Chap’Pays, le festival itinérant en milieu rural revient en force


Rédigé par - Angers, le Samedi 13 Juillet 2013 à 09:25


On le croyait disparu corps et biens. Après trois ans d’absence, Chap’Pays le festival angevin qui fait la part belle aux compagnies pluridisciplinaires de la région des Pays de la Loire installera ses chapiteaux à Saint Augustin des Bois, une commune située à l’ouest d’Angers, du 24 au 29 septembre prochain.



Ronan Pichavant et Carole Thibault lors de la présentation de Chap'Pays, ce vendredi 12 juillet à Angers
Ronan Pichavant et Carole Thibault lors de la présentation de Chap'Pays, ce vendredi 12 juillet à Angers
la rédaction vous conseille
Chap’Pays ce chapiteau de cirque sous lequel la troupe des Farfadas organisait des spectacles pour jeune public, on l’avait quitté en 2009 au Plessis-Macé, année où l’association du Festival d’Anjou qui soutenait ce festival itinérant en zone rurale s’est transformée en établissement public de coopération culturelle (EPCC Anjou Théâtre). Après Faye d’Anjou, Brion et Saint Mathurin sur Loire, c‘est au Plessis-Macé, à l’ombre du festival d’Anjou, que le festival Chap’Pays avait tiré le rideau.

Mais c’était sans compter sur Ronan Pichavant, chargé de coordination de Chap’Pays, par ailleurs directeur de projet au Festival d’Anjou et Carole Thibault la manageuse des Farfadas. Soutenus par les élus les collectivités du territoire Ouest Anjou ils ont décidé de relancer Chap’Pays.

Cette nouvelle mouture reprend les bonnes recettes qui ont fait son succès précédemment : promouvoir les compagnies professionnelles de la région des Pays de la Loire qui s’investissent dans le théâtre, la musique, la danse, les arts de la rue et faire en sorte que la culture ne soit pas réservée au public urbain. Et pour le prouver, les chapiteaux s’installeront dans la commune Saint Augustin des bois, un petit bourg d’un peu plus de mille habitants, situé à l’ouest d’Angers.

« Nous accueillerons une vingtaine de compagnies, dans plusieurs disciplines, avec des spectacles pour les enfants en journée et pour les plus grands le soir », explique Ronan Pichavant. « Nous avons constaté une désertification culturelle du milieu rural, tout se concentre sur l’agglo d’Angers. Nous allons faire en sorte que chaque habitant de ce territoire se retrouve dans ce festival et se l’approprie.»

Le concept a immédiatement séduit la commune de Saint Augustin des Bois. « Les petites bourgades comme la notre sont les oubliées de la culture. Nous avons été attirés par la qualité des spectacles proposés, par leur diversité et par l’ouverture à tout le monde. Et sous chapiteau ça rend les spectacles plus accessibles », complète Marie-Christine Whery, 1ere adjointe à la mairie de Saint Augustin des Bois.

« Ils ont le courage et l’énergie de promouvoir des compagnies régionales »

Chap’Pays imaginé par Ronan Pichavant et Carole Thibault passe d’autant mieux que ces derniers ont su associer à leur démarche plusieurs structures locales et notamment « l’échappée belle », une association qui contribue au développement local en organisant des évènements culturels sur le territoire de la communauté de communes. Mais aussi des plasticiens, des producteurs de spectacles régionaux, un ensemble d’acteurs qui devrait permettre de fédérer les habitants autour du festival.

« Ce qui retient mon attention c’est que les organisateurs de Chap’Pays ont le courage et l’énergie de promouvoir des compagnies régionales », commente Ingrid Monnier, de Picnic production, chargée de l’accueil professionnel.

Tous les ingrédients sont donc réunis pour que ce festival redémarre sous les meilleurs auspices. On y croisera entre autres, Kwal, avec ses chroniques de là où j’habite, Niobé et son manifeste, les Frères casquettes, Piment langue d’oiseau, Hanoumat, Banane cerise, fil a retordre et même le groupe Angevin Zenzile.

En tout 20 compagnies dans des registres totalement différents, sous deux chapiteaux, ou en extérieur, accueilleront en plus des adultes, 1000 scolaires des sept communes du territoire Ouest-Anjou pour des ateliers de sensibilisation au théâtre et aux arts plastiques. Une centaine de bénévoles collaboreront au bon déroulement de ce festival très éclectique. Cerise sur le gâteau, les tarifs se situeront entre zéro et 6€. Un moyen de rendre la culture encore plus accessible.





Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag