Cinémas d’Afrique : le festival prépare sa 16e édition


Rédigé par Baptiste QUINIOU - Angers, le Lundi 27 Mars 2017 à 07:50


La 16ème édition du festival Cinémas d’Afrique se tiendra du 16 au 21 Mai prochains. Au programme de cet événement biennal : une sélection de longs et courts-métrages, reflets du cinéma africain actuel, des récompenses remises par le public et des animations sur une place du Ralliement végétalisée pour l’occasion.



De gauche à droite : Saida Ragui et Myriam de Montard, coordinatrices du projet, avec Chloé Gaugin (chargée de communication) et Eva Nicolas (médiatrice culturelle en charge des bénévoles).
De gauche à droite : Saida Ragui et Myriam de Montard, coordinatrices du projet, avec Chloé Gaugin (chargée de communication) et Eva Nicolas (médiatrice culturelle en charge des bénévoles).
la rédaction vous conseille
Une opportunité unique de découvrir un cinéma et des cultures méconnues et (ou) mal connues. Tous les deux ans, c'est l'invitation lancée au public angevin par le festival Cinémas d’Afrique. L'événement en est à sa 16e édition, laquelle se tiendra donc du 16 au 21 mai. « Le festival aborde cette année encore la question de la rencontre des cultures, une idée majeure en ces temps de crispations identitaires et de rejet de l’autre. Il y a peu de lieux où peut s’opérer ce type d'échanges et de découvertes » avance Myriam de Montard, co-directrice de l’association Cinéma et cultures d’Afrique qui porte l’événement depuis 1992 (le festival a été créée en 1987 par l’association Tohu Bohu).

Cette année encore, l’ambition des organisateurs sera donc de faire connaître des pans de la culture africaine à travers son cinéma. Les films qui seront projetés ont été réalisés durant ces deux dernières années par des cinéastes de tout le continent. On y retrouve des réalisations de longueurs très variées mais également des films documentaires, genre très prisé depuis plusieurs éditions, ou des films de fiction. « Les réalisateurs ou des membres de l’équipe des films sont présents au festival afin d’échanger avec le public pour présenter leurs films. C’est un moment de rencontre privilégié » rappelle Myriam de Montard.

La programmation est en cours de finition et sera rendue publique en avril. «  Certains films ne sont pas projetés. Par exemple en 2015, nous n’avions pas intégré Timbuktu (d'Abderrahmane Sissako, César 2015 du meilleur film) car il était déjà sorti en salles. Il faut montrer des films introuvables ailleurs en essayant d’être exhaustif même si bien-sûr il y a des locomotives comme le Maroc, l’Egypte ou le Nigéria » précise Saida Ragui, l’autre co-directrice de l’association.

"Malika et la Sorcière" de Boureima Nabaloum (Burkina-Faso) est l'un des films à l'affiche de la programmation "Jeune Public".
"Malika et la Sorcière" de Boureima Nabaloum (Burkina-Faso) est l'un des films à l'affiche de la programmation "Jeune Public".
La programmation « Jeune Public » est elle déjà établie. Dès la grande section, les enfants pourront découvrir l’univers du conte avec par exemple la projection du film burkinabé Malika et la sorcière, évoquant la ruse de la petite Malika qui parvient écarter les dangers qui la guettent.

Pour les plus grands (à partir du collège), les réalisations résonneront davantage avec certains problèmes contemporains. C’est le cas notamment du Cri de la mer, court-métrage sénégalais abordant la question de l’entraide entre les femmes dont les maris ont choisi de partir en Europe.

Tout le programme "Jeune Public", c'est par là : cinemasdafrique.asso.fr   
 
Les projets Bled, le Ralliement végétalisé...

Autre originalité du festival : les Projets Bled. Lancés depuis 2008, il donnent la parole aux 16-30 ans en leur permettant de travailler su le projet artistique de leur choix. Les spectateurs pourront ainsi découvrir la Kora, un instrument de musique traditionnel au Mali ou encore une chorégraphie présentant les décalages culturels entre la Côte d’Ivoire et la France. «  Ce n’est pas facile de se lancer et de venir présenter ce que l’on a réalisé devant le public. C’est aussi pour cela que ces projets sont accompagnés par des membres de l’association pour pouvoir les aider » appuie Myriam de Montard.

Comme il y a deux ans, les projections auront lieu pour la majeure partie lieu au Grand Théâtre où s'ouvrira et se clôturera l'événement. Le cinéma Les 400 coups accueillera également plusieurs réalisations. La compétition sera récompensée par deux types de prix, celui des spectateurs détenteurs du « Passeport » qui permet de visionner toutes les séances. Ces derniers éliront leur court et long-métrage favori à la fin du festival. Deux autres, similaires, seront attribués par un «  Jury jeune » et remis également à la cérémonie de clôture.

Enfin, comme lors de la précédente édition, la place du Ralliement sera végétalisée en résonance avec le festival, sur thème de la rencontre des cultures. Ceux qui le souhaitent pourront s’arrêter pour  profiter du jardin animé et découvrir certaines coutumes locales comme la cérémonie du thé au Maghreb. Réalisé grâce à l’aide d’étudiants de Melting paysage (Agrocampus ouest), cet espace d'échanges sera inauguré le 13 mai.

L'organisation du festival Cinémas d'Afrique nécessite une mobilisation importante de bénévoles à chaque édition. Cette année à nouveau, ils ne seront pas de trop pour aider à organiser l’événement. Avis aux intéressés, pour s'inscrire, c'est par ici : cinemasdafrique.asso.fr 

Cinémas d'Afrique du 16 au 21 mai 2017 à Angers - cinemasdafrique.asso.fr












Angers Mag