Bennati un jour, Bennati toujours

Circuit cycliste Sarthe-Pays de la Loire


Rédigé par Michel Barini - Angers le Mercredi 6 Avril 2011 à 19:11


Trois étapes : deux victoires et une place de deuxième. Porteur du maillot jaune depuis son sprint victorieux du premier jour, l’Italien Daniele Bennati a créé la sensation en remportant de haute main le contre-la-montre d’Angers, confortant ainsi son leadership provisoire sur l’épreuve. Battu in-extrémis dans l’emballage final du matin, l’homme aux cinquante victoires s’est imposé sans coup férir l’après-midi.



Angers, aujourd’hui 12 heures. Encore échappés en arrivant en ville, les quatre fuyards ne vont pas pouvoir résister au retour du peloton.
Angers, aujourd’hui 12 heures. Encore échappés en arrivant en ville, les quatre fuyards ne vont pas pouvoir résister au retour du peloton.
Presque sans surprise par rapport aux pronostics, l’arrivée de la demi-étape en ligne du matin Saint-Mars-la-Jaille-Angers s’est achevée par une explication entre routiers sprinters. Vainqueur la veille, Daniele Bennati n’a pas réussi le doublé puisqu’il s’est fait déborder sur le fil par un futé Hollandais nommé Michel Kreber. Pour cela, le jeune batave du team Garmin Cervelo, équipier de David Millar, s’est offert non seulement la tête du transalpin, second de l’étape, mais aussi du véloce Anthony Ravard, vainqueur ici même l’an dernier. À noter la belle quatrième place du régional Stéphane Bonsergent (Bretagne Schuller) au cours de ce duel de sprinters.

Pourtant, et en dépit d’un profil de course généralement favorable à un sprint groupé, ils étaient quatre courageux à ne pas admettre que cette « matinale » soit forcément promise à une telle issue sur les pavés du boulevard Henri-Arnaud. Échappés depuis le deuxième kilomètre, autant dire depuis le départ, Kevin Reza (Europcar), Arnaud Gérard (FDJ), Cyril Bessy (Saur Sojasun) et Matthieu Sprick (Skill Shiman) ont tenu la dragée haute au peloton, portant même leur avance à 2’50’’ au plus fort de leur escapade.

Encouragé par le public massé sur la ligne d’arrivée, le quatuor s’est fait reprendre à quelques kilomètres du terme. Désespérant, mais logique tant les équipiers du leader italien ont tout fait pour ramener la meute, aidés en cela par les Garmin Cervélo de Millar, lequel lorgnait vers le contre-la-montre de l’après-midi. Le public aura néanmoins eu le temps d’apprécier de visu le numéro des quatre téméraires grâce aux trois tours de circuit tracés dans la cité du Roi René.



Un beau chrono sous le soleil angevin

Tout sourire le matin, hilare le soir, Daniele Bennati semble apprécier une couleur qu’il a confortée dans la douceur angevine.
Tout sourire le matin, hilare le soir, Daniele Bennati semble apprécier une couleur qu’il a confortée dans la douceur angevine.
Longtemps en tête du parcours chronométré de la seconde demi-étape avec un temps de 8’26’’, Pierrick Fédrigo (FDJ) était poussé de son piédestal temporaire par les spécialistes David Millar et David Zabriskie, par ailleurs équipiers chez Garmin Cervélo qui terminaient tous les deux en 8’19’’, seulement départagés par deux centièmes de seconde. Et tandis que le célèbre speaker Daniel Mangeas meublait les intermèdes en citant les partenaires financiers, trois Français (Anthony Roux, Biel Kadri et Alexandre Geniez) venaient s’échouer sur leurs talons.

La course semblait jouée car personne ne semblait alors en mesure de bousculer la hiérarchie, hormis peut-être Jimmy Engoulvent vainqueur chronométrique en 2009 ici-même. Las, le coureur sarthois tombé dans l’étape du matin était trop diminué pour disputer sa chance dans les meilleures conditions. « En général les sprinters n’aiment pas les contre-la-montre » pronostiquait le commentateur du haut de son podium, avant que son débit s’accélère en voyant la tunique jaune sortir du virage face à lui. À la moyenne de 49,576 km/h, Daniele Bennati s’incarnait en roi du suspense ultime : dernier partant, premier arrivé dans un temps de 8’13.

Sous le soleil angevin, le sprinter italien, vainqueur d’une étape sur les Champs-Elysées, pouvait savourer sa revanche devant la foule massée sur le parvis du Quai. Du coup, l’appétit venant en mangeant, l’équipier des frères Schleck pourrait tenter de conserver son bien lors de la prochaine étape Angers- Pré-en-Pail, aidé en cela par son équipe. Reste pour lui, le sprinteur patenté, à franchir les quelques bosses qui l’attendent.



Michel Barini
Michel Barini
Contributeur Angers Mag - pour le secteur des Ponts de Cé et Murs Erigné. Collabore à la rédaction... En savoir plus sur cet auteur

Sport Pro | Sport détente | Tourisme | Cuisine










Angers Mag











Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00
Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06




cookieassistant.com