi au Quai. L'occasion pour cet ancien professeur d'arts plastiques de renouer durant plusieurs jours un contact direct avec le jeune public.



BD : Téhem se pose et s'expose au Quai
la rédaction vous conseille
Le festival Pas[s]age entend donner le goût de lire aux 9-13 ans. Que vous inspire cet âge ?

"C'est d'abord l'âge où j'ai vraiment commencé à dessiner, uniquement pour moi au début car j'étais quelqu'un de très introverti. Mais j'ai découvert en montrant ces dessins à mes proches que je pouvais raconter des histoires que les autres comprenaient, que je pouvais faire passer des choses. J'ai commencé à communiquer comme ça en fait. Fatalement, c'est une époque assez magique car c'est le moment où s'est prise progressivement la décision de faire de la bande-dessinée."

Vous écriviez des histoires destinées plutôt aux jeunes, comme aujourd'hui, ou aux adultes ?

"C'était des histoires destinées à moi tout seul en fait... Je me trouvais à la Réunion d'où je suis originaire et, à cette époque là, il y avait très peu de bandes dessinées. Et je n'aimais pas malheureusement beaucoup lire. Je me suis donc créer mes propres histoires pour m'évader un peu."

Le rapport des jeunes adolescents à la lecture est au cœur du festival, qui part du postulat qu'ils sont aujourd'hui largement sollicités par autre chose. Quel est votre sentiment sur ce sujet ?

"C'est une réalité. Ils sont tellement sollicités de toutes les manières qu'ils ont effectivement beaucoup plus de mal faire l'effort de prendre un livre et de le lire. En même temps, je pense que le livre ne va pas disparaître car les enfants ont encore un rapport à l'objet "livre". Il y a une mutation à faire. Les lectures que l'on proposait, on ne peut plus les proposer de la même manière à nos enfants et ça nous oblige à le faire sous des aspects différents qui donnent envie vraiment d'ouvrir le bouquin."

Comment le prenez-vous en compte dans votre propre travail ?


"J'essaye d'être à leur écoute. Quand je travaille sur Zap Collège, qui se passe évidemment au collège, j'essaye d'être au plus près avec l'avantage que ma femme travaille dans cet établissement, que mes enfants y sont aussi et que, moi même, j'ai été prof de collège. J'écoute ce qu'ils entendent, ce qui peut les intéresser et déclencher une lecture. Du point de vue des éditeurs, il y a aussi un travail à mener sur la forme des livres."

Et Internet, comme percevez-vous l'outil en tant qu'auteur ?

"Pour moi, c'est une bonne chose en matière de recherche documentaire. Si on a un doute sur telle ou telle, chose, c'est la possibilité d'avoir une réponse rapidement. Et c'est aussi une source de sujets bien évidemment pour mes histoires. Après, en terme de diffusion, la BD sur Internet ne marche pas en France ou très peu et je pense que c'est lié à notre rapport au livre. En bande-dessinée, on aime bien avoir l'objet. Par contre, Internet peut très bien former un médium à part, sur lequel on travaille avec des logiciels spécifiques qui permettent une écriture spécifique des planches à mi-chemin entre la BD et le film d'animation. Et quand c'est réussi, je trouve ça fabuleux."

Mazé ? "C'est le bonheur !"

Comment appréhendez-vous votre rencontre avec le public de Passage ?

"J'aime beaucoup la rencontre avec les enfants. Comme je vous l'ai dit, j'ai été prof et c'est très drôle de voir comment ils abordent la profession de dessinateur. Je vais leur proposer de faire une petite bande-dessinée en 3 cases pour leur montrer qu'on peut déjà y faire des choses. Ce que j'appréhende, c'est un peu la fatigue (rires) car j'ai perdu un peu le rythme du travail avec les enfants."

Depuis 2007, vous travaillez en résidence permanente à l'atelier Kawa à Mazé. Heureux ?


"C'est le bonheur. L'atelier est ouvert aux jeunes de 9 à 16 ans le vendredi soir, je reçois aussi les auteurs en résidence à la Bulle ou bien des auteurs qui habitent dans la région. Pour moi, ce sont les conditions idéales avec un lieu dédié à la bande-dessinée, ouvert sur le monde extérieur et l'environnement de Mazé fait que c'est très agréable. Il y a plein d'activités à côté qui entretiennent une culture BD fine et c'est vraiment appréciable."

Quelle est votre actualité ?

"J'ai un album qui va sortir en avril dans la collection "Une aventure de Spirou et Fantasio par". Zap Collège continue, Tiburce aussi et je fais du dessin de presse aussi pour Okapi et Géo ado."

Exposition Téhem mercredi 14h-19h30, jeudi, vendredi 17h-19h30, samedi 14h-19h30 et dimanche 14h-18h30 dans le Forum du Quai (entrée libre).

Tout le programme de Pas[s]age sur www.lequai-angers.eu




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par photographe Angers le 22/10/2014 08:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je trouve qu'il y a une grande similitude entre le métier de dessinateur et photographe car on essaye tous en fin de compte de raconter une histoire à travers notre art et divers outils...








Angers Mag












Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30







cookieassistant.com