Carton rouge


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 21/11/2009 - 18:29 / modifié le 26/11/2009 - 23:38


Jamais un match de football n'aura autant suscité l'attention. Il aura suffit qu’un joueur et pas n’importe lequel, Thierry Henry, le capitaine de l’équipe de France, commette une faute lors d’un tir au but, pour que la planète foot s’enflamme. Et dire que je n’ai jamais vraiment aimé le football …



Carton rouge
Mercredi soir, la France entière retenait son souffle. Devant les écrans de télévision ils étaient plusieurs millions, la cannette de bière dans une main et la pizza dans l’autre, à suivre les péripéties de notre équipe nationale de football. L’équipe d’Irlande que l’on avait battue avec bien des difficultés lors du match aller, quelques jours plus tôt était en train de malmener la « grande » équipe de France sur son propre terrain. Pire, cette équipe dont on disait qu’elle était d’un niveau inférieur, prête à tout elle avait réussi à marquer un but. A la fin de la première mi-temps, le voyage en Afrique du Sud de nos petits « bleus », pour la Coupe du Monde 2010, était largement compromis.

Peu intéressé par ce match, même si l’enjeu était de taille, je suivais d’un œil distrait la rencontre. Au vu du score et de la domination des diables verts, je ne voyais pas comment notre équipe nationale allait s’en sortir. Il fallait à ce moment là, une bonne dose de chauvinisme pour imaginer que les joueurs français allaient réussir à arracher la qualification. Après tout, il suffisait d’un petit but pour que les bleus gagnent leur ticket pour le pays de Mendela.

Et soudain le miracle, tant attendu pas les supporters, se produisit. L’équipe de France, par l’intermédiaire de son capitaine, Thierry Henry, marqua enfin le but qui lui permettait de jouer le Mondial. Dans les tribunes du stade de France, devant les téléviseurs, c’était l’euphorie.

Malheureusement c’était sans compter sur la télévision, la Une, qui avait placé moult caméras autour des buts et autant de techniciens pour décortiquer les actions de tous bords. Déception, les supporters découvrent avec stupeur que le joueur qui avait sauvé l’équipe française et toute la planète foot pour l’occasion, s’était aidé de ses mains pour mieux contrôler son tir.

Bien sûr, tous avaient vu les joueurs irlandais et même le gardien venir hurler la faute à l’arbitre. Mais celui-ci caché par la masse de joueurs, n’avait rien vu et sifflé du même coup le but. Tant mieux se disaient la plupart des supporters. Après tout, pas vu pas pris. C’est comme ça, c’est la loi du football, disaient les plus accros, lesquels auraient certainement crié au scandale si l’affaire s’était produite devant le but français.

On a beau ne pas aimer le football, comme moi, on ne peut que constater l’erreur sans pour autant demander à rejouer ce match. L’arbitre n’a pas vu la faute, certes, mais sa décision est souveraine. C’est à notre avantage, tant mieux, mais ce n’est pas la première fois que cela se produit. Que celui qui ne triche pas jette la première pierre à Henry. Comme partout il suffit de ne pas se faire prendre. Sauf que dans le cas présent, il y avait la télévision laquelle passe désormais les images de cette main de la honte en boucle. Difficile d’y échapper, même si l’on ne s’intéresse pas au football. D’autant qu’après avoir dit qu’il ne souvenait pas avoir touché le ballon de la main, le capitaine français, a depuis présenté ses excuses à l’équipe Irlandaise.

Le plus grave dans cette histoire, c’est que l’exploit de notre joueur national, peu glorieux, risque de servir d’exemple pour les plus jeunes, lesquels n’hésiteront plus à tricher et a dissimuler leurs erreurs. Ma main à couper qu’après le coup de tête de Zidane, ce sera la main d’Henry qui deviendra la pratique la plus populaire sur les terrains de football. Les éducateurs et surtout la Fédération Française qui prône des valeurs de loyauté auprès des jeunes joueurs risquent d’avoir fort à faire dans les mois à venir pour rattraper le coup. D’autant qu’il fut réalisé par le capitaine de l’équipe, c'est-à-dire celui qui est censé servir de guide et de modèle pour les autres joueurs. C’est raté…

Et pourtant si Henry était allé voir l’arbitre pour lui avouer sa faute et faire annuler le but, ça n’aurait pas manqué de panache. Mais pour cela il faut en avoir dans le short, comme dirait les plus paillards et c’est loin d’être le cas, d’autant qu’au vu des sommes engagées, l’essentiel reste tout de même de gagner, par tous les moyens, y compris de tricher. Et s'il n'y avait que sur les terrains de football ....



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com