Charlie Hebdo, surtout ne pas perdre la flamme


Rédigé par - Angers, le 08/01/2015 - 11:29 / modifié le 31/01/2015 - 11:06


A Angers, comme partout en France, des milliers de personnes se sont rassemblés spontanément mercredi soir pour dire leur indignation après l'attentat perpétré contre Charlie Hebdo. Une mobilisation pour rendre hommage aux victimes et défendre, sans réserve, la liberté d'expression. Une minute de silence sera observée de nouveau ce jeudi midi devant l'Hôtel de Ville.



Charlie Hebdo, surtout ne pas perdre la flamme
la rédaction vous conseille
Des crayons brandis comme des symboles. Des slogans de soutien -"Je suis Charlie"- peints ou photocopiés à la hâte. Des applaudissements mais aussi de longs silences. Des mots, mêmes maladroits. Et des bougies qui se sont consumées une partie de la nuit sur les marches du Grand Théâtre...

Répondant à un appel lancé par le Club de la Presse Anjou quelques heures après l'attentat, des milliers d'Angevins -1500 selon la police dont de nombreux représentants étaient présents en soutien à leurs collègues tués, un peu plus selon nous- se sont rassemblés mercredi soir place du Ralliement à Angers pour manifester chacun à leur façon leur indignation et leur solidarité avec les victimes de l'assaut terroriste mené contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo.

Dès les premiers mots prononcés par le président du Club de la Presse, notre confrère de Virgin Radio Jean-Sébastien Huard, on a senti le poids écrasant de l'émotion collective générée par l'événement, comme si la réalité des faits restait encore difficile à assimiler et à imaginer pour beaucoup. Sobrement, Jean-Sébastien Huard a appelé à la résistance face à l'horreur, à "plus de démocratie", "plus de tolérance et encore plus de liberté de la presse", avant d'inviter l'assemblée à respecter une minute de silence. Longue minute, suivie d'applaudissements et de nouveaux silences, comme si chacun hésitait sur la forme a donné à l'expression de son émoi.

Invitant autour de lui les anciens maires d'Angers, Frédéric Béatse et Jean-Claude Antonini, le président du Conseil Général de Maine-et-Loire, Christian Gillet ou le député-maire d'Avrillé, Marc Laffineur, Christophe Béchu s'est avancé au micro pour dire que "le sens de ce rassemblement" était bien "de dire à tous les intégristes, quelle que soit la couleur de leurs drapeaux, que la République et que la liberté d'expression ne sont ni négociables, ni transigeables."  Et qu' "unité" et "dignité" étaient les meilleures armes pour ne pas laisser d'autres divisions, d'autres fractures s'accentuer au lendemain de l'événement.

Applaudissements et nouveaux flottements. L'émotion toujours. Dans le public, une voix en appelle à Voltaire. Une autre "à défendre le droit au blasphème". D'autres encore opposent leurs "crayons" aux "canons" de la Marseillaise entonnée par les élus jusqu'à la prise de parole impromptue et bien mal venue d'un militant politique vite rabroué. Passe pour l'improvisation, mais les Angevins venus place du Ralliement n'ont surtout pas le coeur à la division et à la polémique un soir de deuil.

En renvoyant chacun au silence de sa conscience, "le meilleur moyen d'honorer ceux qui sont morts", Michel Cartron, le président de la Ligue des Droits de l'Homme de Maine-et-Loire, trouve les mots qu'il faut pour clore les choses. Enfin pas tout à fait. Par centaines, les Angevins resteront longtemps place du Ralliement pour échanger entre eux ou simplement se recueillir. Preuve supplémentaire de l'empreinte indélébile laissée par l'attentat de Charlie Hebdo.

Minute de silence devant la mairie, messe à la Cathédrale d'Angers
Suite à l'attentat qui a frappé la rédaction du journal Charlie Hebdo et comme dans tous les établissements publics de France, une minute de silence sera observée ce midi devant l'Hôtel de Ville d'Angers. Tous les Angevins sont invités à s'y rassembler. Monseigneur Delmas, évêque d'Angers, présidera lui une messe "pour la justice et la paix" à la cathédrale d'Angers ce jeudi à midi (12h00).




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Angerscfou le 08/01/2015 07:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le maire : "le sens de ce rassemblement" était bien "de dire à tous les intégristes, quelle que soit la couleur de leurs drapeaux, que la République et que la liberté d'expression ne sont ni négociables, ni transigeables."
Paroles, paroles. Les squames, c'était quand, c'était où ? Qui a baissé les armes devant l'intégrisme ?

2.Posté par Nicolas le 08/01/2015 09:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci au Club de la Presse d'avoir organisé ce rassemblement. Beaucoup d'émotion.
Je suis Charlie !!!

3.Posté par barbaza rousseau marie paule le 08/01/2015 11:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis où je veux être

près des balles de la mort
sur les traces d'une caricature
dans les encres interdites
en plein combat des dieux
sous le venin d'un fou
au tranchant d'une lame
à la croisée des peurs
aux portes d'une rue mitraillée
je suis qui je veux être
pour mourir inachevée
du tout de ma liberté
mais debout partout
plus haut que l'ennemi
je suis CHARLIE

4.Posté par Daniel Fleury le 08/01/2015 14:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La parole mal venue d'un militant politique.... Ils n'en faisaient pas de la politique hier soir nos zélus ? Ils n'ont même fait que ça








Angers Mag















Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30


cookieassistant.com