Béatse - Béchu, la dernière grande explication


Rédigé par - Angers, le 28/03/2014 - 08:13 / modifié le 28/03/2014 - 20:30


Dans le Forum du Quai, face à la Maine et devant les caméras de France 3, les deux candidats à la mairie d'Angers se sont livrés jeudi après-midi à une ultime explication publique, incisive voire mordante. En se rendant coup pour coup. Suffisant pour gagner des suffrages ?



Béatse - Béchu, la dernière grande explication
la rédaction vous conseille
Au lendemain d'une première confrontation tendue sur Angers Télé, quels biais, quelles différences, quelles astuces, Christophe Béchu et Frédéric Béatse allaient-ils bien pouvoir mettre à profit pour tenter de marquer une dernière fois les esprits ? A trois jours du terme de cette élection municipale, tel était bien l'intérêt du débat organisé au Quai par nos confrères de France 3 Pays-de-la-Loire, en partenariat avec Ouest-France.

Attaquer ? S'ils n'en avaient pas l'intention, la chaîne publique s'est chargée de chauffer les protagonistes et l'ambiance -très fraîche au demeurant- en lançant un avant-sujet un brin alarmiste sur l'élection municipale : "Qu'est devenue la douceur angevine ? Oubliée, le temps d'une campagne comme la ville n'en avait jamais vécu. Règlements de compte, blogs assassins... Angers a tout connu en 2014 (...)." Prêts ? Partez !

Premier round : voiries et conteneurs
Interrogé en premier sur la question de l'état de la voirie, pour laquelle il prévoit un plan d'urgence, Christophe Béchu lance la première offensive : "L'enjeu d'une élection, ce n'est pas seulement de s'auto-glorifier et de passer du temps à commenter ce qui fonctionne. Et dans ce domaine, écoutez les Angevins (...), jamais la ville n'a été aussi sale (...) parce que les budgets d'investissement de ces travaux ont été divisés par trois depuis 2008." La réponse de Frédéric Béatse est cinglante : "Je crois que décidément, nous n'habitons pas la même ville, ce qui est vrai par ailleurs."

Et le maire sortant d'attaquer à son tour : "La ville d'Angers n'est pas le tableau qui est décrit (...). La campagne électorale ne doit pas être l'occasion de dénigrer le territoire." Piqué, Christophe Béchu dénonce "le procès en dénigrement qui consisterait à dire que quand on critique quelque-chose, ça veut dire qu'on dénigre sa ville. Ou alors Monsieur Béatse, vous considérez que 75% des Angevins ont dénigré leur ville dimanche dernier en ne votant pas pour vous." Un partout.

Deuxième round : le tramway :
Deuxième sujet, la 2e ligne de tramway. Faisable dans le mandat malgré l'incertitude sur les crédits d'Etat ? "Oui" selon Frédéric Béatse, défendant une nouvelle fois le tracé qu'il défend (par la gare et le pont de Basse-Chaîne élargi). Parce que celui-ci a été étudié longuement, puis validé par l'agglomération. Parce qu'aucun tramway, selon lui, ne peut pas ne pas passer par la gare.

"Ce n'est pas le bon tracé" conteste, sans surprise, Christophe Béchu, sortant au passage un nouveau chiffrage de son projet alternatif par la Doutre, lequel prévoit n nouveau pont juste en amont de celui de Verdun : "184 millions d'euros HT" contre 210M€ annoncé au début de l'échange. Le passage par la gare ? "L'asphyxie" assurée du quartier, selon le président du Conseil Général. Un nouveau pont sur la Maine ? "Tout le monde sait que ce n'est pas possible", balaye Frédéric Béatse. Deux partout.

Troisième round : les Berges de Maine.
L'occasion pour Christophe Béchu de soutenir une nouvelle fois le maintien des voies sur berges et son projet de couverture sur 300 mètres au niveau de la place Molière. "Cette quatre voies, elle existe. Est-ce qu'elle est belle ? Non. Mais elle existe. Et nous expliquer dans le contexte financier actuel qu'il faut gaspiller de l'argent pour détruire ce qui a été construit pour construire une autre quatre voies plus haut, ça me semble une mauvaise idée."

"C'est une force ce projet. Qui marque une orientation urbaine, une vision de la ville pour 20 à 30 ans", insiste Frédéric Béatse, en rappelant la concertation qui a précédé l'adoption du projet Grether, en relativisant le budget qu'il compte lui allouer chaque année ("6 millions par an") et en convoquant l'exemple des berges de la Garonne à Bordeaux dont le maire, Alain Juppé, vient d'apporter son soutien à... Christophe Béchu, dont il estime le contre-projet, "digne des années 70". Avantage Béatse.

Quatrième round : des quartiers aux pratiques politiques.
Moins clivant car Christophe Béchu reconnait le premier les réussites des opérations de renouvellement urbain menées sur la ville. Avec une réserve imagée : "Beaucoup d'argent a été mis sur les murs. Mais on ne s'est pas intéressé à ce qui se passait à l'intérieur". Et de glisser ses critiques, via le peu d'attention porté à l'idée d'école de la deuxième chance défendue par Michèle Moreau (l'ex-adjointe de Jean Monnier et Jean-Claude Antonini qui l'a rejoint en 2008) sur le manque de volontarisme et de dynamisme de l'équipe en place, "l'une des vertus du changement"...

Frédéric Béatse part une nouvelle fois à l'attaque sur le manque de soutien du Conseil Général à ces opérations, mais encore "aux centres de loisirs" et i["au soutien à domicile" ]. La critique de trop pour Christophe Béchu, furieux : "Le Conseil Général de Loire-Atlantique socialiste, attribue une aide de 18€/heure au Centre communal d'action sociale de Nantes. C'est combien Angers ? 22€/heure." Puis, revenant sur la polémique née du tract distribué aux abstentionnistes du 1er tour par l'équipe Béatse, il cite un mail de Jean-Luc Rotureau - "Je ne me retrouve en rien dans de tels agissements", dénonce la faute morale et politique. Trois partout.

Dernier round : les finances
Arrive la culture, sans grand effet de manche, ni surprise : centre d'art contemporain dans la maison d'arrêt contre festival de musiques actuelles. Et enfin la fiscalité. L'opportunité pour Frédéric Béatse d'afficher sa volonté d'écoute et de redire qu'il a "entendu le message" d'André Despagnet (et des électeurs du 1er tour), en diminuant le niveau d'investissement prévu. Pour Christophe Béchu, d'annoncer un audit financier auquel il associera "toutes les têtes de listes" par soucis de transparence.

Un débat serré donc. Pour le décompte final des points, rendez-vous dimanche prochain.





Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

9.Posté par Daniel Fleury le 28/03/2014 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le plus grave sera dimanche soir l'élection d'un maire qui au final ne recevra le soutien que d'un tiers de l'électorat réel, si le taux d'abstention reste le même. Pire encore si celui-ci augmente. La même situation que pour la majorité gouvernementale élue en 2012 avec 38% de l'électorat.... Il y a là une crise démocratique qui relativise bien des débats et opposition autour d'un trajet de tram, fut-il arc en ciel

8.Posté par Ange20 le 28/03/2014 13:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Jean
C'est vrai le projet Béatse est mieux, mais très cher et compte tenu du contexte économique il n'est pas vraiment sur qu'il se fasse. Et si c'est le cas il va endetter la ville et donc ses habitants pour des lustres. Si vous êtes prêt à payer et faire un chèque en blanc à ceux qui croient encore que l'argent pousse dans les arbres, alors allez-sans hésiter.

Sans être un pro Béchu, je pense qu'un peu de changement fera du bien à cette ville dirigée par une véritable mafia, non pas par Béas...

7.Posté par jean le 28/03/2014 13:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@béa

Je ne pense pas être naïf simplement j'aime ma ville, quand au fait d'être politisé, je ne suis pas un pro Béatse et en 2008 j'étais plutôt Béchu. Cependant le projet Tram par la doutre, la couverture des trémies...je n'adhère pas du tout...Peut être faut il le changement mais pas au détriment de Angers et il faut l'avouer le projet Béatse est mieux...

6.Posté par Michel le 28/03/2014 11:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que de débat insipide, où chacun se renvoie la balle. Juste un constat, Bechu soutient la haine homophobe et a endetté le conseil général. J'oubliais les nombreuses casseroles politico financières telles que Dexia, l'agence de com de son épouse... Pas facile d'être zen. Voter pour le moins pourri sera la meilleure solution !

5.Posté par béa le 28/03/2014 11:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Jean
Il y a encore des imbéciles pour croire les classements bidon de l'express et du point ?
des classements achetés par les villes pour s'auto-glorifier..
et que dire du magasine de propagande "vivre à Angers" où tout est toujours beau et magnifique, chaque mois une ode à la municipalité en place ?il faut vraiment être naïf ou politisé pour croire de telles conneries...

Au lieu de se référer à ces trucs de propagandes, allez voir vous même ce qui se fait ailleurs (au delà de nos traditionnel...

1 2














Angers Mag











Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51



cookieassistant.com