[Chronique] Le mot de l'actualité / Migrations


Rédigé par François-Xavier HELBERT - Illustration : Mathilde VIRFOLLET - Angers, le 05/09/2015 - 13:23 / modifié le 15/10/2015 - 08:21


Redonner sens à l'actualité au travers d'un mot présent dans le débat public, c'est l'objectif que poursuit chaque mois cette chronique. Rédigée plusieurs jours avant la publication des photos du petit Aylan et l'émotion planétaire qu'elles ont suscitée, elle lui fait bien entendu écho. Aussi avons-nous choisi de l'illustrer, avec son accord, par ce "crayon d'humeur" de l'illustratrice angevine Mathilde Virfollet.



[Chronique] Le mot de l'actualité / Migrations
la rédaction vous conseille
Incontestablement, le calendrier de nos vies est balisé par une série de mouvements collectifs. Des étapes que chacun vit singulièrement et qui constituent un processus social. Ainsi, la rentrée scolaire est l’incontournable étape du cycle des activités humaines. A l’image du raisin dont approche la récolte, la reprise est l’aboutissement de la maturation de l’été. Et le résultat de multiples formes de migrations durant les vacances. Processus culturel cette fois qui concerne tout un chacun, étudiants et professionnels, touristes et migrants et s’invite comme un sujet brûlant de l’actualité.

Pour le meilleur comme pour le pire, la migration oscille entre la force de l’idéal et l’énergie du désespoir, les opportunités et les drames. Avec une question qui revient en boucle : Comment l’Europe peut-elle dignement accueillir les citoyens du monde ? A l’heure où les écoliers bouclent leur cartables tandis que d’autres défont leur valise ; au moment ou certains autochtones quittent leur pays d’origine dans des embarcations de fortune à la recherche d’une terre d’asile et enfin dans le même temps certains encore sautent d’avion en avion pour mener à bien des activités commerciales, nul ne peut ignorer ce phénomène cosmopolite : la migration.
 
Les touristes ayant voyagé tout l’été en témoignent : l'’Homme éprouve assez naturellement le désir d’évasion. Il voyage pour découvrir la nouveauté. Pour épancher sa soif de curiosité. Pour découvrir un autre partie de lui-même. Le voyage porte en effet en lui cet exercice philosophique de réconciliation. Dans ce cas, voyager pour la curiosité devient un luxe. 

Parce que nul n’est prophète en son pays, toute activité commerciale passe par une forme d’extériorité. Il faut savoir quitter sa terre natale pour avancer. Les étudiants qui rejoignent une université à l’autre bout du pays ou à l’étranger par nécessité de valider un diplôme nécessaire à leur projet professionnel le savent. Il s’agit là d’une contrainte bienvenue.  Bien que toujours dans le but de se construire, on peut partir pour fuir. C’est le cas des migrants pour qui la contrainte est à l’image de leurs attentes : vitale.

Comment voulons-nous vivre collectivement ?

Réguler l’afflux massif des populations en exil est une nécessité. Coopérer avec leur pays d’origine est un point de départ. Pour comprendre la détermination des peuples migrants, il faut prendre conscience du but recherché par les populations concernés. Il est parfois bien plus psychologique que social. C’est un rendez-vous avec lui-même que chaque migrant organise sur la terre nouvelle où il posera le pied.

L’énergie de la dernière chance trouve son sens dans la volonté d’aller au bout de son idée. Quoi qu’il en coûte. Comme nous le rappelle Fatou Diomé dans son livre, Le Ventre de l’Atlantique : "Le Tiers-monde ne peut voir les plaies de l’Europe, les siennes l’aveuglent ; il ne peut entendre son cri, le sien l’assourdit. Avoir un coupable atténue la souffrance, et si le Tiers-monde se mettait à voir la misère de l’Occident, il perdrait la cible de ses invectives."
 
Par nécessité avant même le plaisir, l’homme est nomade. C’est un fait. L’Histoire le montre. En ce sens, la migration n’a rien de répréhensible puisqu’elle est l’expression d’un progrès humain. Elle doit néanmoins comporter certaines règles. Aussi, ce désir n’est-il pas un droit naturel ?

Nos plus sincères remerciements à Mathilde Virfollet pour nous avoir permis de reproduire son dessin. Retrouvez les crayons d'humeur de l'illustratrice sur sa page Facebook.








Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

6.Posté par Capo le 17/09/2015 15:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Migrants, tout ce que nous leur devons :

J'avoue que le fait de m'attaquer à un sujet évoquant l'Actualité la plus chaude du moment est une gageure à laquelle je ne suis pas habitué. Je suis plus accoutumé à réfléchir sur des thèmes qui, s'ils sont essentiels, sont parfois abstraits : « la Vérité », « Dieu », « le devenir de l'Espèce Humaine », « sa place au sein de l'Univers », etc. J'estime en effet qu'ils sont aussi importants que les faits que l'Actualité immédiate nous dévoile quotidienn...

5.Posté par Amine UMLIL le 06/09/2015 13:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Par sa "goutte" de "science", l'Homme "nouveau" croit tout savoir. Il ne croirait plus en rien. Ni même en lui. Mais, une étoile de mer vient de propulser l'"humanité" vers le sable de nos consciences.
"Petit enfant dit "migrant" : tu aurais cherché la vie, on t'aurait servi la mort"est une tribune à lire dans le lien ci-joint proposé.
Pour information, une action est engagée à Cholet avec la contribution du Passage Culturel : deux livres mis à disposition pour découvrir le zeste de l'Histoire ...

4.Posté par Daniel Fleury le 05/09/2015 22:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Retour d'un premier rassemblement de gens qui aiment les voyageurs. Autour d'une centaine de personnes. Nous avons donné au mot du mois chair et sang, dans des échanges vifs parfois, mais dans un langage populaire qui ne met pas les sujets à distance. Nous avons convenu de nous retrouver mercredi à 17h30, place du Ralliement et de faire un appel à tous pour ce faire. Il y avait là des personnes de l'amicale des migrants, le la LDH, d'associations d'aide aux demanceurs d'asile, des élus et des...

3.Posté par Anne Ronsard le 05/09/2015 19:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut être bien scolaire, et peu ouvert, pour apprécier à coup de note et de commentaires techniques un texte qui ne se veut que réflexion sur la société. Toute lecture n'est pas commentaire composé!
Et il faut être bien piètre pédagogue qui plus est.

2.Posté par Pascal Villalba le 05/09/2015 16:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Votre copie ne fait qu'effleurer le sujet, le style est plat, le vocabulaire manque. Des efforts sont à fournir au dernier trimestre pour envisager une orientation en littéraire. 5/20

1 2







Angers Mag















Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20


cookieassistant.com