Chirurgie cardiaque : des délais plus courts au CHU d’Angers


Rédigé par - Angers, le 19/01/2015 - 07:45 / modifié le 19/01/2015 - 08:28


Le CHU d’Angers devrait désormais être en mesure d’accueillir plus rapidement les malades atteints d’une affection cardiaque. C’est l’ambition et l'objet de la nouvelle unité chirurgicale « Larrey »présentée samedi au public angevin avant son ouverture aux patients le 26 janvier prochain.



Le Pr Lasocki et M. Brière, dans une chambre de simulation pour les besoins de l'ouverture au public
Le Pr Lasocki et M. Brière, dans une chambre de simulation pour les besoins de l'ouverture au public
la rédaction vous conseille
Opération réussie pour le CHU d’Angers. Les soignants de la zone hospitalière Larrey, l’un des pôles du Centre Hospitalier Universitaire d’Angers, accueillaient, samedi après-midi, tous ceux qui voulaient savoir à quoi ressemble une unité de réanimation chirurgicale dotée des équipements les plus modernes.
 
Et il y avait donc foule dans les couloirs, principalement des soignants désireux de montrer leur univers professionnel à leur famille, des collègues des autres services, des anciens patients, et quelques anonymes. « Je serai peut-être admis dans ce service un jour. Ça m’intéresse de savoir comment sont équipés les services hospitaliers. Ça rassure », affirmait un visiteur, très attentif aux explications d’une infirmière.
 
Pour le Professeur Sigismond Lasocki, chef de département anesthésie réanimation et le cadre de santé Arnaud Brière,  la nouvelle unité de réanimation chirurgicale qui vient de voir le jour à Larrey va permettre au CHU d’Angers d’accueillir un nombre plus important de patients, en chirurgie cardiaque, notamment. « À ce jour, le délai d’attente pour une intervention, du fait de manque de place en réanimation, était d’environ trois mois, obligeant les personnes de la région à se tourner vers d’autres centres hospitaliers. Ce qui n’était pas très pratique ».  
 
Avec ce nouveau pôle, « qui répond en premier lieu à une demande de l’ARS » (Agence Régionale de Santé), « le délai devrait retomber à trois semaines, le délai moyen pour une intervention de ce type en France », poursuit le Pr Lasocki.
 
Grâce à cette nouvelle unité de 19 lits, 15 en réanimation et 4 en surveillance continue, le CHU d’Angers verra donc son nombre d’interventions, le plus souvent sur les artères ou les valves du cœur, passer de 600 à 800, principalement en chirurgie avec circulation extracorporelle, en chirurgie vasculaire, greffés du rein et en neurochirurgie, l’une des spécialités de la zone hospitalière Larrey.
 
« Une opération de transparence, pour montrer que l’hôpital ce n’est pas ce que l’on voit dans les séries télévisées » - Professeur Lasocki

Pour le Centre Hospitalier Universitaire, si les locaux affectés à la réanimation devenaient trop exigus, désormais, soignants et patients pourront disposer d’un espace confortable et doté des meilleurs équipements, facilitant le travail et la surveillance des uns et un séjour plus agréable,pour les autres.
 
« Désormais les espaces sont plus spacieux et la configuration des chambres peut-être adaptée en fonction de l’appareillage et du souhait du patient, grâce à des lits à position modulable », poursuit le chef de département. Le confort du patient c’était l’une des exigences des soignants,notamment sur le plan sonore. « Les appareils de surveillance et les discussions des soignants génèrent du bruit. Nous avons équipé la zone de sondes sonores visuelles permettant de contrôler le niveau du bruit en permanence et ne pas en ajouter à la gêne des personnes en réanimation ».  L’espace est même équipé d’une salle de bain permettant de laver des patients appareillés.
 
Avec un système de contrôle centralisé, répété jusque dans la salle de réunion des soignants, un éclairage naturel rendant le séjour plus agréable, cette unité de 1584 m2, réalisée après concertation avec les professionnels de santé, aura couté 5 M€ pour les travaux et 1 M€ pour les équipements, financés par le CHU (4 M€) et l’ARS (2 M€).
 
En 4 heures, près de 500 personnes ont été accueillies dans les locaux. C’est la seconde fois, après la maternité, que le CHU ouvre l’une de ses unités au public, avant mise en service. « Une opération de transparence, pour montrer que l’hôpital ce n’est pas ce que l’on voit dans les séries télévisées. Il y a souvent une grande différence avec la réalité », appuie le Pr Lasocki, ravi de constater que le public, les collègues d’autres services et même les 80 personnes qui vont désormais travailler dans ce service ont montré un intérêt certain.
 





Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46


cookieassistant.com