ChroniK'Ô Noir - #1 : "Les Arpenteurs", de Kim Zupan


Rédigé par Martine LEROY-RAMBAUD - Angers, le Samedi 30 Mai 2015 à 17:26


Chaque mois, la journaliste Martine Leroy-Rambaud vous présentera son coup de cœur littéraire du moment, sous un angle bien particulier : celui du roman noir. ChroniK'Ô Noir -le nom de ce nouveau rendez-vous- c'est un champ des possibles large, du thriller à la quête initiatique en passant par le polar ou le roman policier, qui prolonge le goût de son auteur, également collaboratrice du fanzine La Tête en Noir, pour le genre.



"Les Arpenteurs" de Kim Zupan (éd. Gallmeister) : c'est le premier coup de cœur de cette rubrique ChroniK'Ô Noir.
"Les Arpenteurs" de Kim Zupan (éd. Gallmeister) : c'est le premier coup de cœur de cette rubrique ChroniK'Ô Noir.
la rédaction vous conseille
Kim Zupan était, voici quelques jours encore, aux Etonnants voyageurs de Saint-Malo pour présenter son roman, "Les arpenteurs", paru voici quelques mois chez Gallmeister. Un livre édité à 61 ans, et après avoir exercé divers métiers (fondeur, rodéo, pêcheur de saumon), "pour nourrir la famille et leur donner un toit".  
Un premier roman que son éditeur, Oliver Gallmeister, considère comme "l'un des meilleurs de ces dix dernières années. Avant même de l'avoir terminé, j'ai appelé son agent aux Etats-Unis pour confirmer que je le prenais"...

Le livre. Il est des parcours, des rencontres, dont on ne sort pas complètement indemne. Parfois, on ne le sait qu'après. Dans le Montana, Valentino Millimaki est chargé de surveiller John Goald, 77 ans. Celui-ci n'est pas un personnage très recommandable. Soupçonné de nombreux meurtres, plus horribles les uns que les autres, il attend son procès. Cynique mais aussi particulièrement empathique, il engage, nuit après nuit, la conversation avec le jeune adjoint du shériff. Etrange cheminement entre deux hommes que tout sépare : l'âge bien sûr, mais aussi les choix et surtout les barreaux. 
Peut-on ressentir de la sympathie pour un bourreau ? Que reste-t-il d'humanité à quelqu'un agité par le mal ? L'histoire oscille constamment entre les réminiscences des deux personnages principaux et un huis clos prenant, visuel, sensible, jusqu'à la dernière mission, en forme de résilience, que John Gload assignera à Val Millimaki. 
Repéré en France par la maison d'édition Gallmeister, qui a fait du roman américain sa ligne éditoriale,  Kim Zupan a exercé divers métiers (fondeur, rodéo, pêcheur de saumon) avant de publier ce premier roman très prometteur tant sur le plan du sujet que de l'écriture. Il a évoqué , lors de son passage à Etonnants Voyageurs à St Malo, une possible adaptation au cinéma. Et annonce deux prochains livres.

"Les arpenteurs", de Kim Zupan, Ed Gallmeister, 271 pages, 23,50 €

A lire également, la
chronique de ce même livre sur le blog littéraire du site, Des Mots à la Marge
 












Angers Mag