Bécam à la conquête de l’Ouest Américain


Rédigé par - Angers, le 15/11/2014 - 10:29 / modifié le 14/12/2014 - 10:42


Après avoir conquis la métropole angevine, Nicolas Bécam, le jeune boulanger Mayennais élu Talmenier d’or par ses pairs en 2005, s’attaque au marché international. Son désormais célèbre "Choc’o Roi" devrait bientôt débarquer sur le sol américain. Une nouvelle page est en train de s’écrire pour l’artisan boulanger - pâtissier.



Nicolas Bécam présentant les produits de la marque Choc'o Roi, du gâteau au vin, en passant par le miel, les carrés pralinés et les croustillants pour accompagner le café.
Nicolas Bécam présentant les produits de la marque Choc'o Roi, du gâteau au vin, en passant par le miel, les carrés pralinés et les croustillants pour accompagner le café.
la rédaction vous conseille
Ses proches disent de lui « qu’il lui manque des ailes pour voler », le survolté Nicolas Bécam, artisan boulanger créateur du très apprécié gâteau au chocolat « Choc’o Roi », est peut-être en train d’écrire l’histoire d’une nouvelle saga angevine.  Des quatre coins d’Angers et sa métropole où il a repris pas moins de six boulangeries, jusqu’au dernier salon du chocolat à Paris où il s’est de nouveau illustré, impossible de passer à côté du moelleux au chocolat qui fait désormais sa réputation.

Une boite en peuplier français, dans laquelle on est plus habitués à retrouver un camembert qu’un gâteau, flanquée d’une fleur de lys, « un clin d’œil à l’Anjou végétal  mais aussi à l'histoire du Roi René », souligne le boulanger en présentant son « gâteau simple,  original et artisanal, prêt à emporter, n’importe où, n’importe quand ».  Une idée simple que le boulanger, doté d’un sens du marketing hors pair, a transformé en une véritable marque qu’il compte bien décliner et distribuer partout où la gastronomie française est appréciée.

Car il a des ambitions et en tout premier lieu « positionner « Choc’o Roi » comme une spécialité gastronomique angevine facilement exportable en France mais aussi dans le monde ». Pour ce faire, il s’est associé avec d’autres artisans locaux, chocolatier, confiseur, apiculteur, vigneron, afin de décliner sa marque et proposer une gamme de produits gastronomiques et dérivés, tous issus du territoire Angevin.
 
Le train est en marche et c’est pour lancer officiellement ce qu’il appelle le Club Chocoroi qu’il avait réuni, jeudi soir, au château de la Perrière à Avrillé, tous les acteurs économiques prêts à faire rayonner la marque à la fleur de lys, au-delà des frontières de l’Anjou. Ensemble ils ambitionnent de partir à l’assaut du marché étranger, de Dubaï en Arabie Saoudite, mais aussi l’Ouest américain.
 

Un entrepreneur qui sait s’entourer et saisir les opportunités

Nicolas Bécam a remis un ballon en chocolat blond à Mathilde Quemener pour la remercier de sa collaboration
Nicolas Bécam a remis un ballon en chocolat blond à Mathilde Quemener pour la remercier de sa collaboration
« Pas toujours facile de travailler aux côtés de Nicolas. C’est sportif ...», explique  Mathilde Quemener, la jeune directrice de développement Choc'o Roi, 24 ans, que le sémillant entrepreneur appelle affectueusement « Madame Chocoroi ». « C’est quelqu’un qui communique facilement et qui me permet de m’épanouir et de prendre des initiatives, malgré mon âge. Je ne peux que lui en être très reconnaissante ».
 
S’il est doué pour le marketing, Nicolas Bécam sait aussi s’entourer. Une charmante porte-parole convaincue de la qualité de son produit, des professionnels reconnus localement : Bertrand Girardeau de la Minoterie Girardeau, les chocolatiers Bourdillat et Monbana, Bertrand Baudaire du groupe la Boucherie, l’œnologue Jean-Michel Monnier,  Antoine Van der Hecht du château de Pieguë à Rochefort sur Loire, les frères Germond du Super U des Justices, et bien d’autres valeurs sures de l’économie angevine.   
 
Mais comme il le précise, l’histoire du Jardin des saveurs, devenu Maison Bécam, « s’écrit aussi avec de belles rencontres ». Ce fut le cas dernièrement lors du salon du chocolat à Paris avec des représentantes de la société californienne Virago Trades, venues repérer les produits pouvant intéresser le marché américain. « Nous avons été séduites par son stand, par son dynamisme, son sens du marketing et par l’authenticité de ses produits », explique Sylvie Borian, directrice régionale France de Virago Trades.
 
«  Je suis convaincue que ses produits vont plaire aux Américains, car ils aiment les produits français », poursuit la représentante de l’importateur qui nourrit visiblement de grandes ambitions pour le boulanger angevin et les entreprises associées. «  Pour l’instant, il faut faire approuver le produit par les autorités américaines ( Food and Drug Administration : NDLR) , ensuite nous pourrons le commercialiser comme un produit de luxe pour les boutiques et les restaurants ». Nicolas Bécam est déjà sur le sol américain, une de ses collaboratrices parisienne est actuellement à New-York pour faire connaitre le fameux « Choc'o Roi ».
 
Le boulanger-pâtissier qui a produit 35 000 gâteaux au chocolat en 21 mois dans son laboratoire installé au Marché d’Intérêt National d’Angers devra peut-être passer à la phase de fabrication industrielle. « L’originalité de notre produit c’est sa fabrication artisanale, pour l’instant pas question de changer », conclut cependant Nicolas Bécam, avant de repartir à cent à l’heure comme il en a l’habitude. 




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Tonton flingueur le 16/11/2014 10:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Encore une fois, comme le fondateur du grenier à pain, je note que ce monsieur n'est pas originaire de notre département mais de Mayenne. Donc, double Bravo à M Becam d'aimer son territoire d'adoption, de faire vivre et d'exporter l'Anjou à travers la fleur de lys.
Étrangement les nouvelles "aventures" commerciales et économiques angevines sont faites par des non angevins...ce qui finalement n'a rien d'étrange quand on connait le particularisme local qui consiste à se cacher et se faire oublie...








Angers Mag















Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00
Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06


cookieassistant.com