Cancer du rein : révolution chirurgicale au CHU d'Angers


Rédigé par Margot PAGE - Angers, le 14/07/2015 - 08:03 / modifié le 14/07/2015 - 08:03


Le CHU d'Angers n'arrête pas le progrès : trois patients ont bénéficié, en première mondiale, d'une nouvelle technique chirurgicale qui améliore les conditions de l'opération de la tumeur rénale. Zoom sur cette révolution chirurgicale.



La salle hybride, équipement nouvelle génération, rend possible cette nouvelle technique chirurgicale. Credit : C.Jouannet – CHU Angers
La salle hybride, équipement nouvelle génération, rend possible cette nouvelle technique chirurgicale. Credit : C.Jouannet – CHU Angers
la rédaction vous conseille
Le cancer du rein touche environ 12 000 personnes par an. Le CHU d'Angers, un des plus importants centre de recrutement, accueille 150 nouveaux patients tous les ans. Depuis quelques années, le Dr Bigot, chirurien urologique, se penche sur cette question et réfléchit, avec le Dr Bouvier, radiologue interventionnel, à une solution pour améliorer la prise en charge de la tumeur rénale. Récemment ils ont mis au point une technique qui permet de préserver l'organe au maximum et de favoriser la sécurité du patient.

Le cancer du rein nécessitait jusqu'alors une opération complexe et délicate. Le rein étant un organe très vascularisé dans lequel afflue une quantité importante de sang, les risques d'hémorragies sont nombreux. L'opération était réalisée sous cœlioscopie, une technique qui évite l'ouverture de l'abdomen en travaillant avec des "pinces" sous la peau. L'idée, pour retirer la tumeur, était de bloquer l'afflux de sang dans l'organe en clampant, c'est à dire en pinçant, l'artère principale. Le rein n'étant plus irrigué, le chirurgien pouvait retirer les tissus cancéreux et suturait ensuite tous les petits vaisseaux connectés à la tumeur. Mais cette opération posait deux problèmes. D'abord, quand la circulation sangine était coupée dans le rein, l'organe s'abîmait. Ensuite, le travail de suturation des vaisseaux étant très compliqué sous coeilioscopie, l'opération basculait souvent en chirurgie à ciel ouvert, dont la convalescence est plus longue.

 
"Ce sont les équipements de la salle hybride qui me guident, comme un GPS, et m'aident à localiser la tumeur. Mon collègue chirurgien peut alors retirer la tumeur, et le sang continue à circuler dans le rein"

Le Dr Bouvier, radiologue interventionnel, remarque que les patients ont souvent des saignements post-opératoires, ce qui l'oblige à boucher les vaisseaux qui saignent. Pourquoi ne pas faire ça avant l'opération ? Le Dr Bigot, expert national et européen de la question rénale, le suit et ils se lancent dans la réalisation de ce projet. Ce qui va le rendre possible, c'est la salle hybride : une salle qui combine tous les avantages d'un vrai bloc opératoire et d'une vraie salle de radiologie, qui donne les images en temps réel de ce que fait le chirurgien.
Le principe est simple : "Au lieu de couper les vaisseaux, explique le Dr Bouvier, je bouche les vaisseaux qui vont vers la tumeur, de l'intérieur. Comme toutes les artères sont connectées dans notre corps, je passe par l'artère fémorale, au niveau de la cuisse, pour remonter jusqu'au rein. Ce sont les équipements de la salle hybride qui me guident, comme un GPS, et m'aident à localiser la tumeur. Mon collègue chirurgien peut alors retirer la tumeur, et le sang continue à circuler dans le rein."

Plusieurs avantages : le rein reste irrigué en permanence, sa fonction est conservée au maximum ; les saignements sont contrôlés et permettent une sécurité optimale pour le patient ; la chirurgie est plus facile, moins longue et les patients se remettent de l'opération plus rapidement.
Bref, "un exploit technique et humain", résume le Dr Bigot. Un plus pour le CHU d'Angers qui ouvre bien la voie d'une nouvelle chirurgie.












Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com