« Ça chauffe… », le festival des créations théâtrales


Rédigé par Michel Barini - Angers, le Lundi 28 Février 2011 à 10:31


Le Théâtral festival de Mûrs-Erigné revient sur les planches du centre culturel Jean-Carmet avec un programme composé d’une quinzaine de spectacles joués par autant de compagnies différentes. Cette troisième édition de « Ça chauffe en février », du nom de l’association éponyme, aura lieu au mois de… mars, du mardi 8 au dimanche 13.



« Tout reste à faire » par la compagnie Gaïa, ou la vie d’un couple normal touché par le chômage. A voir le mercredi 9 mars, 20 h 30.
« Tout reste à faire » par la compagnie Gaïa, ou la vie d’un couple normal touché par le chômage. A voir le mercredi 9 mars, 20 h 30.
la rédaction vous conseille
Tout est pareil mais rien n’est tout à fait comme avant. Programmé pendant les vacances scolaires, le festival suit le mouvement d’un calendrier académique qui s’est décalé dans le temps. Tout comme les congés de février de la zone A qui ont lieu en mars, il s’adapte à la nouvelle donne et recule d’autant. Habituellement inscrit en février, il glisse donc en mars. Changement tout à fait logique puisqu’il s’adresse en partie aux jeunes spectateurs avec notamment une offre conçue pour eux.

Tout est pareil parce que l’événement a toujours pour vocation à s’installer dans la durée et la densité autour d’un rendez-vous exceptionnel dédié au théâtre, rien qu’au théâtre. Pendant six jours, en matinée et en soirée, 14 compagnies du Maine-et-Loire et une troupe de Loire-Atlantique vont brûler les planches afin de proposer 15 spectacles. Pas moins que cela. Et même plus que ça car certains d’entre eux seront donnés à deux reprises pour finalement porter le nombre de séances à 20 représentations.

Créé en 2009, le festival est né autour d’un collectif d’artistes (le SAAS) du spectacle vivant qui a pour objet de promouvoir des règles de solidarité, de mises en commun de moyens et de compétences au service d’une économie solidaire. Ainsi, les bénéfices seront répartis équitablement entre artistes et techniciens afin que chacun reçoive le même cachet.

Rien n’est comme avant non plus parce que, là aussi, tout comme l’an dernier, les pièces seront inédites, du moins en ce lieu. Des troupes fraîches vont se présenter au public érimûrois comme la compagnie de Patrick Cosnet qui va débarquer avec une nouveauté « La femme du mineur ». Cette troupe de Pouancé aura d’ailleurs l’honneur de frapper les trois coups de ce festival non-stop.

Des nouveaux venus donc, mais également des retours avec ces quelques fidèles qui reviennent sur le terrain de leurs exploits antérieurs comme Gaïa, les 3T, Piment Langue d’oiseau ou Spectabilis. Des habitués sans leurs habitudes. Car la caractéristique locale veut qu’on se donne comme objectif de revenir avec des créations inédites.

Et le public apprécie tellement que certains spectacles, parmi ceux destinés aux tout-petits, vont se jouer à guichets fermés. À la grande satisfaction de Nadine Loc’h, directrice du centre culturel, qui confirme que la fréquentation va crescendo : « De 800 spectateurs en 2009, on est passé à plus de 1200 en 2010. Le concept a fonctionné d’entrée. Mais notre fierté, c’est de proposer une vitrine de découvertes avec des créations locales. C’est notre spécificité ». Pour autant, il reste évidemment des places dans tous les genres : théâtre musical, contes théâtralisés, pièces burlesques, théâtre social, performances rock-poésie, comédies…

Les compagnies et les spectacles

Mardi 8 mars à 20 h 30 : « La femme du mineur » par la Compagnie Patrick Cosnet.

Mercredi 9 mars à 10 h et à 11 h : « Hibouchou… » par la Compagnie Omi Sissi ; à 15 h : « La belle bleue » par la Compagnie Les 3T ; à 20 h 30 : « Tout reste à faire » par la Compagnie Gaïa.

Jeudi 10 mars à 10 h et à 11 h : « La chasse à l’ours » par la Compagnie Bagoulu ; à 15 h 30
Goûter-théâtre (à partir de 5 ans) ; à 20 h 30 : « Le hurlement du papillon » par le Collectif Piment, Langue d’oiseau.

Vendredi 11 mars à 10 h et à 11 h : « Les crocodiles rouges » par la Compagnie Spectabilis ; à 15 h, « L’ébloui » par le Collectif Citron ; à 20 h 30, « La géométrie des silences » par et avec Marc Buléon.

Samedi 12 mars à 10 h 30 : table ronde et débat « Café-croissants » ; à 15 h 30 : « Raiponce » par la Compagnie Oeildudo ; à 18 h 30 : « Le Chemin des Dames » par la Compagnie Demain des Pieds; à 20 h 30 : « Les femmes à Barbe Bleue » par la Compagnie Les Poupées de Chimère.

Dimanche 13 mars à 10 h et à 11h : « Petit Conti Conta » par Jim’Histoires ; à 15 h 30 : « Le nez » par la Compagnie Nomorpa ; à 17 h : « Fragiles(s) » par la Compagnie Artbigüe.

Théâtral festival « Ça chauffe en février ». Centre culturel Jean-Carmet, route de Nantes, 49610 Mûrs-Érigné. Du mardi 8 au dimanche 13 mars 2011. Tél. : 02.41.57.81.85. La séance, tarif plein : 10 € ; réduit : 7 € ; jeune public : 5 €, Pass 3 séances : 18 € ; tarif de groupe : 5 €. Lire le détail du programme.



Michel Barini
Michel Barini
Contributeur Angers Mag - pour le secteur des Ponts de Cé et Murs Erigné. Collabore à la rédaction... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag