Chez Thyssen, le jeu de négociations est bien lancé


Rédigé par - Angers, le 05/12/2014 - 07:00 / modifié le 31/01/2015 - 10:58


Quel sera le montant de la prime supra-légale des futurs licenciés de Thyssen ? Au delà de l'avenir de la production sur le site de Saint-Barthélémy d'Anjou, c'est bien la question principale qui préoccupe les salariés angevins du fabricant d'ascenseurs. La réponse dépendra, comme souvent, d'un subtil jeu de rapports de force.



En attendant la fin de la réunion de négociations jeudi matin, les salariés de Thyssen se sont réchauffés autour de braseros.
En attendant la fin de la réunion de négociations jeudi matin, les salariés de Thyssen se sont réchauffés autour de braseros.
la rédaction vous conseille
Un "double-jeu" est-il dangereux ? Dix jours après avoir réitéré son souhait de voir le projet de restructuration de l'usine Thyssenkrupp Ascenseurs de Saint-Barth' (258 suppressions d'emplois) amendé, la CGT, le principal syndicat du site est passé à l'action jeudi sur un terrain beaucoup plus pragmatique, pour défendre les conditions de départ des salariés que ce même plan va inéluctablement pousser en dehors de l'usine ces prochaines semaines.

"Nous n'avons aucune garantie, à ce jour, que nous serons écoutés sur la questions des alternatives économiques au projet de la direction et, pendant ce temps, la procédure du plan de sauvegarde de l'emploi suit son cours, explique Claudine Van Den Bavière, secrétaire CGT du comité central d'entreprise. Et aujourd'hui, la demande des salariés autour du montant de la prime supra-légale est très forte."

Par "supra-légale", il faut entendre, rappelons-le, ce qui viendra en plus des indemnités légales de licenciement (1/5e de mois par année d'ancienneté + 2/15e de mois par année au delà de dix ans d'ancienneté) régies par les conventions collectives des industries de la métallurgie . Dans un climat de tension continu depuis l'annonce du plan de restructuration, il aura suffit que circule un chiffre au sein de l'usine pour provoquer une (re)mobilisation. "Il a été question de 10 000€ de prime, ce qui a beaucoup fâché tout le monde" explique Claudine Van Den Bavière.

D'où l'action menée jeudi matin devant l'usine par plusieurs centaines de salariés pour peser sur les discussions programmées le même jour entre la direction de Thyssenkrupp Elevator Manufacturing et les représentants syndicaux. Sono, braseros, palettes, sandwichs et café... le rituel est bien rodé et pourrait bien se répéter dès mardi prochain, lors d'une prochaine négociation. Car si les deux parties engagées dans la négociation semblent avoir avancé, ce n'est manifestement pas encore suffisant pour les syndicats qui ont placé la barre volontairement haut : 27 mois de salaire pour un salaire de base, soit près de 75 000€.

Reste à trouver la bonne place pour le curseur. Reste aussi à s'entendre sur toutes les autres mesures d'accompagnement liées au plan social qui devra être validé au plus tard en mars par la direction du travail.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par marc gicquel le 05/12/2014 09:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je suis choqué par le mot "double jeu" utilisé en début de papier qui semble porter un jugement négatif ; parler de "2 fers au feu" serait plus approprié et moins polémiste

qd des syndicats sont confrontés à un plan de restructuration qu'ils contestent sur le fond, rien, sauf le rapport de forces - difficile dans nombre de cas, ne leur permet de forcer leur direction à étudier des alternatives, en particulier parce que la loi ne donne pas les outils pour ce faire; il est donc logique que les sy...








Angers Mag















Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46


cookieassistant.com