« Ces pédagogies ne sont pas ignorées »

L'école autrement 6/6


Rédigé par - Angers, le 10/12/2016 - 07:45 / modifié le 11/12/2016 - 12:37


Et l’Education Nationale ? Quel regard porte-t-elle sur les aspirations et expérimentations éducatives alternatives ? Questions à Benoît Dechambre, Inspecteur d’académie de Maine-et-Loire.



Benoit Dechambre, inspecteur d’académie de Maine-et-Loire.
Benoit Dechambre, inspecteur d’académie de Maine-et-Loire.
la rédaction vous conseille
Freinet, Montessori, écoles hors contrat, enfants non scolarisés, école démocratique... ces dernières années, la tentation des pédagogies alternatives n'a pas manqué de toucher Angers et sa région. Une défiance marquée vis-à-vis de l'école traditionnelle ou plutôt une manière de la réinterroger, de questionner ce qui ne va pas en elle ? Plus qu'un catalogue de ce qui se fait sur le territoire, ce dossier entend faire découvrir les initiatives locales, déconstruire quelques idées reçues et démontrer que les pédagogies et méthodes alternatives font largement leur chemin au sein même de l'Education nationale, par le biais de professeurs des écoles investis. Une révolution par la base, qui ne suscite qu'un intérêt relatif de l'administration. 

Combien d'enfants sont non scolarisés aujourd’hui en Maine-et-Loire ?


« Le chiffre est en légère augmentation : ils sont 79 enfants instruits à domicile dans le département. Pour tous, nous avons l’obligation en tant qu’Education Nationale, de contrôler leur niveau d’apprentissage, ce que font donc régulièrement des inspecteurs. »

Et combien d’expériences alternatives (Freinet, Montessori ou autre) sont menées, au sein des écoles du département qui relèvent de l’Education nationale ?

« C’est le type de question auquel il est difficile de répondre. Si la pédagogie est déclarée alternative, on peut l’identifier sans problème mais de ce point de vue, ça concerne très peu d’établissements sur le département. Je crois qu’il y a quelque-chose sur le Choletais en maternelle sous la forme d’espaces partagés. Après, les expérimentations relèvent de la liberté pédagogique des enseignants et on sait qu’une partie peuvent être inspirées par les pédagogies dites aussi « actives. Mais honnêtement, je suis incapable de vous donner un chiffre. »
"Je crois qu’on a de très belles réussites à l’école avec des enseignants volontaires, mieux formés et de mieux en mieux armés pédagogiquement. L’Education nationale n’est pas absente de ce côté-là"

Quel regard porte l'institution sur ces pédagogies ? Les encouragez-vous ?

« Elles ne sont pas ignorées. Avec le recul, tout le monde sait désormais qu’il n’y a pas de recette miracle pour les élèves ; l’essentiel est que les pédagogies soient au service des objectifs poursuivis par les enseignants, et donc de la réussite de l’élève. Ce qui serait dangereux serait de séparer les pédagogies. Hormis les écoles qui fonctionnent selon leurs propres dogmes et en dehors de notre autorité, on peut avoir, je le répète, des établissements qui s’inspirent de ces pédagogies actives. Dans le département, l’Education Nationale propose elle-même des formations qui s’en inspirent avec des ateliers libres. Et je constate qu’elles font le plein. »

L’engouement que suscitent ces pédagogies n’exprime-t-il pas aussi une forme défiance à l’égard de l’Education Nationale ?

« Ce serait faux de dire qu’il n’y a pas cet aspect-là chez certains parents. Mais le soleil brille toujours plus de l’autre côté du mûr… Et si s’exprime un certain nombre de défiances, c’est face à un très grand nombre d’expressions de confiance. Je crois qu’on a de très belles réussites à l’école avec des enseignants volontaires, mieux formés et de mieux en mieux armés pédagogiquement. L’Education nationale n’est pas absente de ce côté-là. »

A quoi pensez-vous ?

« Au dispositif des maîtres surnuméraires qui viennent épauler les enseignants dans des classes où il y en a besoin, par exemple. Ce dispositif offre plus de modularité dans la conduite de la classe et facilite l’observation, la formulation. »

Sauf que son insuffisance est souvent pointée du doigt…

« Les effectifs sont en adéquation avec les besoins. Nous en sommes à 21,5 ETP (équivalents temps plein) sur le Maine-et-Loire pour 39 écoles. Et si nous n’avons pas encore le recul nécessaire pour en tirer toutes les leçons, nous savons que là où ce maitre supplémentaire intervient, cela se passe très bien. D’une manière générale, j’estime que la refondation de l’école a apporté réellement un nouveau souffle et que nous en tirerons les bénéfices. »
 




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par gaignard le 10/12/2016 20:14 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Terre des Sciences développe des pratiques en sciences sur les temps scolaires et péri scolaires qui positionnent l''enfant acteur expérimentateur, avec des résultats positifs. L''enfant réussit et reprend confiance, une voie pour la réussite.








Angers Mag








Danse : au CNDC, la passion d'Anaïs et Amandine

0 Commentaire - 22/03/2017 - Raihma MOHAN-SAAD et Anne-Flore TELMAR - élèves en 4e au collège Jean-Vilar

Lucy Hankin, ambassadrice de Wigan à Angers

0 Commentaire - 21/03/2017 - Maui, Benjamin, Kaï, élèves de 3e au collège Jean-Vilar







Angers Mag : #Angers Handicap : découvrir l'ESCA'L avec Murmure d'Angers @campusangers @Angers @ApicsAdapei https://t.co/9eC9YobeqP
Mercredi 22 Mars - 12:50
Angers Mag : Handicap : découvrir l'ESCA'L avec Murmure d'Angers: Lancée par nos confrères de Radio... https://t.co/rUqWgLzV7X https://t.co/TJSjcrVjv1
Mercredi 22 Mars - 12:02
Angers Mag : #Angers Report'Cité : Avec Anaïs et Amandine, danseuses au CNDC @Angers @KeolisAngers https://t.co/MpbZQCOsXA https://t.co/FhRJ1oPq9E
Mercredi 22 Mars - 07:58
Angers Mag : Loi Travail, ceux qui la contestent encore: Huit mois après sa promulgation, la loi El... https://t.co/VAXMVLWMEB https://t.co/7s7FxGbas1
Mercredi 22 Mars - 07:48


cookieassistant.com