Bois énergie, l'agglo d'Angers donne un coup de pouce à la filière locale


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Angers, le 29/01/2014 - 14:38 / modifié le 29/01/2014 - 22:53


Pour la chaufferie Biowatts, c'est une goutte d'eau. Mais pour le développement de la filière bois énergie départementale, c'est un sacré coup de pouce. Angers Loire Métropole vient de signer un contrat de cinq ans avec la Scic (1) Maine-et-Loire Bois Energie, de quoi donner du sens et de la visibilité aux agriculteurs qui s'y sont engagés.



Le silo de stockage du bois déchiqueté pour la chaufferie Biowatt à Angers
Le silo de stockage du bois déchiqueté pour la chaufferie Biowatt à Angers
Les agriculteurs de Maine-et-Loire adhérents de la Scic vont fournir cette année mille tonnes de bois déchiqueté provenant de leurs haies à la chaufferie installée à la Roseraie, puis 3 000 tonnes d'ici quatre ans. L'objectif, c'est bien de donner un coup de pouce à la filière bois énergie constituée en septembre 2011. Avec 300 tonnes de bois produites la première année, elle avait en effet une activité assez réduite jusque-là.

Pour l'agglo, ce partenariat est surtout une belle opération de com', puisque les mille tonnes de bois qui proviendront des exploitations agricoles du Pôle Métropolitain Loire Angers (ex Pays Loire Angers) représentent à peine plus d'1% du volume total nécessaire à la centrale de co-génération.

Les 90 000 tonnes de bois qui servent à chauffer les 14 000 foyers desservis (40 000 habitants soit le quart de la population d'Angers) sont essentiellement des plaquettes forestières, mais aussi des broyats issus de centres de tri, des plaquettes de scierie et des écorces.

L'agglo fait ainsi un geste en direction de la filière bois énergie. Ce coup de pouce vise bien à impulser une dynamique à la filière, mais le contrat ne sera pas reconduit, une fois arrivé à échéance dans cinq ans. "Demain, la filière doit être autonome, ce bois bocager a plutôt vocation à terme à alimenter les plus petites chaudières", explique Gilles Beaujean, technicien de la chambre d'agriculture, animateur de la Scic.

Et puis surtout, c'est un bois qui vaut plus cher. "Pour nous, ce n'est pas rentable", admet Dominique Servant, vice-président d'Angers Loire Métropole chargé notamment des territoires ruraux et paysages. 13€ de plus par mégawatt produit exactement. Autrement dit, ce geste a un coût pour la collectivité. Mais un coût qui ne devrait pas être répercuté sur les factures des ménages alimentés.

Lire aussi notre article "Biowatts Angers : le bois pour chauffer et éclairer" (05/03/2013)

(1) Société coopérative à intérêt collectif











Angers Mag















Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51


cookieassistant.com