ChroniK'Ô Noir - #16 : "Je l'ai appelée chien", de Marli Roode


Rédigé par Martine LEROY-RAMBAUD - Angers, le Dimanche 9 Octobre 2016 à 08:00


Chaque mois, la journaliste Martine Leroy-Rambaud vous présente son coup de cœur littéraire du moment, sous un angle bien particulier : celui du roman noir. ChroniK'Ô Noir, c'est un champ des possibles large, du thriller à la quête initiatique en passant par le polar ou le roman policier, qui prolonge le goût de son auteur, également collaboratrice du fanzine La Tête en Noir, pour le genre.



ChroniK'Ô Noir - #16 : "Je l'ai appelée chien", de Marli Roode
la rédaction vous conseille
Un premier livre écrit par une femme, Marili Roode, et traduit par une femme, Fabienne Duvigneau, « Je l'ai appelé chien » fait référence à une phrase de Nietzsche dans « Le gai savoir », citée en prologue : « J'ai donné un nom à ma souffrance et je l'ai appelée chien », dit l'auteur nihiliste. D'autres références émaillent le livre ; ainsi chaque titre de chapitre fait écho à un livre ou à des photos.

Le pitch : Elevée par sa grand mère à la mort dramatique de sa mère, Jo a quitté l'Afrique du Sud pour la Grande-Bretagne où elle est devenue journaliste. De retour dans son pays d'origine pour un reportage sur des émeutes dans les townships de Johannesbourg, Jo est appelée au secours par son père. Celui-ci, Nico, raciste et misogyne, est poursuivi pour avoir, selon la police, plusieurs années auparavant, participé voire perpétré le meurtre d'un noir. Il crie son innocence, se dit victime d'une machination. Bien que les ponts soient rompus avec son père depuis pas mal d'années, la fille vole à son secours. Lequel l'entraîne dans un road trip périlleux où elle tentera de démêler le vrai du faux. Duquel surgiront les fantômes du passé.

Au-delà de la relation père-fille, c'est aussi l'histoire tragique de l'Afrique du sud, qu'aborde Marli Roode. Celle du passé, mais aussi d'aujourd'hui, toujours sur fond de violence.

"Je l'ai appelée chien", de Roode Marli chez Payot et Rivages, traduction Fabienne Duvigneau. 21 €, 384 pages.









Nouveau commentaire :

Vous pouvez réagir et commenter cet article. Toutefois, si l’éditeur vous donne la possibilité de faire part de votre opinion, votre commentaire ne doit pas contenir des propos haineux, diffamatoires ou des injures caractérisées, inciter aux crimes et aux délits punis par la législation française, contester les crimes contre l’humanité, être offensant envers les chefs d’État, de gouvernement et diplomates étrangers , faire état de fausses nouvelles ou faire l’objet de discrimination raciale ou sexiste.

Au sens de la loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN) la société Ouest eMedia presse éditeur de ce site web est responsable des contenus qu’elle publie, mais aussi des commentaires des internautes s’exprimant sur le sujet. Si la publication est laissée libre, un commentaire dont le contenu est en opposition avec les textes de loi, ou faisant l'objet d'une poursuite, peut à tout moment être modéré par le Directeur de publication.

Dans tous les cas, restez polis et courtois, les lecteurs vous en sauront gré.

Le Comité de Rédaction d'Angers Mag Info










Angers Mag












Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51







cookieassistant.com