Château d’Angers : le Logis Royal perd son emballage


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 01/03/2010 - 16:21 / modifié le 02/03/2010 - 09:53


Même si elle ne fut pas aussi dévastatrice que sur le littoral vendéen, la tempête de Dimanche matin a laissé quelques traces en Anjou. Le Logis Royal du château d’Angers a perdu le voilage qui permettait de masquer la zone endommagée par l’incendie de Janvier 2009.



Le chantier du Logis Royal du Château d'Angers, au matin du 28 Février
Le chantier du Logis Royal du Château d'Angers, au matin du 28 Février
la rédaction vous conseille
Surprise, Dimanche matin à Angers, le voilage qui masque les échafaudages du Logis Royal du château s’était en grande partie envolé, emporté par les vents violents qui ont soufflé, dans la nuit de samedi à Dimanche, sur l’Anjou. Les pompiers ont dû intervenir pour enlever les derniers lambeaux de toile qui flottaient au vent. Fort heureusement, l’échafaudage qui encercle le Logis Royal a tenu bon.

Le 10 Janvier 2009, un incendie avait détruit une grande partie de la toiture du Logis Royal du château d’Angers. Afin de protéger la zone endommagée et pouvoir travailler en toute sécurité à la restauration de l’édifice, une entreprise spécialisée avait installé un imposant échafaudage, entièrement recouvert d’un voilage blanc, tel un sarcophage. Même s’ils étaient attristés par le sinistre qui avait endommagé « leur » château, les angevins s’étaient habitués à cet habillage temporaire. Mais les éléments ont décidé de frapper une nouvelle fois le château du Roi René en faisant disparaître l’emballage du Logis Royal.

Annoncée par « Météo-France », la tempête qui a sévit sur l’Anjou entre 3h et 6h du matin, ce Dimanche, a arraché, en plus des bâches du château, des branches, des arbres et quelques éléments de toitures. Les vents les plus rapides ont été enregistrés, au plus fort de la tempête, à plus de 120 Km/h. Même si elles ont privés bon nombre de foyers d’électricité, de téléphone et même de télévision, les rafales de vent de Dimanche n’avaient rien de comparable avec celles enregistrées sur la côte vendéenne ou en 1951 à la station météo d’Avrillé. Cette année là des rafales avaient été enregistrées à 155 Km/h.

Le département de Maine et Loire n’avait pas été placé en vigilance rouge par les services de la météo.


LES TAGS : Angers, château, tempête


Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag