Cantine numérique d’Angers : Maine Labs ne renonce pas à la labellisation


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Angers, le 06/09/2012 - 12:10 / modifié le 07/09/2012 - 12:25


Initiatrice du projet de Cantine Numérique à Angers, l’association Maine Labs organisait sa première assemblée générale hier soir, à la maison des projets (ex-maison du tram). Sur les 72 adhérents inscrits, quarante deux ont fait le déplacement pour faire le bilan de l’exercice écoulé et savoir où en est le projet de Cantine numérique.



L'assemblée générale lors du vote pour l'approbation du nouveau fonctionnement de l'association
L'assemblée générale lors du vote pour l'approbation du nouveau fonctionnement de l'association
la rédaction vous conseille
Verra-t-on un jour une Cantine Numérique ouvrir à Angers ? C’est la question que posent les acteurs du numérique angevins et notamment les adhérents de l’association Maine Labs, initiatrice de ce projet soutenu par les institutions locales.

Pour cette première assemblée générale de l’association Maine Labs, porteuse du premier projet de Cantine numérique, depuis août 2011, il s’agissait de faire le point de l’année écoulée et surtout d’inviter ses membres à s’investir dans les projets en cours de développement.

« Depuis le lancement de ce projet, le réseau des Cantines Numériques a mis en place une charte de labellisation », déclarait hier soir, Etienne Henry et Reynald Werquin, respectivement président et trésorier de la première année d’exercice. « Désormais pour prétendre au label Cantine Numérique, il faut répondre aux critères de cette charte et par conséquent présenter un programme d’activités suffisamment étoffé. Ce qui n’était pas le cas quand nous avons lancé ce projet ».

N’est donc pas Cantine qui veut. Mais le fait de ne pas être estampillé Cantine, n’empêche pas à l’association de poursuivre ses activités et d’ouvrir l’espace de « coworking » attendu par les adhérents. « La Cantine ce n’est pas une fin en soi. Il faut d’abord proposer un contenu, faire vivre les lieux, et ensuite quand le programme est suffisamment rempli, demander la labellisation », déclarait à son tour, le secrétaire Yannick Sourisseau. « Une coquille vide ne sera pas acceptée, il faut désormais reprendre les choses dans l’ordre ». Cet espace numérique qui fonctionnera comme une Cantine, sans en avoir le nom, tout au moins pour l’instant, devrait-être prochainement inauguré.

Un fonctionnement peu commun, approuvé à la majorité

Pour cette assemblée générale, le secrétaire avait également la lourde de tache de proposer, après l’élection du nouveau Conseil d’Administration renforcé de 7 à 13 membres, le projet de gestion collégiale de l’association, c'est-à-dire sans bureau et donc sans président, secrétaire et trésorier en titre.

Cette disposition atypique, mais conforme à la loi du 1er juillet 1901, s’organise autour d’un Conseil dont les membres ont des missions opérationnelles précises (Administration, communication, logistique, relations publiques, économie, etc …). Deux représentants légaux seront élus par ce nouveau Conseil pour régler tous les problèmes de la vie civile et notamment les démarches administratives. Pour gérer les éventuels conflits au sein du Conseil, les membres éliront à chaque séance un président pour l’arbitrage et un secrétaire pour le compte rendu.

« Vous pouvez assimiler les représentants légaux à un président et un vice-président, mais ils n’en n’auront pas le titre. Quant au président de séance, son pouvoir sera limité à la seule réunion qu’il présidera », argumentait l’ex-secrétaire. « Ainsi il ne pourra s’attribuer l’association a lui seul comme c’est souvent le cas dans de nombreuses associations. Je vous rassure ce n’était pas le cas de Maine Labs, c’était plutôt l’inverse ».

Ce dispositif approuvé par 34 sur voix sur 42 (4 contres et 4 abstentions), devrait permettre d’introduire plus de démocratie au sein de la structure et surtout mieux faire participer plus facilement les membres de l’association et du Conseil selon le mode collaboratif cher à la communauté numérique. « Je suis d’accord, mais faites que ça marche », avait écrit un adhérent sur son bulletin.

La question de l’autre association, Angers Numérique, a également été abordée. « Nous avons établi des liens avec ses dirigeants et son président, Mickaël Esnault, désormais membre de Maine Labs était invité. Il n’est pas présent ce soir pour s’exprimer, c’est dommage », ont répondut les membres fondateurs de l’association lesquels aimeraient bien clore ce chapitre. Un nouveau contact avec Angers Numérique devrait être établi rapidement.









1.Posté par Maine Labs le 06/09/2012 16:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il serait intéressant de réussir à réunir les 2 associations Angers Numérique et Maine Labs pour éviter une sorte de compétition. La ville d'Angers a besoin d'une vraie dynamique pour le secteur du web et du numérique. Continuez comme cela !















Angers Mag