Christophe Béchu à Quai des Carmes : l'essentiel de ce qu'il a dit


Rédigé par - Angers, le 04/09/2015 - 07:12 / modifié le 15/10/2015 - 08:21


De la faisabilité du projet de 2e ligne de tramway à ses espoirs pour le développement économique de l'agglo, de ses relations avec sa minorité municipale à Biopole, en passant par Terra Botanica et l'augmentation des tarifs dans les garderies et accueils de loisirs d'Angers... Invité jeudi soir de l'émission Quai des Carmes sur Angers Télé, le maire et président de l'agglomération d'Angers a passé en revue nombre de dossiers de l'actualité. Morceaux choisis.



Christophe Béchu à Quai des Carmes : l'essentiel de ce qu'il a dit
la rédaction vous conseille
Le temps qu'il faut
"C'est avant tout une équipe, un conseil municipal que les Angevins ont renouvelé et à l'intérieur ma majorité, 90% d'élus qui n'avaient jamais siégé. Et puis il y a l'agglo avec 20 nouveaux maires sur 33 (...). Il y a eu un temps, que j'avais un peu sous-estimé, d'adaptation, de découverte, de prise en main des dossiers. Ca fait un peu plus d'un an et c'est finalement le temps qu'il faut : quatre saisons, le temps d'avoir vu les choses au moins une fois. Cette rentrée, c'est celle de la sérénité."

Le manque d'expérience de son équipe
"Avoir des gens qui arrivent avec un regard neuf, c'est un plus parce que ça permet de ne pas s'être accoutumé à des fonctionnements. (...) 50% de gens qui viennent de la société civile et pas des partis politiques, ça amène de la fraîcheur. C'est du temps qui a permis de se poser des bonnes questions qu'on avait cessé de se poser. Un exemple parmi d'autres : les vélos arc-en-ciel en face de la gare. Quand à un moment, on s'est penché sur ce dossier et qu'on nous a appris que 4 vélos étaient loués en moyenne par jour pour 80 000€ de dépenses, on s'est bien entendu dit que c'était une folie. Globalement, dans la vie politique, on manque plus de renouvellement que de continuité."

La relation avec sa minorité municipale
" J'ai appelé à un dialogue apaisé et constructif (...), je ne peux pas complètement dire que j'ai été entendu... Il y a eu de la part de la minorité des prises de positions extrêmement violentes, je ne suis jamais sorti de mes gonds et c'est finalement un des nouveaux élus (Benoit Pilet, NDLR) qui a fini par ne plus supporter les leçons de morale. Il est adjoint au personnel, il a recueilli des témoignages de souffrance au travail d'une partie des salariés (...), il y a eu des propos, peut-être maladroits dans l'expression, mais qui, sur le fond, relataient le fait qu'à un moment, quand on veut donner des leçons de morale, on commence par s'assurer qu'on est en capacité de le faire."
"Laisser un enfant à 7h30 le matin et le récupérer à 18h30 le soir avec 11 heures d'amplitude horaire, c'est quelque-chose que nous souhaitons dissuader."

L'augmentation des tarifs d'accueil de loisirs...
"Je l'assume, je la revendique et j'invite les Angevins à comprendre ce qui la motive, et à comparer. Quand sur 100 000 repas préparés pour les accueils de loisirs chaque année, 20 000 sont jetés parce que les enfants ne viennent pas, mon souci, ce n'est pas seulement le gaspillage financier mais un gaspillage alimentaire absolument insupportable. Il faut être capable de responsabiliser les gens. Désormais, quand une famille ne viendra pas, elle payera plus que le plein-tarif pour éviter qu'on jette."

... et celle des tarifs de garderie
"Pour une famille de classe moyenne qui déciderait de mettre ses enfants toute l'année, tous les matins et tous les soirs, ça représente une facture de l'ordre d'une vingtaine d'euros par mois. On sera les seuls dans l'agglo à conserver une demi-heure de gratuité. On sera moins cher que Trélazé, les Ponts-de-Cé et c'est 45€ par mois à Nantes dont je ne pense pas que la politique sociale ait été pointée du doigt par l'opposition. On parle de rythmes scolaires et de fatigue des enfants : laisser un enfant à 7h30 le matin et le récupérer à 18h30 le soir avec 11 heures d'amplitude horaire, c'est quelque-chose que nous souhaitons dissuader.". 

Développement économique : quels résultats ?
"La mise en place d'Aldev (l'Agence locale de développement économique) a déjà permis la mise en place d'un certain nombre de réalités économiques : 1. on avait sur les bras les machines de Technicolor qu'on est en train de revendre pour récupérer les 1,3 millions d'euros que cela avait coûté; 2. le succès de l'inauguration de la Cité de l'Objet Connecté et la vitesse avec laquelle on a obtenu le label French Tech; 3. d'ici la fin de cette année, le programme Quatuor à la gare sera plein et un hôtel 4 étoiles va s'implanter sur le premier plot. Quant au sud de la gare, nous aurons une annonce au mois d'octobre avec quelques dizaines d'emplois."
2e ligne de tram :"Plusieurs hypothèses : la première, c'est de dire "on fonce" et on lance dès 2017 pour une mise en service au début de l'année 2020"

La faisabilité de la 2e ligne de tramway
"Le temps de la discussion et de la faisabilité, c'est le début de l'année 2016, ce que je dis depuis des mois. Normalement, en octobre 2016, nous aurons la déclaration d'utilité publique qui nous permettra de lancer les travaux à n'importe quel moment dans les 5 ans qui suivront. Plusieurs hypothèses : la première, c'est de dire "on fonce" et on lance dès 2017 pour une mise en service au début de l'année 2020. Il faut regarder les choses techniquement (...), financièrement... Si ce scénario apparaît difficile ou impossible à réaliser, ou qu'une majorité à l'agglo vote contre, il y a deux plans B : le premier, c'est ne pas faire la totalité de la ligne et à ce moment, la partie à faire sera en direction de Belle-Beille parce qu'il y a le campus mais aussi parce qu'on doit faire la demi-ligne du côté du dépôt de maintenance du tram ; le deuxième, c'est de décaler le lancement global de la ligne au plus tard au début de l'année 2022."

Patinoire, Centre des Congrès, pont du tramway : quoi de neuf ?
"Dans les 15 prochains jours, nous allons nous pencher sur les équipes qui candidatent pour la nouvelle patinoire (...), puis mi-septembre choisir l'architecte qui va être amené à travailler sur la rénovation sur place du Centre des Congrès. Avant la fin de l'année, nous choisirons les équipes qui vont travailler sur la passerelle traversante sur la gare puis sur le nouveau pont qui enjambera la Maine pour le tramway. Et en janvier, vous aurez des débuts de travaux visibles : l'avenue Jeanne d'Arc, les travaux sur la place du Lycée, la place Saint-Léonard..."

La fermeture de Biopole : et nos déchets demain ?
"On a fait un choix cohérent. Je ne peux pas dire ce qui va se passer, parce qu'on est tenu de faire un appel d'offres et je ne peux même pas exprimer une préférence parce que ce serait contrevenir au code des marchés publics. Ce que je peux dire, c'est qu'il faut faire attention aux faux-débats. Biopole, ça n'acceptait jusqu'à sa fermeture que 35% des déchets des habitants, 2/3 étaient déjà envoyés vers des incinérateurs ou un centre d'enfouissement. En terme de responsabilité aujourd'hui, est-ce que les frontières administratives ont du sens quand les équipements ne sont pas pleins et ont entrainé des dépenses publiques pour être construits ?"
Adosser Terra Botanica à des partenaires privés ? "Ca fait partie des perspectives qu'il faut regarder sans aucun tabou"

1 millions d'euros pour Terra Botanica, vraiment une bonne idée ?
"D'abord, ça ne va rien coûter au contribuable angevin. On récupère pour l'euro symbolique un terrain de 11 ha que nous allons valoriser. Nous ne sommes engagés que sur une période de trois ans, à l'issue de laquelle, on pourra adosser le parc à des partenaires privés. Ca fait partie des perspectives qu'il faut regarder sans aucun tabou. La plupart de ces parcs ont connu des difficultés au démarrage et il a fallu une période d'adaptation pour mesurer ce qu'étaient les attentes du public (...), je pense qu'on est là dedans. Et enfin, il n'y pas que la question de l'équilibre économique du parc, il y a aussi la manière dont ça permet de conforter Angers dans une stratégie de rayonnement. Et, au delà de ça, la façon dont ça soutient une filière de 25 000 emplois, 2 500 étudiants et 500 chercheurs."

L'avenir d'Angers Télé
"Angers Télé a été créé en 2012 avec un engagement de la Ville et de l'agglo qui se termine au 31 décembre 2015. On n'a pas accéléré un calendrier. Je pense que disposer d'une télévision locale pour un territoire, c'est une chance parce qu'on est de plus en plus dans une culture d'images (...) mais il faut qu'on trouve des partenaires pour faire un modèle économique dans lequel le poids du Public ne soit pas aussi déterminant. J'ai besoin de savoir quel est le schéma, sur combien de temps il porte, avec quel type de diffusion. Nous avons quatre projets sérieux qui sont en train de s'écrire, je serai surpris qu'on en ait pas au moins deux qui soient déposés pour la date du 15 septembre."

La venue du Tour de France ?
"Il y a aujourd'hui des discussions avancées. On n'est plus sur des principes, on est sur les modalités mais nous n'avons pas reçu nous mêmes de confirmation. Le sujet, c'est une arrivée, pas pour être ville étape soir et matin, ni ville de départ mais pour être ville d'arrivée, ce qui n'est pas arrivé depuis plus de dix ans à Angers."
Le soutien à Alain Juppé pour 2017 : " Je n'ai pas d'ambition personnelle dans cette affaire."

Habite-t-il désormais à Angers ?
"Non, ce n'est pas encore le cas. J'ai dis que je déménagerai durant le mandat, ce que je ferai. Simplement, c'est un projet dans lequel la dimension personnelle prime sur la dimension professionnelle."

Présidentielles 2017, s'impliquera-t-il ?
" Je soutiens la candidature d'Alain Juppé, en espérant que c'est lui qui portera les couleurs de la droite républicaine. Quel sera mon degré d'implication ? Certainement pas une place dans un organigramme pendant cette campagne, mes responsabilités locales ne me le permettraient pas. S'il faut aller défendre sa candidature devant quelque médias, je suis prêt à l'envisager mais je ne compte pas occuper une place active. Je n'ai pas d'ambition personnelle dans cette affaire."


 





Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30



cookieassistant.com