Ciné Sup : une première au Festival Premiers Plans d’Angers


Rédigé par Margaux Dieudonné et Claire Ballu - Angers, le Jeudi 22 Janvier 2015 à 15:16


Ils sont au nombre de 24 et se destinent tous aux métiers du cinéma. Les étudiants du lycée Guist’hau de Nantes, classe préparatoire aux grandes écoles du cinéma, Fémis et Louis Lumière, unique en France, participent pour la première fois au festival Premiers Plans d’Angers.



les étudiants de Ciné-Sup devant l'entrée du Festival Premiers Plans d'Angers
les étudiants de Ciné-Sup devant l'entrée du Festival Premiers Plans d'Angers
la rédaction vous conseille
Fondée en 1988 par les frères Jalladeau, créateurs du festival Les 3 Continents, la « Ciné-Sup » allie les exigences d’une classe préparatoire à la transmission de connaissances audiovisuelles approfondies.

Répartis en trois sections, selon le concours qu’ils souhaitent présenter (Fémis, LL Son, LL Image), les étudiants y suivent un enseignement très varié. Avec une quinzaine de matières par semaine (Histoire de l’Art, Musique, Analyse filmique, Scénario, Réalisation…), pas le temps en effet de s’ennuyer. Selon Florence Urbani, élève en section Fémis, il s’agit d’une ouverture culturelle bien plus vaste que le domaine cinématographique, « enrichissante à tous points de vue ».
 
Avec une quarantaine d’heures de cours par semaine, les élèves de la section Louis Lumière sont « les plus chargés », le concours requérant un bagage scientifique solide.  « Nous avons six heures de mathématiques et deux heures d’électricité par semaine, ainsi que des enseignements spécifiques à la section Son ou Image. En son, nous avons une heure de mécanique en plus », explique Doriane, l’une des étudiantes. 

Entre théorie et pratique, la formation prévoit également une journée de réalisation par semaine, durant laquelle les élèves réalisent des projets de groupe et apprennent à manipuler le matériel.  Selon Thibault, « ces projets collectifs permettent non seulement de progresser mais également de renforcer la cohésion du groupe ».
 
L’an passé, plusieurs élèves de la formation ont réussi à intégrer les grandes écoles dont ils rêvaient. Mais si la Ciné-Sup est un gage de qualité, la sélection n’en est pas moins drastique : sur les 450 candidats l’an passé, seule une soixantaine a été retenue pour les entretiens. Les 24 élèves de la 28ème promotion viennent de toute la France (Annecy, Lyon, Paris, Perpignan, Strasbourg…) et même de l’étranger. Ainsi, Renata, jeune étudiante mexicaine, a déménagé en France pour intégrer la Ciné-Sup, dont elle avait entendu parler par son conseiller d'orientation.
 
Enfin, l’autre avantage de la Ciné-Sup réside dans la richesse des sorties et rencontres avec différents intervenants.  « Rencontrer des professionnels du cinéma nous permet de prendre conscience de la réalité du métier et de nous rendre compte qu’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, avant de pénétrer le monde à la fois fermé et fascinant du cinéma », ajoute Mélia, étudiante en Louis Lumière Son.
 
Pour le festival Angers Premiers Plans, les étudiants ont une semaine de cours banalisés. En plus de visionner des films à longueur de journée, ils réalisent des interviews et rédigent des critiques sur les films qu'ils ont vu... pour Angers Mag, en sus de ceux réalisés par le lycée Renoir d'Angers.
 
 
 
 












Angers Mag












Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30







cookieassistant.com