Baugé en Anjou, pionnière des communes nouvelles

Dossier : La révolution territoriale est en marche 3/6


Rédigé par Juliette COTTIN - Angers, le 11/02/2015 - 12:07 / modifié le 11/02/2015 - 18:55


La commune nouvelle de Baugé en Anjou a soufflé ses deux bougies le 1er janvier dernier. Depuis deux ans, les cinq villages de la collectivité travaillent ensemble à se construire un avenir commun. Aujourd’hui, aucun ne reviendrait en arrière.



Le 4 janvier 2013, élus et autorités préfectorales inauguraient la commune nouvelle de Baugé en Anjou.
Le 4 janvier 2013, élus et autorités préfectorales inauguraient la commune nouvelle de Baugé en Anjou.
la rédaction vous conseille
Tout commence en 2010, avec la loi qui fonde le statut des communes nouvelles. Elle permet le regroupement de plusieurs communes contiguës dans une seule collectivité territoriale. « Cette loi a gommé les réticences qu’avait fait naître la loi Marcellin de 1971, explique le maire de Baugé en Anjou (BEA) et maire de Baugé depuis 2008, Philippe Chalopin. Elle laisse subsister les communes historiques, leur nom, leur territoire, un conseil communal et les services administratifs liés à la vie locale. Cela a rassuré les élus et les habitants des petites communes, assurés de ne pas perdre leur identité. »

Dès lors, l’élu entame la discussion avec les maires de Pontigné (245 habitants), de Saint-Martin d’Arcé (800), de Montpollin (173) et du Vieil-Baugé (1300). En juin 2011, une commission de réflexion est constituée, puis la préfecture est consultée pour vérifier que l’aspect financier du regroupement est favorable et des réunions publiques sont organisées. La gouvernance et le fonctionnement de la future collectivité sont définis dans une charte. Le 8 mars 2012, le vote des cinq conseils municipaux est sans appel : 84 % des suffrages sont favorables.

Parmi les projets porteurs de sens pour la commune nouvelle, une piste cyclable relie Baugé à Saint-Martin-d'Arcé.
Parmi les projets porteurs de sens pour la commune nouvelle, une piste cyclable relie Baugé à Saint-Martin-d'Arcé.
Dès lors, et avant même l’officialisation du statut au 1er janvier 2013, les élus commencent à travailler ensemble. « Même si nous sommes passés de 78 à 29 conseillers municipaux, dans chaque village, les maires délégués chapeautent un conseil communal consultatif chargé de faire remonter ses remarques au conseil municipal, précise Philippe Chalopin. De cette façon, la commune nouvelle peut gérer les actions et les budgets sans se couper des préoccupations de chacune des communes. »

Pour Pontigné, ses 245 âmes et son maire, la pertinence du projet ne fait aucun doute. « Nous conservons notre bassin de vie qui était déjà organisé autour de Baugé, notamment pour les commerces et pour l’emploi, tout en gardant les mêmes services dans les villages, en bénéficiant des équipements et des services techniques de la ville et en accroissant la capacité d’investissement de BEA à 2 millions d’euros par an, sans emprunt », indique Pierre-Jean Allaume, le maire délégué, élu en 2014.
« Même si ces hausses de dotations ne vont sans doute pas durer, l’expérience est extrêmement positive, sur le plan financier, mais surtout sur le plan des réalisations possibles. » Philippe Chalopin
Jean Poirier, maire de Saint-Martin d’Arcé, la « banlieue-dortoir » de Baugé, fait le même constat positif : « Grâce au rapprochement, nous avons pu sauver l’une des classes de l’école et financer les temps d’accueil périscolaire. »

Quatre autres communes tentées par l'aventure

Il faut dire qu’économiquement, l’opération est plutôt rentable. Alors qu’une diminution significative des dotations de l’État aux collectivités (11 milliards d’euros d’ici 2017) inquiète une grande partie des communes françaises, Baugé en Anjou a vu croître sa dotation globale de fonctionnement de 70 000 € par an depuis 2013, grâce à l’augmentation de ses investissements, de la surface de son territoire et du nombre global d’habitants (passé de 3800 à 6400). « Même si ces hausses de dotations ne vont sans doute pas durer, l’expérience est extrêmement positive, sur le plan financier, mais surtout sur le plan des réalisations possibles, constate Philippe Chalopin. Seule, Baugé n’aurait jamais pu financer la maison de santé qui verra le jour en 2016. »

Enthousiasmée par l’expérience, quatre communes limitrophes aimeraient d’ailleurs rejoindre Baugé en Anjou, qui étudie l’éventualité de les intégrer.



















Angers Mag











Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00



cookieassistant.com