Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Samedi 25 Octobre 2014







Carrefour Saint-Serge bloqué par les agriculteurs


Rédigé par - Le 05/10/2012 - 13:59 / modifié le 06/10/2012 - 01:13


Ils avaient prévenu. Ils sont venus. Les accès à l'hypermarché Carrefour Saint-Serge d'Angers ont été bloqués toute la matinée par des agriculteurs de Maine-et-Loire. Ces derniers revendiquent la renégociation des prix pratiqués par la grande distribution sur certaines productions.



Carrefour Saint-Serge bloqué par les agriculteurs
Des dizaines de pneus, du fumier et des parpaings. Quand il s'agit d'afficher leur capacité de mobilisation, les adhérents de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs de Maine-et-Loire ne sont jamais à court d'arguments. Tôt ce matin, une centaine d'entre eux se sont positionnés aux entrées de l'hypermarché Carrefour Saint-Serge, pour en bloquer l'accès aux clients.

Pas une surprise pour le directeur de l'établissement. La semaine passée, les responsables syndicaux lui avaient fait passer le message, en l'invitant à réagir pour éviter d'en arriver là. Mais au sein du groupe Carrefour, faire bouger les prix ne se décide pas à un niveau local... Car c'est bien la question des prix qui est, une nouvelle fois, à l'origine de l'action menée ce matin par les agriculteurs angevins.

Depuis le 3 mai 2011, un accord, signé au niveau national par la FNSEA et les principales organisations représentatives de la grande distribution, incite à la réouverture des négociations commerciales lorsque plusieurs conditions liées notamment à l'évolution des prix de l'alimentation animale et à la part du coût de l'alimentation dans les prix du produit, sont réunies.

"Depuis juin, toutes les conditions sont réunies pour la volaille. Depuis août, c'est vrai aussi pour la viande bovine, et depuis quelques semaines, pour le porc. Mais aucune discussion véritable n'a été engagée" explique Jean-Marc Lezé, le président de la FDSEA.

D'où l'idée symbolique d'ériger un mur face au parking de Carrefour. "Pour les mettre au pied du mur et pour leur dire que nous sommes dos au mur" poursuit Jean-Marc Lezé qui estime que nombre d'agriculteurs sont acculés actuellement par la hausse de leurs charges.

À 13 heures, les engins de travaux publics commençaient à déblayer le terrain, guidés par le directeur du Carrefour Saint-Serge. De source syndicale, on apprenait qu'une rencontre entre Xavier Beulin, le président de la FNSEA, et la direction du groupe était dans les tuyaux.



Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Estoufet le 05/10/2012 15:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je veux bien comprendre les motivations des membres de la FDSEA ce matin devant Carrefour St Serge...MAIS ...prendre en otage les employés (en poste depuis 5h heures du matin), en les empéchant de travailler ..et de sortir du magasin, en est une autre..
Futurs manifestants, mettez vous dans la poche la population (péage gratuit...) mais ne nous prenez pas en otage! Merci

2.Posté par eugebf le 05/10/2012 22:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis cliente du magasin et de la galerie, je suis tout à fait d'accord avec Estoufet ! Je ne travaille pas pour Carrefour, mais j'estime que les agriculteurs n'avaient pas le droit de bloquer le parking car il s'agit d'un centre commercial, ils ont donc empêchés les employés du centre commercial de carrefour de travailler comme les employés de carrefour! Si on leur disait aujourd'hui vos employés vont faire acte de présence, vous les paierez et les charges avec mais ils ne travailleront pa...

3.Posté par Willy le 06/10/2012 23:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Estoufet et eugebt

(...)
Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes
Je n’ai rien dit
Je n’étais pas syndicaliste.
Lorsqu’ils sont venus chercher les catholiques
Je n’ai rien dit
Je n’étais pas catholique.
Lorsqu’ils sont venus chercher les Juifs
Je n’ai rien dit
Je n’étais pas Juif.
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait plus personne pour protester.

Dans une bien moindre mesure bien sur, mais je trouve le poème de Martin Niemöller pertinent à lire vos commentaires.

C'est la panade à tout ...















Angers Mag













Instagram



cookieassistant.com