Bracha Ettinger au Musée des Beaux Arts d’Angers


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le Samedi 26 Mars 2011 à 10:02


C’est une grande artiste de renommée internationale, en la personne de Bracha Lichtenberg Ettinger qu’accueille, du 25 mars au 12 juin 2011, le musée des Beaux Arts d’Angers. Considérée comme une figure importante de l’art contemporain international elle aurait une grande influence, au travers de son œuvre, sur le féminisme international.



Bracha Ettinger, No Title Yet n°1 (Saint Jean-le-Baptiste), 2003-2009, huile sur toile, collection particulière
Bracha Ettinger, No Title Yet n°1 (Saint Jean-le-Baptiste), 2003-2009, huile sur toile, collection particulière
la rédaction vous conseille
Vivant entre Tel Aviv (Israël) où elle est née et Paris où elle possède un atelier depuis 1971, Bracha Lichtenberg Ettinger, s’impose comme un personnage important de l’art contemporain et la psychanalyse, occupant une place importante dans le féminisme international. Peintre, écrivaine et conférencière très engagée elle vit sa peinture et l’illumine. Son travail que l’on pourrait presque considérer comme « post-moderne », « témoigne d’un siècle où la modernité en peinture s’est déclinée autour de l’horreur, au cours duquel l’homme n’a jamais été aussi loin dans l’insoutenable ».

Au Musée des Beaux Arts d’Angers, l’artiste investit le cabinet d’arts graphiques en y entremêlant ses nombreux dessins, ses huiles, ses pages de carnets d’artiste et de croquis, tout ce qu’elle garde précieusement chez-elle et qui contribuent à mieux connaître sa démarche et le chemin qui la conduit à la conclusion de ce qui sera considéré comme une œuvre. C’est la première fois qu’elle expose ses carnets en dehors de son atelier.

Le visiteur remarquera que pour l’ensemble de son œuvre, le dessin est essentiel, il se confond même avec la peinture et les traces d’empreintes sur les photocopies (xérographie avec poussière). « Il s’y immerge et en émerge. C’est la peinture à la fin qui arrive à sublimer toutes les expériences, en donnant la profondeur et l’évanescence au parcours esthétique traversant rêves et cauchemars, en extorquant traces, trous et vestiges de refoulements et d’amnésies, enfuis dans l’inconscient » - Rosi Huhn « Traumanatomie. L’art de Fugue ». Bracha Lichtenberg Ettinger est avant tout un peintre qui travaille avec et par la peinture. Une attitude plutôt rare de nos jours.

Le Cabinet de Bracha, tel qu’il est installé au Musée des Beaux Arts, est un lieu intime, une sorte d’alcôve ou se dévoile l’œuvre empli de souvenirs de l’artiste. C’est un endroit où l’on conserve les reliques d’une histoire, des tranches de vie et parfois de survie, des éléments qui constituent un travail de mémoire sur le passé et même, aussi surprenant que cela puisse paraître, sur l’avenir.

Bracha Lichtenberg Ettinger - dans son atelier en 2009
Bracha Lichtenberg Ettinger - dans son atelier en 2009
Une table ronde permettant au public d’échanger avec l’artiste était organisée hier dans l’auditorium du musée des Beaux Arts. Une journée rencontre est également prévue ce samedi 26 Mars de 15h à 17h, dans l’auditorium. Le groupe « Transscapes », lequel s’est engagé dans la lecture de la pensée matrixielle de Bracha Ettinger, présentera l’avancée de ses travaux en conversation avec elle. Entrée gratuite.

Bracha Ettinger - Le Cabinet de Bracha
Exposition du 25 mars au 12 juin 2011
Ouverture du mardi au dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h
Entrée gratuite

Musée des Beaux-Arts d’Angers
14, rue du Musée – Angers
www.musees.angers.fr



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag