CdP49 : un nouveau modèle social ?

Le rendez-vous de l'Economie Sociale et Solidaire (ESS) #7


Rédigé par - Angers, le 20/04/2017 - 07:15 / modifié le 21/04/2017 - 10:32


10 ans après sa création, la coopérative d’activités et d’emploi de Maine-et-Loire est en plein boom. Comme un écho de l’évolution de notre « modèle social » ?



Pascal Viau, au premier plan, et l’équipe de permanents de CdP49
Pascal Viau, au premier plan, et l’équipe de permanents de CdP49
la rédaction vous conseille
Ne l’appelez plus Coup de Pouce 49. Pas seulement parce que CdP49 est réellement sa nouvelle appellation officielle. Mais parce que ce changement de nom traduit une autre réalité : la Coopérative d’activités et d’emploi de Maine-et-Loire a bien grandi. Ses quelques entrepreneurs des débuts sont une centaine aujourd’hui et son chiffre d’affaires a été multiplié par 5 en huit ans, pour atteindre 2,9 millions d’euros en 2016. "On avait une couleur très « aide sociale ». Mais on accompagne aussi bien quelqu’un qui sort du RSA que n’importe quel autre entrepreneur" insiste Pascal Viau, son fondateur et gérant, soucieux de ne pas voir sa structure cantonnée au rang de simple service d’aide aux créateurs d’entreprises en herbe. 

Alors de quoi parle-t-on ? Expérimenté pour la première fois en région lyonnaise au milieu des années 90, la coopérative d’activités et d’emploi regroupe des entrepreneurs qui en sont à la fois les salariés et les associés. "C’est une alternative à l’entreprise individuelle, précise Pascal Viau. Un espace où des gens qui exercent des métiers différents peuvent coopérer en mutualisant leurs activités supports : gestion, fiscalité, obligations sociales…". Photographe, courtier en bois, décorateur sur céramique, graphiste, accordeur de pianos, esthéticienne… leurs activités sont aussi diverses que leurs profils. Longtemps, les 35-45 ans y ont été majoritaires mais les moins de 30 ans et les +50 ans frappent aussi à la porte. Et un tiers exerce déjà sous un autre statut : "Certains ont vécu le lancement de leur boîte seul et trouvent aujourd’hui nécessaire de faire dans le collaboratif."
"Il y aurait 13 millions d’indépendants en France, dont nombre d’auto-entrepreneurs qui déclarent moins de 1000€ par mois. L’enjeu, c’est de savoir quel modèle social on offre à tous ces gens-là." Pascal Viau, fondateur de CdP49

Déléguer leurs activités supports aux 3 permanents de CdP49 les engage financièrement – "11% de leur chiffre d’affaires" - et la loi sur l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) du 31 juillet 2014 rend obligatoire leur prise de participation au sein de la coopérative dans les 3 ans. "A CdP49, nous l’avons fixée à 1750€ soit 50 parts sociales, mais en donnant 5 ans à chacun pour réunir la somme" indique encore Pascal Viau, convaincu de répondre à un besoin : "On trouve autant d’offres d’emploi sur le Bon Coin qu’à Pôle Emploi et il y aurait 13 millions d’indépendants en France, dont nombre d’auto-entrepreneurs qui déclarent moins de 1000€ par mois. L’enjeu, c’est de savoir quel modèle social on offre à tous ces gens-là."

Au-delà, CdP49 entend poursuivre son implication sur le territoire angevin où elle a essaimé en contribuant au lancement d’autres coopératives du même type : OZ (métiers culturels et créatifs), Jeunesse de Service (pour les 16-18 ans), CIAP (installation en agriculture paysanne)… Avec l’espoir de faire entendre en dehors du seul champ de l’ESS, l’idée qu’elle est bien plus qu’un coup de pouce.

www.cdp49.fr - 458 bis rue St Léonard - 49000 Angers - 02 41 34 94 02




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur




Nouveau commentaire :

Vous pouvez réagir et commenter cet article. Toutefois, si l’éditeur vous donne la possibilité de faire part de votre opinion, votre commentaire ne doit pas contenir des propos haineux, diffamatoires ou des injures caractérisées, inciter aux crimes et aux délits punis par la législation française, contester les crimes contre l’humanité, être offensant envers les chefs d’État, de gouvernement et diplomates étrangers , faire état de fausses nouvelles ou faire l’objet de discrimination raciale ou sexiste.

Au sens de la loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN) la société Ouest eMedia presse éditeur de ce site web est responsable des contenus qu’elle publie, mais aussi des commentaires des internautes s’exprimant sur le sujet. Si la publication est laissée libre, un commentaire dont le contenu est en opposition avec les textes de loi, ou faisant l'objet d'une poursuite, peut à tout moment être modéré par le Directeur de publication.

Dans tous les cas, restez polis et courtois, les lecteurs vous en sauront gré.

Le Comité de Rédaction d'Angers Mag Info










Angers Mag















Angers Mag : #Angers ChroniK'Ô Noir - #23 - "Calcaire", de Caroline de Mulder @ActesSud https://t.co/YL7UQwDfbx https://t.co/ViaD6OXshU
Dimanche 30 Avril - 08:34
Angers Mag : #Angers Le jour d'après : Ivresse et Flacon #SCOOL @AngersSCO @IncroyableSCO @MagicSCOP https://t.co/OODXYvTUsm https://t.co/mmTsOnUfnS
Samedi 29 Avril - 18:18
Angers Mag : Séance critique : "Cessez le feu" d'Emmanuel Courcol: Dans Séance critique, deux fois... https://t.co/RxM41yi3SR https://t.co/ry31AOuMiP
Samedi 29 Avril - 11:53
Angers Mag : #Angers #MaineetLoire Macron-Le Pen, le débat télé de leurs représentants angevins... https://t.co/rsQUc2pfcu https://t.co/QZZ17cFfCf
Samedi 29 Avril - 08:33