Bernard Giraudeau : la fin d’un combat exemplaire


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 17/07/2010 - 15:02 / modifié le 19/07/2010 - 16:41


Séducteur aux yeux d’un bleu profond, le comédien Bernard Giraudeau qui était aussi romancier, vient de quitter définitivement la scène après dix années d’une lutte exemplaire contre le cancer. Nous avons une pensée émue pour sa fille Sara croisée, encore cette année, lors du Festival d’Anjou.



Bernard Giraudeau lors d'une rencontre des Ecrivains de Marine le 29 octobre 2005
Bernard Giraudeau lors d'une rencontre des Ecrivains de Marine le 29 octobre 2005
L’émotion est grande, tout au moins autant que le combat de ce comédien qui n’a jamais caché la maladie qui le rongeait depuis plus de 10 ans. Sur les plateaux de télévision où il apparaissait de moins en moins il n’hésitait pas à avouer que ce n’était pas facile, qu’il était très fatigué, mais qu’il fallait continuer à se battre contre celle sale maladie qui touche tout le monde, y compris les comédiens. Jamais renoncer, se battre et prendre la vie comme elle est avec ses joies et ses peines, tel était le crédo de cet homme qui ne voulait surtout pas qu’on le plaigne.

Aujourd’hui la ville de la Rochelle, dont il est natif, est en deuil. Petit fils de pêcheur et fils de militaire, il s’engagea dans la Marine à 15 ans, à l’école des apprentis-mécaniciens de Saint Mandrier (Var). Passionné de voyages, il effectua deux tours du monde sur le porte hélicoptère la Jeanne d’Arc, lequel a tiré récemment, tout comme le comédien, sa révérence. Il navigua également sur la frégate Duquesne et le porte avion Clémenceau.

Bernard Giraudeau fit ses débuts dans le cinéma en 1973, après un passage au Conservatoire, dans « Deux hommes dans la ville », aux cotés de 2 monstres sacrés : Jean Gabin et Alain Delon. Très vite il sera repéré pour son allure beau gosse, charmeur et aventurier. On le verra dans « Viens chez moi j’habite chez une copine », en 1981 avec Michel Blanc, puis plus tard dans un rôle plus physique dans « le Ruffian » avec Lino Ventura. Bernard Giraudeau excellait également dans les rôles ambigus ou de manipulateurs, comme « l’année des méduses » ou « une affaire de goût ».

Passionné de voyages, il passa derrière la caméra en 1996 pour réaliser un excellent film tourné au Sénégal, dans cette Afrique qu’il affectionnait tout particulièrement : « Caprices d’un fleuve ».

« C’était un romancier de talent, un homme au grand cœur qui a combattu avec courage et détermination les attaques de la maladie qui l’a atteint dans la force de l’âge », disait ce matin le Ministre de la Culture Frédéric Mitterrand.

Depuis qu’il se savait touché par un cancer aux reins, puis aux poumons, il multipliait les actions de soutien envers tous ceux qui, anonymes, sont également atteints par cette maladie, les appelant à se battre et à faire confiance en la médecine traditionnelle et notamment la chimiothérapie. Il était remonté plusieurs fois sur les planches présidant même la nuit des Molières en 2009.

Âgé de 63 ans, Bernard Giraudeau s’est éteint ce matin à 7h dans un hôpital parisien, a annoncé son agent. Il laisse deux enfants, Gaël et la comédienne Sara, Molière de la révélation féminine en 2007 que les angevins ont pu applaudir cette année au Festival d’Anjou dans « la Nuit des Rois » et avec sa mère Anny Duperey, femme du comédien pendant 15 ans, dans « Colombe ».



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com