Banque publique, la Région veut jouer un rôle moteur


Rédigé par - Angers, le 08/01/2013 - 07:21 / modifié le 09/01/2013 - 02:56


Engagement n°1 du candidat Hollande pour relancer l'économie de la France, la Banque publique d'investissement vient d'être officialisée au JO. Le Conseil Régional souhaite être associé étroitement à sa mise en œuvre en Pays de la Loire. D'où la tenue, lundi, d'un premier comité d'orientation régional. Parmi ses objectifs : doubler les 1,5 milliard de prêts et garanties générés en 2011 sur le territoire.



Jacques Auxiette (à droite), aux côté de son 1er vice-président, Christophe Clergeau : "nous sommes prêts !"
Jacques Auxiette (à droite), aux côté de son 1er vice-président, Christophe Clergeau : "nous sommes prêts !"
la rédaction vous conseille
C'est clair et net. Fidèle à son attachement au renforcement du rôle des Régions, particulièrement dans leurs politiques d'accompagnement des PME, Jacques Auxiette, le président (PS) du Conseil régional des Pays de la Loire n'entend pas passer à côté des enjeux liés à la création de la Banque publique d'investissement.

"Nous sommes prêts. Et nous ne souhaitons pas seulement un strapontin, mais un rôle décisionnel" a-t-il martelé hier à Nantes devant la presse, juste avant de présider la première réunion de ce qui pourrait devenir le comité d'orientation régional de cette fameuse BPI.

Pourrait ? Du conditionnel oui, car si la loi portant création de la Banque publique d'investissement a bien été publiée au Journal Officiel le 1er janvier, ses décrets d'application n'ont pas encore été rendus publics. Gageons qu'ils donnent encore probablement lieu à quelques négociations serrées quant à la mise en œuvre opérationnelle de cette loi qui engage État, collectivités locales et représentants du monde financier, à jouer collectif pour soutenir ces entreprises qui peinent à financer leurs innovations et leur développement.

Pour la Région Pays de la Loire, l'enjeu est simple. Il s'agit de faire valoir un rôle de moteur voir de coordinateur, dans la déclinaison de la BPI à l'échelle des cinq départements, en mettant en avant la boîte à outils dont elle s'est dotée au fil des années pour accompagner ses PME et ses stratégies de filières.

Prendre "plus de risques"

Pour cela, elle s'est fixée quatre objectifs. En premier lieu, que le comité d'orientation régional ne se contente pas d'émettre des avis, comme le suggère la loi, mais qu'il exerce un rôle de "quasi-conseil de surveillance", pour reprendre les propos de Jacques Auxiette.

Deuxièmement, que la BPI prenne "plus de risques" que ne le font aujourd'hui Oseo et la Caisse des Dépôts, les partenaires financiers habituels de la Région. "Ça ne veut pas dire mettre déraisonnablement en jeu de l'argent, mais ne pas négliger les PME industrielles qui ont besoin de soutien ou les PME de croissance qui font face à un déficit d'activité" précise Christophe Clergeau, le premier vice-président de la Région en charge des affaires économiques.

Troisième objectif : doubler le volume de prêts de financement (prêts et garanties) générés en 2011, pour atteindre donc 3 milliards par an sur les Pays de la Loire. Enfin, la Région souhaite que s'opère un travail "beaucoup plus resserré" en ce qui concerne le soutien aux fonds propres des entreprises, en portant "jusqu'à 20 millions d'euros", le plafond d'intervention..

"Si ces quatre objectifs sont remplis, nous pourrions confier la gestion de tous nos outils à la Banque publique régionale, pour ne pas multiplier les interlocuteurs et créer un guichet unique" précise Jacques Auxiette. Dans ses mains, l'élu socialiste dispose d'un atout de taille : la réussite du deuxième emprunt obligataire lancé à l'échelle régionale, précisément pour financer les PME. Il a permis de collecter 115 millions d'euros. 50 ont été versés au budget 2012 (dont 15 déjà sur les garanties de court terme). Le reste pourrait donc abonder la BPI.

Reste à savoir si le gouvernement donnera suite à ses vœux, ce que le flou actuel entourant la mise en place de la Banque publique d'investissement permet difficilement d'estimer. Le président de la Région positive : "Pour moi, le flou est une chance, car il permet de se montrer créatif. Il faut lancer les choses."




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Tonton Flingueur le 08/01/2013 22:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La banque publique va t-elle servir à la région pour payer la com d'aéroport grand Ouest ?















Angers Mag











Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20



cookieassistant.com