ChroniK'Ô Noir - #16 : "Je l'ai appelée chien", de Marli Roode


Rédigé par Martine LEROY-RAMBAUD - Angers, le Dimanche 9 Octobre 2016 à 08:00


Chaque mois, la journaliste Martine Leroy-Rambaud vous présente son coup de cœur littéraire du moment, sous un angle bien particulier : celui du roman noir. ChroniK'Ô Noir, c'est un champ des possibles large, du thriller à la quête initiatique en passant par le polar ou le roman policier, qui prolonge le goût de son auteur, également collaboratrice du fanzine La Tête en Noir, pour le genre.



ChroniK'Ô Noir - #16 : "Je l'ai appelée chien", de Marli Roode
la rédaction vous conseille
Un premier livre écrit par une femme, Marili Roode, et traduit par une femme, Fabienne Duvigneau, « Je l'ai appelé chien » fait référence à une phrase de Nietzsche dans « Le gai savoir », citée en prologue : « J'ai donné un nom à ma souffrance et je l'ai appelée chien », dit l'auteur nihiliste. D'autres références émaillent le livre ; ainsi chaque titre de chapitre fait écho à un livre ou à des photos.

Le pitch : Elevée par sa grand mère à la mort dramatique de sa mère, Jo a quitté l'Afrique du Sud pour la Grande-Bretagne où elle est devenue journaliste. De retour dans son pays d'origine pour un reportage sur des émeutes dans les townships de Johannesbourg, Jo est appelée au secours par son père. Celui-ci, Nico, raciste et misogyne, est poursuivi pour avoir, selon la police, plusieurs années auparavant, participé voire perpétré le meurtre d'un noir. Il crie son innocence, se dit victime d'une machination. Bien que les ponts soient rompus avec son père depuis pas mal d'années, la fille vole à son secours. Lequel l'entraîne dans un road trip périlleux où elle tentera de démêler le vrai du faux. Duquel surgiront les fantômes du passé.

Au-delà de la relation père-fille, c'est aussi l'histoire tragique de l'Afrique du sud, qu'aborde Marli Roode. Celle du passé, mais aussi d'aujourd'hui, toujours sur fond de violence.

"Je l'ai appelée chien", de Roode Marli chez Payot et Rivages, traduction Fabienne Duvigneau. 21 €, 384 pages.













Angers Mag












Angers Mag : #Angers A J-1, la pression monte. De tout cœur avec @AngersSCO pour cette finale historique. @IncroyableSCO… https://t.co/jhgonIpBDI
Vendredi 26 Mai - 12:15
Angers Mag : Un nouveau Printemps pour découvrir l'agriculture biologique: Visites de fermes et... https://t.co/LzoJAqAj1c https://t.co/vttj6JyWqQ
Vendredi 26 Mai - 07:33
Angers Mag : Pesticides ou principe de prudence dans la prise de décision #Angers @UnivAngers https://t.co/wYLustjYQ4 https://t.co/xqaIJ3lhNx
Jeudi 25 Mai - 07:47
Angers Mag : Festival : Maine in Jazz du 2 au 5 juin: Le piano sera à l'honneur de la 8e édition du... https://t.co/gcZhIQ4yhC https://t.co/ISJ87ui3nT
Jeudi 25 Mai - 07:32