Collège Jean-Lurçat, le cas d'école


Rédigé par - Angers, le 08/04/2016 - 12:00 / modifié le 09/04/2016 - 07:48


Un an après que les professeurs du collège angevin de Monplaisir ont agité le drapeau rouge, comment a évolué la situation ? Qu'en est-il de la réflexion éducative et politique autour de l'établissement ? Angers Mag fait le point.



L'année dernière, la quasi-totalité des personnels éducatifs du collège Jean-Lurçat avaient fait valoir leur droit de retrait, et organiser des pique-niques pour informer sur la réalité de l'établissement.
L'année dernière, la quasi-totalité des personnels éducatifs du collège Jean-Lurçat avaient fait valoir leur droit de retrait, et organiser des pique-niques pour informer sur la réalité de l'établissement.
la rédaction vous conseille
"La règle du quartier est rentrée dans l'école". Il y a un an quasiment jour pour jour, la quasi-totalité des 20 enseignants du collège Jean-Lurçat, situé dans le quartier de Monplaisir à Angers, faisaient valoir leur droit de retrait. Un choix rare, tenu durant une dizaine de jours, pour dénoncer le manque de mixité sociale -et son corollaire de violence latente- au sein des murs de l'établissement.

Un an après, la situation n'a pas évolué, selon les enseignants du collège : pas de suivi pour aider les enseignants en classe -comme l'avaient promis les représentants de l'Education nationale- une vétusté toujours plus grande des locaux, des profs non remplacés, une sécurité toujours plus précaire pour les personnels comme pour les élèves... la liste des doléances est longue. Et s'accompagne depuis de (trop) nombreux mois d'une incompréhension totale quant aux atermoiements des autorités de "tutelle", direction académique en tête.

Devant cet état de fait, et ayant eu vent des discussions menées entre la Ville d'Angers et le Conseil départemental sur la perspective de fermeture d'un collège sur Angers (Jean-Vilar à La Roseraie ou Jean-Lurçat à Monplaisir ?), les enseignants de Lurçat ont donc adopté il y a quelques semaines une motion indiquant qu'ils sont "favorables à la fermeture du collège, car il est impossible de mener (leur) mission d'enseignants honnêtement."
"Il faut faire des efforts conjugués de sectorisation et d'attractivité." Benoît Dechambre, directeur académique

"Il faut faire des efforts conjugués de sectorisation (l'obligation théorique d'inscrire son enfant dans le collège dont "dépend" l'école NDLR) et d'attractivité. Pour l'attractivité, le collège est par exemple préfigurateur du numérique, un partenariat entre l'Education nationale et le Conseil départemental : il faut montrer qu'on peut y réussir dans un climat scolaire apaisé. Sur le volet sectorisation, jusqu'ici, toutes les dérogations ont été accordées ; il faudra sans doute rabattre les cartes. C'est un sujet qui est très vif", concède dans un doux euphémisme le nouveau Directeur académique (Dasen), Benoît Dechambre, qui succède depuis le mois de janvier à Luc Launay, dont les rapports avec l'équipe enseignante comme avec les services du Conseil départemental étaient devenus plus que compliqués.

A l'automne 2015, ce dernier avait pris l'initiative d'inscrire Jean-Lurçat et le territoire angevin dans le tout nouveau dispositif d'expérimentation annoncé par la Ministre de l'Education nationale, visant à renforcer la mixité sociale dans les collèges. "Tout ça s'est fait sans nous consulter", indique-t-on du côté du Département, qui n'a pas donné suite à l'invitation de la Ministre, pour présenter les outils du dispositif, rue de Grenelle, début février.

Une candidature mort-née ? Pas pour le nouveau Dasen, qui ne le dit pas, mais ne nie pas un problème de méthodologie. "Nous avons repris le dialogue avec le Conseil départemental, avec de nouvelles méthodes de travail". Et un échéancier : "La signature d'une convention avec le Conseil départemental sur cet outil est toute proche et dans les mois qui viennent, il va s'agit de travailler avec tous les partenaires du secteur : la Ville, mais également le collège privé voisin de Saint-Aubin de la Salle. Je compte dessiner le projet du territoire pour la fin de l'année civile, avec une mise en place pour la rentrée 2017", indique Benoît Dechambre. Problème, du côté du Département, on assure ne pas avoir eu vent d'une telle convention...
 
Sociale et éducative, la réalité du collège Jean-Lurçat est aussi évidemment politique. Dans la discussion qu'il mène avec Christian Gillet, le président du Conseil départemental, pour fermer un collège angevin -trop de places libres existent sur Angers- le maire d'Angers, Christophe Béchu, a bien évidemment en tête le projet de renouvellement urbain en cours sur le quartier Monplaisir. Comment justifier politiquement la fermeture du collège, quelques semaines seulement après avoir annoncé, en tant que président de l'agglo, le report de deux ans du début de travaux de la ligne B du tram, dont un des terminus est... Monplaisir ? Vous avez dit "cas d'école" ?

Collège Jean-Lurçat, le cas d'école
Les effectifs ont plongé en 10 ans
Selon les chiffres fournis par l'Inspection académique, il y avait 223 élèves inscrits au collège Jean-Lurçat, au début de l'année scolaire en cours. Soit 42,38 % et 164 élèves de moins qu'il y a 10 ans, lors de l'année scolaire 2005/2006. Ce chiffre de 220 est stable depuis 2012, après avoir chuté à 200 en 2011.
L'un des problèmes identifiés du collège Jean-Lurçat est le départ des élèves des écoles du secteur vers d'autres établissements que Lurçat, au moment d'entrer au collège. Ils peuvent s'orienter vers le secteur privé, et le proche collège de Saint-Aubin-La Salle, à Saint-Sylvain d'Anjou, né de la fusion entre La Baronnerie et Jeanne d'Arc ; mais 85 % des écoliers étant des élèves boursiers, ils peuvent également faire valoir une dérogation pour s'inscrire dans d'autres établissements.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com