Casta-Desplechin, le feu et la glace à Premiers Plans


Rédigé par Tristan LOUISE - Angers, le Samedi 28 Novembre 2015 à 13:34


La 28e édition du festival angevin de cinéma, qui se tiendra du 22 au 31 janvier 2016, a livré le nom de son président de jury (Arnaud Desplechin) et de sa vice-présidente (Laetitia Casta). Classe…



Casta-Desplechin, le feu et la glace à Premiers Plans
la rédaction vous conseille
On n’ira pas jusqu’à dire qu’Arnaud Desplechin est un enfant de Premiers Plans, mais son histoire de cinéaste est fortement liée au festival angevin. En 1991, il se présente avec son premier long métrage, La Vie des morts, et avec le scénario de son deuxième, La Sentinelle. Celui-là, avec Marianne Denicourt, Roh Leibovici, Laurence Cote et Emmanuelle Devos, qui deviendra une fidèle du réalisateur, glane le Prix Procirep et le Grand Prix Prix SACD. Celui-ci obtint le Prix du public des Lectures de scénarios – l’histoire de La Sentinelle avait été lue à l’époque par André Dussolier.

Depuis ses premiers pas, Arnaud Desplechin s’est fait une place au soleil du 7e art hexagonal, avec des films comme Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) en 1996, Esther Kahn en 2000, Rois et Reine avec Mathieu Amalric, Emmanuelle Devos et Catherine Deneuve en 2004 et Un Conte de Noël, encore avec Catherine Deneuve, en 2008. Cette année, il reçoit le Swann d’Or du meilleur réalisateur à Cabourg pour Trois souvenirs de ma jeunesse et fait ses grands débuts en tant que metteur en scène, avec Père d’August Strindberg, pièce qu’il crée en septembre dernier à Comédie-Française.

Auteur d’un cinéma exigeant, connu et reconnu par beaucoup, ausculteur de l’âme humaine comme pouvait l’être Claude Chabrol, Arnaud Desplechin symbolise ce que Premiers Plans aime à offrir : un certain raffinement du plaisir. Et l’homme est reconnaissant : en 2008, il revenait fêter les 20 ans de Premiers Plans et se plaisait volontiers à toutes les sollicitations.

Un autre retour, beaucoup plus glamour (pardon à Arnaud Desplechin, il comprendra !), est attendu en janvier. La belle Laetitia Casta avait déjà émoustillé l’auditorium du Centre de congrès en 2005, lorsqu’elle était venue assister son compagnon de l’époque, Stefano Accorsi, alors membre du jury.
On imagine aisément la force d’un tel binôme. D’un côté, un cinéaste au regard acéré ; de l’autre, une muse de caractère…

La bomba Casta a fait un joli bout de chemin depuis ses débuts dans le mannequinat, lorsqu’elle n’avait que 15 ans. Le grand public la connaît pour son rôle de Falbala dans le carton de Claude Zidi, Astérix et Obélix contre César (1999) ou encore dans celui de Brigitte Bardot dans le biopic Gainsbourg, vie héroïque de Joann Sfar pour lequel elle fut nommée aux Césars en 2011. Mais Laetitia Casta n’est pas qu’une jolie actrice, elle a su aussi imposer sa personnalité auprès de grands réalisateurs – citons Raoul Ruiz pour Les Ames fortes en 2011 présenté au festival de Cannes – et de jeunes cinéastes, comme Hélène Fillières pour Une histoire d’amour en 2013 et le tout récent Des Apaches de Nassim Amaouche. La Casta fréquente aussi les planches : elle fut Ondine dans la pièce du même nom de Jean Giraudoux, sur une mise en scène de Jacques Weber et Anna dans Elle t’attend de Florian Zeller, également metteur en scène.

On imagine aisément la force d’un tel binôme. D’un côté, un cinéaste au regard acéré ; de l’autre, une muse de caractère… Et l'on devine tout aussi aisément la satisfaction de Claude-Eric Poiroux, délégué général et directeur artistique du festival. Son histoire avec Arnaud Desplechin est riche de travail et d'amitié : c'est lui qui distribua les premiers films du cinéaste. "Cela faisait longtemps que nous espérions l'avoir en tant que président du jury. Mais c'est quelqu'un qui tourne beaucoup... Lui et nous sommes ravis que cela puisse enfin se faire".

Et à propos de Laetitia ? "Elle a été une star dans un autre monde, celui des top models, mais elle s'est de plus en plus intéressée à celui du cinéma, en faisant les bons choix. Elle était tout en joie de pouvoir découvrir des films d'auteur pendant dix jours ici. Et cela pourrait lui être utile : elle est en train de réaliser son premier court métrage". Et le Monsieur Premiers Plans de souligner aussi la précocité de ces présences... il est vrai que le président du jury ne sortait du chapeau que vers la mi-décembre. Premiers Plans 2016 est sur de bons rails et à bonne vitesse.












Angers Mag












Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00







cookieassistant.com