Christophe Bell Œil, à corps et à cri


Rédigé par Cédric SOULIÉ - Angers, le 02/06/2013 - 07:47 / modifié le 02/06/2013 - 00:28


Auteur-compositeur-interprète angevin, cet homme de scène a traversé plusieurs vies. Il renaît aujourd’hui avec un projet pharaonique et déjanté au doux prénom de « Ferdinand ».



Christophe Bell Œil (© Val K.)
Christophe Bell Œil (© Val K.)
la rédaction vous conseille
Rien ne l’arrêtera. Sauf la mort. Et encore. La musique, le chant, l’écriture, la peinture, la BD chevillés au corps, Christophe Bell Œil, artiste pluridisciplinaire angevin trace sa route à la lumière de ses envies, ses goûts, ses doutes aussi. Après quelques années d’une absence constructive et salvatrice, ce trublion, iconoclaste et frondeur, revient au devant de la scène, son jardin d’Eden. Le voilà affublé d’un nouveau rôle, celui de Ferdinand, un projet de 10 ans qu’il révèle aujourd’hui au grand jour.

« Une autre naissance où l’on y trouve tous mes fantasmes », confie-t-il les yeux écarquillés, le sourire juvénile. Car chez Bell Œil, il faut mourir un peu pour renaître de mille feux. Pas si simple. Toutefois, avec Ferdinand, il tourne une nouvelle page, esquisse un nouveau départ. Depuis 2007, alors en pleine carrière solo, il écrit textes et musiques chez lui à Rochefort-sur-Loire. En six ans, il aura réussi à produire un album 11 titres, « comme une bande-son d’un film improbable, lâche-t-il, ému. Une œuvre dantesque, éléphantesque et titanesque ».

Il y narre cette histoire d’un adolescent sans voix, une bête de foire qui, grâce au cri primal et existentiel, se révèle chanteur à la patte d’un médécin manipulateur et découvreur de talent. Sur scène, entre théâtre et chanson, Christophe Bell Œil conte cette fable d’un autre temps aux côtés de Marc Leroy (chanteur du groupe Zel). Tous deux accompagnés de l’orchestre régional du Layon, 41 musiciens dévoués à la cause de Ferdinand. Pharaonique ! « Cela ressemble bien à Christophe, il va jusqu’au bout de ses envies, confie Stéphane Martin, programmateur du Chabada. Et même si je n’adhère pas à ce genre de spectacle, Bell Œil capte la lumière, attrape tout sur scène. Son charisme est sans appel. Mais je me sens plus proche de sa précédente expérience solo avec son album “Je ne vois pas le monde”».


« Mal aux tripes »

Christophe Bell Œil, à corps et à cri
Pourtant, enfant à Saint-Léger-des-Bois, Bell Œil ne la ramène pas ! « J’étais un garçon en veille, discret, qui n’existait pas », avoue-t-il. Une fibre artistique naissante le pousse toutefois à écrire un premier roman inachevé. Il n’a alors que 14 ans. Puis un deuxième, cinq ans plus tard, au titre à la fois évocateur et mystérieux, « Au-delà des débarras », référence à la maison familiale. Lui aussi inachevé. Des études d’arts plastiques à Rennes lui ouvrent alors les portes de la peinture et de la bande dessinée. Il enseigne six mois comme prof de dessin.

Mais c’est finalement la musique – et surtout le chant – qu’il finit par choisir contre toute attente. En 1995, à 24 ans, il fonde Bell Œil, le groupe. Cette épopée va durer 11 ans : quatre albums, 560 concerts en France et à l’étranger, « jusqu’en Sibérie orientale et en Mongolie », précise-t-il fièrement. La découverte de Léo Ferré et un souvenir tatoué à vie : une première partie de Noir Désir à Besançon en 2002. Mais une « nouvelle mort » s’annonce. Elle s’invite cette fois avec une lucarne ouverte sur l’ANPE à 33 ans. « Ça fait mal aux tripes, mais nous n’avions plus de désirs, avoue-t-il. Les programmateurs non plus ». Bell Œil s’éteint.

Et Christophe change une nouvelle fois de vie. Elle lui apporte la naissance de sa première fille, Fleur, en 2004, et lui offre une résurrection tournée vers l’autre. Diplômé « animateur Jeunesse et Sports », il anime des ateliers d’écriture dans les écoles, les collèges, les lycées du coin. Et poursuit son chemin d’auteur. Insatiable troubadour, il revient sur scène, en 2011, avec son seul album solo. Accrocheurs, hurleurs, provocateurs…, entre force et faiblesse, ses textes sont parfumés d’Antonin Artaud, l’inventeur fou du « Théâtre de la cruauté ». Pas un hasard. « Christophe est plein de talent et cultive une vision personnelle de sa musique, décrit Thierry Lépicier, son complice guitariste de l’époque Bell Œil. Il est ouvert aux autres et puise au plus profond de ses entrailles lorsqu’il est sur scène. Il ne se cache pas et aime la lumière ».

Contre vents et marées, Bell Œil navigue à vue dans son univers particulier. Sans répit, il promet d’autres projets intimes : un roman autobiographique « Un homme en morceaux » dont la sortie est annoncée en juin. Et sa première bande dessinée, un récit fantastique d’ores et déjà adoubé par ses pairs Marc-Antoine Mathieu et Etienne Davodeau. Finalement, après avoir connu une succession de « petites morts », Christophe Bell Œil ne cesse de grandir… A corps et à cri.

BIO EXPRESS

Christophe Bell Œil à 14 ans.
Christophe Bell Œil à 14 ans.
1971 : naissance à Angers.
1995 : création du groupe Bell Oeil.
1999 : premier disque, « Le Cri ».
2000 : concerts aux Francofolies de la Rochelle et au Printemps de Bourges. Tournée en Russie (Sibérie orientale)
2002 : deuxième disque « Cabossé ».
2003 : « Hurletout », disque en hommage à Léo Ferré.
2005 : quatrième album « Gautier le ressuscité ».
2006 : dissolution du groupe Bell Œil.
2009 : « Saison d'automne », disque composé avec Philippe Chasseloup.
2011 : « Je ne vois pas le monde », premier album solo.
2013 : sortie du disque « Ferdinand ». Bell Œil publie en juin son premier roman « Un homme en morceaux » (éd. du Petit pavé).




















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03