Bisbille politique autour du budget du département de Maine-et-Loire


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Angers, le 12/09/2013 - 18:53 / modifié le 12/09/2013 - 18:58


A la suite de l'officialisation de la candidature de Christophe Béchu aux municipales à Angers, la situation budgétaire du département de Maine-et-Loire vient de donner lieu à plusieurs critiques à gauche. Christian Gillet, le vice-président du département y répond.



Pour Christian Gillet (ici à la droite de Christophe Béchu), le 1er vice-président du Conseil Général. les socialistes angevins confondent la situation budgétaire du Maine-et-Loire avec "celle de la Corrèze"...
Pour Christian Gillet (ici à la droite de Christophe Béchu), le 1er vice-président du Conseil Général. les socialistes angevins confondent la situation budgétaire du Maine-et-Loire avec "celle de la Corrèze"...
Parions, sans trop de risques, que ce sera l'un des objets de friction électorale durant la campagne des municipales à Angers. La situation budgétaire du département de Maine-et-Loire vient de donner lieu à une passe d'armes entre la gauche et la droite.

Le patron des socialistes de Maine-et-Loire, Grégory Blanc, et le député et conseiller municipal d'Angers, Luc Belot, ont été les premiers à dégainer vendredi dernier après l'officialisation de la candidature de Christophe Béchu. Le premier expliquant "vu l’état des finances du département, on attend d’un Président qu’il y consacre son énergie". Le second sortant l'artillerie lourde en soutenant que c'est carrément à "la faillite" que le sénateur UMP conduit le Conseil Général.

Parole à la défense donc et, en l'espèce, à Christian Gillet (UDI), le n°2 du département pour qui ces déclarations sont "à la fois mensongères et déplacées" et "relèvent à tout le moins de la malhonnêteté intellectuelle, au pire de l’incompétence".

"N’en déplaise à MM. Belot, Blanc et leurs amis socialistes, le département du Maine-et-Loire n’est pas en « faillite », loin s’en faut. Sans doute confondent-ils avec la Corrèze, que le président de la République, François Hollande, a longtemps dirigée" écrit Christian Gillet.

"En 2013, les 56 départements de France les plus en difficulté ont bénéficié d’un fonds d’urgence débloqué par l’Etat. L’année précédente, 30 autres départements ou territoires avaient déjà perçu de l’argent public au titre de ce même fonds. Le Maine-et-Loire ne fait pas partie des bénéficiaires, la Corrèze, si, et en 2012 comme en 2013, argumente le 1er vice-président du Conseil Général de Maine-et-Loire, Sur ces deux exercices, elle recevra en effet 13 millions d’euros. On peut donc légitimement se poser la question de savoir quel département est le mieux géré."

"On peut comprendre la fébrilité de la gauche angevine au vu des dissensions locales. On peut comprendre aussi que le Parti socialiste est aux abois compte tenu du contexte national. Mais une campagne électorale n’autorise pas à dire tout et n’importe quoi" écrit aussi Christian Gillet.









1.Posté par Jean-François le 12/09/2013 21:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Rappelons aussi que les départements ont eu à supporter ces dernières années d'énormes transferts de charges, imposés par l'Etat, particulièrement dans le domaine de l'aide aux personnes en situation fragile (enfance, personnes âgées, handicap...) ce qui leur impose des dépenses difficilement compressibles. Alors, que proposent ces élus socialistes qui crient si fort ? Que le Conseil Général laisse tomber ces personnes en difficultés pour faire quelques économies ?















Angers Mag