Commune nouvelle : "Non à la disparition des conseils municipaux !"


Rédigé par - Angers, le 30/04/2015 - 08:31 / modifié le 30/04/2015 - 08:31


Parmi les élus locaux de Maine-et-Loire, la mise en place des communes nouvelles ne fait pas l'unanimité. Une soixantaine d'entre eux s'y opposent même vigoureusement, arguant de la "précipitation de l'opération" et soulevant, à terme, le spectre de la disparition des communes. Un collectif d'élus et de citoyens invite l'ensemble des élus à une assemblée des communes le mercredi 10 juin, à 19 h, au centre Jean-Carmet, à Mûrs-Erigné.



Un collectif d'élus et de citoyens luttent contre la mise en place à marche forcée de l'opération Communes nouvelles.
Un collectif d'élus et de citoyens luttent contre la mise en place à marche forcée de l'opération Communes nouvelles.
la rédaction vous conseille
C'est un combat sur le fond et sur la forme. Alors que de nombreuses intercommunalités planchent actuellement en Maine-et-Loire sur la création de communes nouvelles, un groupe d'élus et de citoyens issus d'une trentaine de communes du département, se sont réunis pour dénoncer la précipitation avec laquelle l'opération est mise en place.

"Il ne s'agit pas de dire "non" de manière abrupte aux communes nouvelles", expose l'un des initiateurs du collectif, l'ancien candidat aux élections municipales angevines, Hubert Lardeux. "Nous dénonçons par contre la volonté des institutions et du préfet d'organiser leur mise en place dans la précipitation et sous pression. Et puis les élus municipaux, en 2014, n'ont pas été élus pour cela". Et Hubert Lardeux de conclure : "Le Maine-et-Loire est le seul département concerné par cette offensive ..."

Voici ci-dessous la Déclaration d’intention des élus réunis à Mûrs-Erigné, le 16 avril dernier :

"Des élus (maires, adjoints, conseillers municipaux) de 23 communes du Maine et Loire, réunis à Mûrs-Erigné ce jeudi 16 avril 2015, signataires de cette déclaration, protestent avec vigueur contre la précipitation avec laquelle est organisée l’opération des communes nouvelles qui signifierait, si elle devait aller à son terme, la disparition des communes au sein des communes nouvelles avant le 31 décembre 2015 sous prétexte d’opportunité financière. Ils n’acceptent pas cette précipitation vers les communes nouvelles, qui confine parfois à la pression, et qui, pour la plupart des élus, n’était pas incluse dans le mandat donné par la population en mars 2014 lors des élections municipales.

Hubert Lardeux, candidat aux élections municipales à Angers en 2014, est l'un des initiateurs du collectif.
Hubert Lardeux, candidat aux élections municipales à Angers en 2014, est l'un des initiateurs du collectif.
Avec ou sans période de transition la réalité des communes nouvelles c’est la disparition pure et simple des conseils municipaux, c’est la disparition des communes historiques ! Si la démarche volontaire vers les communes nouvelles est démocratique lorsqu’elle associe la population, rien ne saurait justifier la pression généralisée avec le chantage sur le niveau des dotations pour arriver à une modification radicale de la carte communale.

Les élus signataires partagent les préoccupations de l’AG des maires du Maine et Loire réunie à Saumur par l’AMF 49 samedi 11 avril, qui demande le retrait de la mesure prévoyant l’élection au suffrage universel direct des conseillers communautaires dans le projet de loi NOTRe, et la suppression du seuil unique minimum de 20 000 habitants pour les intercommunalités, également contenue dans le projet de loi NOTRe.

L’élection des conseillers communautaires au suffrage universel direct signerait à terme la disparition des communes puisqu’avec deux scrutins distincts, deux conseils seraient issus localement du suffrage universel. Cependant le conseil communautaire aurait bien plus de poids que le conseil municipal puisqu’il se trouverait à la tête d’une intercommunalité renforcée.
 
"Quelle représentation auraient les petites communes dans ces très grandes intercommunalités (Communauté de communes ou d’agglomération) et dans les communes nouvelles ? Quelle légitimité serait celle de leurs élus ?"

Avec la fin programmée de l’intérêt communautaire, l’attribution aux intercommunalités dans un futur proche de la clause de compétence générale des communes, l’attribution exclusive de la dotation globale de fonctionnement (DGF) aux intercommunalités évoquée par le Commissariat Général à l’Egalité des Territoires..., le conseil communautaire ne se retrouverait-il pas à diriger une collectivité de plein exercice ? Ce que n'est pas l’intercommunalité actuelle.

Hugues Vaulérin, le maire de Saint-Jean-de-la-Croix, est l'un des signataires de la déclaration d'intention.
Hugues Vaulérin, le maire de Saint-Jean-de-la-Croix, est l'un des signataires de la déclaration d'intention.
Quant au seuil de 20 000 habitants - le Préfet de Maine et Loire évoque quant à lui un chiffre de 40 ou 50 000 habitants - il signifie l’immersion des petites communes dans d’immenses intercommunalités où le terme même de proximité ne voudrait plus rien dire. Quelle représentation auraient les petites communes dans ces très grandes intercommunalités (Communauté de communes ou d’agglomération) et dans les communes nouvelles ? Quelle légitimité serait celle de leurs élus ?

Dans ce contexte, les élus réunis à Mûrs-Erigné soulignent les propos tenus par le Préfet de Maine et Loire lors de l’AG des maires de samedi 11 avril, selon lesquels ce sont 10 milliards d’euros que les collectivités territoriales doivent dégager en économies d’ici 2017. A quoi il faudrait maintenant ajouter 1,2 milliard pour les collectivités locales en 2016 selon les déclarations du 15 avril du ministre de l’économie. Cet objectif et son délai permettent de comprendre l’offensive engagée contre l’existence même de nos communes.
C’est pourquoi les élus réunis à Mûrs-Erigné ce 16 avril décident d’appeler à la tenue d’une assemblée des communes du Maine et Loire (la date et le lieu seront précisés ultérieurement) afin de défendre nos communes sur les revendications suivantes :
  • -  Pas de baisse des dotations de l’Etat
  • -  Pas d’élection au suffrage universel direct de conseillers communautaires qui ne seraient pas conseillers municipaux
  • -  Pas de passage obligatoire au seuil minimum de 20 000 habitants pour les intercommunalités
  • -  Non aux communes nouvelles imposées, non aux pressions pour les communes nouvelles, non aux intercommunalités imposées
  • -  Oui à la libre association des communes dans le cadre de la libre administration communale.
Ils invitent notamment à cette assemblée des communes du Maine et Loire l’AMF 49 et l’AMRF 49."

Liste des signataires : Didier Bourdin, conseiller municipal d’opposition aux Ponts de Cé, Hugues Vaulerin, maire de St Jean de la Croix, Olivier Chauveau, maire de la Ferrière de Flée, Hubert Lardeux, candidat aux municipales à Angers en 2014, Joël Nedelec, conseiller municipal à Martigné Briand, Pierre Robé, maire d’Aubigné sur Layon, Guy Dailleux, maire de Cernusson, Didier Brémaud (ADDC Mûrs-Erigné).
En sus des signataires ci-dessus, ont signifié leur accord avec cette déclaration, des élus de : Chaudefonds-sur-Layon, Montjean-sur-Loire, Aubigné-sur-Layon, Brigné-sur-Layon, St Georges du Bois, Concourson-sur-Layon, Echémiré, Saint-Melaine-sur-Aubance, Saint-Laurent-du-Mottay, Brion, Les Verchers-sur-Layon, Saint-Paul-du-Bois, Angrie, Saint-Rémy-la-Varenne, Marcé, Denezé-sous-le-Lude.
Ont également signifié leur accord, nominalement, avec cette déclaration : Olivier Schaffer élu de Coron, Patrice Lefèvre élu de Montilliers, Frédéric Gauthier élu de Grézillé. 




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46



cookieassistant.com