Google+
YouTube
Vimeo
Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile




Babel : "De la chanson, point barre !"


Rédigé par - Le Mardi 6 Octobre 2015 à 07:10


Deux ans après "La vie est un cirque" et au sortir d'un riche été scénique, le groupe Babel vient de sortir "Bless(e) You", un nouvel et puissant EP qui témoigne de l'évolution musicale du quatuor. Chant-son ? Chanson électro ? Chanson rock ? A la veille de se produire au Chabada, Sébastien Rousselet, le chanteur de Babel, nous éclaire.



Sébastien Rousselet, la voix et les textes de Babel (photo Juliette Rozzonelli).
Sébastien Rousselet, la voix et les textes de Babel (photo Juliette Rozzonelli).
la rédaction vous conseille
Plus de deux ans après "La vie est un cirque", pourquoi choisir de sortir un nouvel EP plutôt qu'un album ?
"D'une part parce qu'on avait besoin d'exprimer de nouveau ce qu'est Babel aujourd'hui et que le public voit un petit peu où on en est. D'autre part, parce que nous n'en étions pas au point de faire un album, nous n'avions pas suffisamment de matière et on voulait être sûr que cette matière là soit vraiment à maturité. L'EP nous paraît cohérent, il dépeint une couleur particulière mais c'est plus une manière de donner à voir en attendant mieux. C'est aussi plus un outil promotionnel qu'une oeuvre aboutie comme pourrait l'être un album. En sachant que celui-ci risque d'être différent car dans un an, on aura encore évolué..."

Comment avez-vous choisi les 5 titres ?
"Ce sont des titres qui nous semblaient avoir des points communs. Même s'ils sont différents et que les premiers retours nous parlent d'un EP assez éclectique, ce qui les rassemble, c'est le côté un peu épique : quelque chose de l'ordre de la musique de film en fond, en ambiance, et à la fois assez électro, punchy, puissant. Un journaliste nous a dit que ça lui faisait penser à de l'électro-épique ! On a voulu quelque-chose de sensible dans les propos, la voix, les arrangements de cordes, mais quelque-chose qui bastonne aussi."

Difficile en réalité de classer votre musique... C'est quoi Babel au juste aujourd'hui ?
"Il y a plein de possibilités... On a longtemps dit qu'on faisait du chant-son, certains parlent de chanson-rock-électro-hip-hop (rires), voire rock, d'autres de chanson électro... Je pense qu'on fait de la chanson, point barre. Autrement dit, du texte français chanté. En France, ça a encore une image surannée alors qu'il y a plein de manière de faire de la chanson. Les anglais ne s'emmerdent pas avec ça, ils ne font pas de la chanson anglaise, ils font des "songs". Le risque pour nous peut-être, c'est de laisser croire à des gens qu'ils vont écouter une chanson "classique", avec un texte en avant, une voix ultra-mixée ultra devant et des arrangements très minimalistes, et qu'ils soient donc déçus ou... surpris dans le bon sens. Et inversement, qu'en parlant de chanson, d'autres se détournent."
"La chanson, c'est du texte français, chanté. En France, ça a encore une image surannée alors qu'il y a plein de manière de faire de la chanson."

L'évolution musicale est très nette depuis vos débuts et, à l'écoute de cet EP, on peut parler de vraie prise de risque. Votre public a-t-il évolué lui-aussi ?
"Oui. Ce dont on se rend compte, c'est que l'on touche un public très large. Il y a toujours des gens amoureux du texte -car on n'a pas perdu de vue que ce texte doit être entendu et doit percuter- mais qui découvrent un autre habillage. Certains plus de 50 ans, plus de 60 voire plus, et nous disent que ça leur fait penser à du Higelin remis au goût du jour. D'autres à du rock avec des arrangements un peu fous -on nous a même parlé de King Crimson-, et en même temps, on réussit à toucher des jeunes qui aiment bien le côté électro-punchy, bouger de la tête et découvrent qu'on peut leur raconter des histoires sur un fond musical comme celui-ci."

Parmi vos dates de l'été, il y a eu un gros concert au festival au Fil du Son à Civray. Racontez-nous.
"Avec les Francofolies, ça reste l'un des moments les plus forts de l'été. Devant 7 000 personnes avant Chineseman et après un groupe de rock, on se faisait un peu dessus à vrai dire, parce qu'on ne sait jamais si on va réussir à partager nos histoires dans ce type de contexte, avec beaucoup de jeunes venus faire la fête. Et ça été un gros carton. Les programmateurs nous ont retourné des commentaires éloquents et très fédérateurs. Ca aussi nous laisse à penser qu'on peut toucher beaucoup de monde."

Où en est la structuration de votre projet professionnel ?
"On travaille toujours avec Mikaël Dulieu (MIK prod), notre agent, manager et tourneur et ça se passe très, très bien avec lui. Nous avons un attaché de presse et pour l'instant, nous sommes toujours en auto-production. Nous avons monté notre structure qui s'appelle Tell Me Productions. Même si on ne se ferme pas de porte, on est plutôt parti pour continuer en indépendant pour éventuellement, s'il devait y avoir un partenariat avec un label, faire nos preuves et peser ensuite dans les choix. Et puis en ce moment, nous sommes en pleine composition pour préparer l'album qui sortira, je l'espère, dans un an."

Et il y a ce concert au Chabada mercredi dans le cadre de la Tournée des Inouïs du Printemps de Bourges ?
"Oui. C'est assez particulier parce que ce sera la première fois au Chabada et parce qu'on avait été recalé pour les Inouïs en 2010 (sourires). On avait joué mais simplement pour les auditions, qui est l'étape précédente. Là, on a été retenu parce qu'on a le Chabada qui nous soutient. C'est donc d'abord un plaisir puisqu'il y a du prestige à jouer sur cette scène avec le Printemps, et aussi un amusement avec cette sensation de ne pas entrer par la porte mais de passer par la fenêtre... On est content de jouer."
 

"Bless(e) You", Babel.
Ce mercredi 7 octobre, 20h, au Chabada avec La Fine Equipe,  Radio Elvis et Last Train. Tarif Unique 10€ .


Et aussi
le 17/10 au Centre Culturel René d'Anjou (Baugé)
le 14/11 au Théâtre-foirail (Chemillé) - Festival Les Z'Eclectiques




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur











Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17