Commerce, un livre blanc pour dessiner son avenir en Anjou


Rédigé par - Angers, le 11/10/2014 - 08:35 / modifié le 26/10/2014 - 10:56


La Chambre de commerce et d'industrie du Maine et Loire (CCI 49) publie un "Livre blanc" du commerce, qui donne, après 18 mois d'études, quelques clés aux professionnels et élus pour appréhender le développement d'un secteur en souffrance, dans les mois et années à venir.



Eric Grelier, vice-président de la CCI 49, présente le "Livre blanc du commerce", sorte de boîte à outils pour les professionnels du secteur et les élus.
Eric Grelier, vice-président de la CCI 49, présente le "Livre blanc du commerce", sorte de boîte à outils pour les professionnels du secteur et les élus.
la rédaction vous conseille
C'est un pavé de 200 pages. Assez indigeste pour une lecture du soir. Mais qu'on aurait tort de déconseiller aux professionnels du commerce ou autres élus responsables... Le "Livre blanc du commerce", couvé par la CCI de Maine-et-Loire depuis 18 mois, est désormais disponible.

Bien plus que le traditionnel Observatoire du commerce qui met des chiffres, tous les trois ou quatre ans, sur la réalité d'un secteur en pleine mutation, ce livre blanc entend "mettre de la cohérence" dans les décisions qui y sont liées. "C'est une sorte de dictionnaire des bonnes questions à se poser en matière de développement commercial", résume le vice-président de la CCI, Eric Grelier.

Pour bien comprendre ce dont il s'agit, il faut remonter quelques années en arrière et au brûlant dossier Atoll. "Au tout début de mon mandat, j'ai été surpris des questions émanant des commerçants, de diverses associations ou des élus, demandant en substance "Que fait la CCI ?", sur le mode "Que fait la police ?" En regardant tout ce qui avait finalement été écrit sans être connu, je me suis dit qu'il fallait retourner la situation, en anticipant les sujets", raconte Eric Grelier. "En faisant ce livre blanc, nous n'entendons pas apporter des solutions définitives, mais simplement faire un constat et apporter des éléments de lecture, d'analyse et de décisions aux acteurs concernés dans un secteur qui vit de profonds changements".

Un secteur en plein bouleversement

Conjoncture de croissance 0, saturation de la consommation, révolution numérique... le commerce connaît une vraie rupture vis-à-vis de son ancrage traditionnel. Que fait-on dans ce contexte ? Comment on s'organise ? "Il ne s'agit pas de livrer de recettes, ni quoi que ce soit de didactique", commente Eric Grelier, bien conscient que bien souvent en France, le corollaire d'un rapport est le formatage. "Simplement, à travers nos observations et nos analyses, nous essayons de remettre en place le puzzle de tout ce qui éclôt de partout sur le sujet".

Car s'il n'y a pas de recette miracle, des travaux de prospectives et des choses rationnelles existent tout de même en la matière, qu'il convient de porter à la connaissance "des ressortissants de la CCI et des élus du territoire".

Un corpus d'aide à la réflexion ou à la décision, donc, qui prend la forme de 24 messages clés pour le développement du commerce en Maine-et-Loire. La réalité, c'est "qu'il faut anticiper, car nous n'avons plus de casque de pompier", tranche le vice-président de la chambre consulaire, assez agacé par la propension des élus à s'improviser experts dans un secteur qu'ils connaissent souvent peu.

"Stop au mètre carré"

S'il n'a donc rien de péremptoire, le livre blanc délivre tout de même quelques messages clairs, alors que L'Atoll au nord de l'agglomération et la future Arena au sud bouleversent les équilibres. "Stop au mètre carré", résume Eric Grelier. "On ne peut plus créer en en tenant pas compte des friches commerciales qui existent sur le territoire" (NDLR 100 locaux commerciaux vides sur la seule ville d'Angers).

Engagé, le propos n'en reste pas moins confronté à la réalité du terrain et à la position de force des promoteurs. Le deuxième message fort concerne les rez-de-chaussée d'immeuble : nombre de collectivités, pour développer leurs quartiers, systématisent l'installation de commerce en pied d'immeuble... souvent en dépit du bon sens.

Enfin, Eric Grelier se fait encore plus offensif concernant le droit de préemption des collectivités sur les pas de porte commerciaux. "Une mairie n'a pas la compétence de savoir s'il faut faire ou ne pas faire. Toutes préemption devrait faire l'objet d'une étude en amont, menée par des spécialistes en la matière".

Pas politique -"il ne s'agit pas d'un plan d'action comme le livre blanc qui existe à Nantes"- le livre blanc du commerce se pose donc en outil de travail purement économique, à disposition de tous. Et entend remettre, par là même, la CCI au cœur du processus de décision des items commerciaux...




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00


cookieassistant.com