Berges de Maine : mise en scène au Quai pour le choix du lauréat


Rédigé par - Angers, le 03/04/2012 - 11:01 / modifié le 03/04/2012 - 11:38


Exercice de démocratie pour les uns, parodie de politique pour les autres, le conseil municipal d’Angers s’est tenu, une fois n’est pas coutume sur les planches du théâtre 400 du Quai. Il s’agissait d’approuver officieusement devant un public nombreux, le choix de l’équipe pour le projet d’aménagement des Berges de Maine. La décision a été entérinée, de manière officielle, lors de la séance qui suivit, à l’hôtel de ville.



La Cène revisitée par le Conseil Municipal d'Angers, pour le choix du lauréat du projet Berges de Maine
La Cène revisitée par le Conseil Municipal d'Angers, pour le choix du lauréat du projet Berges de Maine
la rédaction vous conseille
Ce n’était plus un secret pour personne, l’équipe Grether – Phytolab a été choisie la semaine dernière lors de la séance privée qui précédait le Conseil Municipal et certains élus s’étaient empressés de le faire savoir au premier journaliste de passage. La politique avec ses marchés de dupe est un art dans lequel certains excellent à l’ombre des tours du château du Roi René.

La disposition des élus, hier soir, sur la scène du théâtre 400 du Quai, allait dans ce sens. Alignés derrière une grande table sur laquelle était jetée une nappe, on pouvait aisément imaginer, certains l’auront remarqué, la Cène, le dernier repas de Jésus-Christ avec ses disciples. Aucun des élus n’ayant quitté la pièce avant la fin de la cérémonie, personne n’a pu vraiment savoir qui tenait le rôle de Judas… Cet aspect théâtral n’a pas échappé au conseiller de la minorité, habitué des effets de manches, Emmanuel CAPUS.

La réunion informelle du conseil municipal avait pour objectif d’approuver de manière plus médiatique, devant près de 400 personnes, le choix de l’équipe Grether – Phytolab, pour le projet d’aménagement des berges de Maine. « C’est un conseil municipal extraordinaire par le lien qui unit les angevins à leur projet d’aménagement des berges de Maine », déclarait en ouverture, le maire Frédéric BÉATSE qui s’appuyait sur le succès rencontré par l’exposition des trois projets présentés. « Mais il n’a qu’une valeur indicative, nous devrons délibérer officiellement dans la salle habituelle, sous peine de nullité ».

Pourquoi dès lors interrompre la séance (qui n’en était pas une) pour laisser la parole aux deux représentants du groupe projets habitants, par ailleurs excellents dans leur présentation. Pourquoi laisser d’autres élus s’exprimer alors que leurs propos ne seraient pas pris en compte tenu du caractère non officiel de cette réunion. Ne pouvait-on pas faire plus simple ?


Une équipe cohérente qui répond le mieux aux attentes des Angevins

C’est donc l’équipe Grether –Phytolab qui a été retenue pour élaborer le document cadre, lequel permettra d’établir l’échéancier et les études détaillées pour les deux décennies à venir.

Le projet lauréat, même s’il n’est pas parfait serait, selon la mairie, celui qui est aujourd’hui plébiscité par les angevins, ceux du groupe projet et ceux qui furent consultés lors de l’exposition qui s’est tenu au Quai en début d’année.

« C’est la lisibilité et la compréhension du sujet qui a parlé au grand public », expliquait le Maire. « Le cabinet Grether a montré qu’il avait une grande connaissance de la ville, de son histoire et de son patrimoine en respectant le site et son ambiance. C’est un projet cohérent, qui prend en compte les souhaits des Angevins, notamment pour l’accès facile à la rivière et qui s’étale bien dans le temps ». Bref, ce projet à tout pour plaire, même s’il nécessite quelques aménagements complémentaires et notamment des études hydrauliques pour les iles prévues au niveau de Saint Serge, le traitement végétal de la place La Rochefoucauld et les transports en commun le long de la Maine. « Les Berges de Maine c’est la clé d’un nouvel Angers ! » s’est exclamé Frédéric BÉATSE.

La minorité, même si elle n’était pas à son avantage, a tout de même saisi l’occasion de s’exprimer en public et de prendre date. « Nous partageons le principe d’aménagement des berges et le principe de repenser la ville pour en faire une agglomération du XXIe siècle intégrant des démarches de développement durable », déclarait Laurent GÉRAULT. « Cependant Angers est dans l’ornière pour de nombreux projets qu’il faut régler au préalable : PLU Centre, liaison sud et seconde ligne de tramway. Ce projet virtuel manque de financement global. Peut-on financer le centre de congrès, le tramway, les berges de Maine sans pénaliser le pouvoir d’achat des angevins, déjà inférieur de 20% inférieur à celui des villes de même strate ».

Et de conclure : « Pour éviter que le projet des deux rives de Maine devienne le projet des dérives du Maire, nous nous abstiendrons ». C’est ce qu’ont fait les élus de la minorité lors du pseudo-vote.


Les politiques doivent avoir une vision d’avenir pour leur ville

La plus grande envolée théâtrale de cette séance revient à Emmanuel CAPUS, fidèle à son habitude : « organiser ce conseil dans un théâtre est une idée lourde de sens. Ce projet est un rêve que j’appelle le songe d’une nuit de printemps. Nous sommes sur une scène de théâtre et je ne voudrais pas laisser croire que la politique est un spectacle ».

Ce propos ont aussitôt été repris par le conseiller écologiste Gilles MAHÉ : « Les politiques ne rêvent pas et ne se donnent pas en spectacle, ils doivent avoir une vision à long terme. Vos arguments sont un prétexte à un manque de vision pour notre ville ».

Le mot de la fin est revenu, avant celui du Maire, au plus jeune de l’assemblée, Gino TOMBINI : « Je vous remercie Monsieur le Maire d’être ambitieux, innovant, de penser aux jeunes qui sont l’avenir de cette ville. Qui n’avance pas recule et Angers n’est pas prête de reculer ».

Après la synthèse ferme et cohérente du maire, les élus se sont retrouvés dans la vraie salle du Conseil Municipal, pour la poursuite des échanges et notamment la réponse de la minorité. La décision est inchangée, la majorité a approuvé à l’unanimité le projet Grether – Phytolab, la minorité s’est abstenue.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par webmaster 49 le 04/04/2012 15:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Évidemment, le sujet crucial très controversé des voies sur berge a été évité. Comment savoir ce qu'en pensent les 55 000 usagers quotidiens, des gens qui travaillent, et qui n'ont pas le loisir de venir donner leur avis, surtout que c'était impossible de donner un avis contraire au projet, sous ses trois formes, il réduisait les voies sur berge à une simple rue ? Lorsque j'ai posé la question à JC Antonini et à F. Beatse, je n'ai pas eu de réponse cohérente ou pas du tout. En fait ce projet ...















Angers Mag