Chabada : lorsqu'on est bien chez soi, à la Maison...


Rédigé par - Angers, le Samedi 5 Mars 2016 à 01:55


(Très) belle soirée vendredi soir au Chabada, avec le groupe angevin Cherry Plum, venu étrenner a casa son dernier opus, avant de laisser la place, toute chaude, à des habitués du lieu, La Maison Tellier, dont le 5e album, "Avalanche", est dans les bacs depuis fin janvier. On a aimé les deux. C'est comme ça quand on se sent chez soi...



La Maison Tellier, lors du concert donné véndredi soir au Chabada, à Angers.
La Maison Tellier, lors du concert donné véndredi soir au Chabada, à Angers.
la rédaction vous conseille
Le public angevin peut être rassuré : à défaut d'être facile, il est "rassurant". Foi d'Helmut, le chanteur barbu et charismatique d'une famille -La Maison Tellier - qui a pris ses quartiers le temps d'un soir au Chabada, avant d'aller se frotter, dans une dizaine de jours, au public... d'Hénin-Beaumont.

On n'en attendait pas moins du bonhomme avant que le quintet normand n'entame "Un bon Français", titre emblématique de "Beauté pour tous", album sorti en 2013. Mine de rien, voilà plus de 10 ans que ces vrais faux frères normands imposent avec discrétion leur savant mélange de rock british et de chanson française. Et leur route pavée de mots pesés, d'envolées musicales et de solos délicieusement cuivrés -à la trompette ou au cor- a déjà croisé plusieurs fois celle de la salle du Doyenné.

"Nous sommes venus ici en résidence" n'a d'ailleurs pas tardé à se souvenir Helmut, qui a assuré avec ses quatre compères la première partie de Brisa Roché avant de revenir ensuite sur la scène du club. Vendredi soir, c'est bien dans la grande salle, bien fournie, que La Maison Tellier est venu présenter "Avalanche", 5e album sorti il y a quelques semaines. "5 est le numéro parfait", "Amazone", "En toutes choses", "Garçon manqué"... on visite les pièces de cette Maison Tellier avec une réelle attention, dans un univers évoquant tantôt celui des Innocents ou de Gérard Manset (et c'est un compliment)-côté texte- tantôt la BO du Django de Tarantino. Le tout ancré dans une base rock hyper maîtrisée et totalement assumée, jusqu'à la reprise en rappel et tout en groove de "Killing in the Name", de Rage against the machine. Bref, un set parfait avec une mention spéciale à la toute première chanson interprétée, "Haut, bas, fragile", LA pépite de l'album qui met une claque dès le début du concert.

Les Cherry Plum a casa...

Sébastien Chevillard et Sam Gallienne, duo fondateur de Cherry Plum, étaient vendredi soir sur la scène du Chabada, avec la formation complète, pour présenter leur dernier EP, en première partie de La Maison Tellier.
Sébastien Chevillard et Sam Gallienne, duo fondateur de Cherry Plum, étaient vendredi soir sur la scène du Chabada, avec la formation complète, pour présenter leur dernier EP, en première partie de La Maison Tellier.
Si La Maison Tellier était attendue avec impatience au Chabada, on était aussi très curieux de voir les Cherry Plum défendre sur leurs terres leur EP sorti le 1er mars. Etrenné entre le Texas et la Californie, à l'occasion du tournage du clip "How Strange is the Man", réalisé par Helena Cotinier, "Cherry Plum" (c'est le nom de l'EP) a été présenté en début de semaine aux Trois Baudets, à Paris.

Mais sur la grande scène du Chab', face à un public angevin, c'est une toute autre histoire... brillamment écrite par une formation angevine au grand complet. Derrière le duo fondateur, Sébastien Chevillard et Sam Gallienne, on retrouve David à la batterie, Pierre à la basse et Xavier aux claviers. Tout le monde est là : ça tombe bien, le 6-titres est écrit pour 5. C'est là qu'il dévoile toute sa puissance mélodique. Bien sûr, difficile de passer à côté du mètre 90 de Sam, calé derrière sa guitare, ou de la voix grave et profonde de Sébastien. Mais l'ensemble a vraiment de la gueule, dans un style qui ne court pas les rues angevines, ni françaises.

Cherry Plum, ce sont des ballades folk teintées de blues, et des structures de morceaux dégagées de tout conformisme, pour ce dernier opus. On y revient encore, mais "Troubled Time" ne dépareillerait pas dans le Django de Tarantino, pas plus que "Stupid Cupido" dans une compil' de crooner 2.0. Bref, ça sent bon l'Amérique et les routes au-delà de l'horizon, à l'écoute de "Good Days". Il flotte dans cet EP et sur scène un sentiment de liberté, qui devient une évidence à l'heure où les arpèges de "How Strange is the Man" viennent clore le set, avec une montée en puissance augurant du meilleur pour la suite.
Surtout quand elle s'appelle La Maison Tellier...

Prochaine date au Chabada, dès lundi avec Half Moon Run , dont vous pouvez retrouver l'interview ici.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag












Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30







cookieassistant.com