Conseil départemental : en sport plus qu'ailleurs, il y a des arbitrages...


Rédigé par - Angers, le 22/02/2016 - 21:54 / modifié le 23/02/2016 - 16:36


Le premier jour de la session budgétaire du Conseil départemental a donné lieu à une série d'échanges courtois mais tranchés, autour notamment des amendements présentés par la minorité en matière de routes, d'éducation ou de culture. Mais c'est une nouvelle fois autour du "cas" Terra Botanica et sur les choix relatifs au sport amateur que le ton est monté.



Parmi les décisions actées lundi par le Conseil départemental : la baisse de 220 000€ à 110 000€ de la ligne affectée aux clubs amateurs (photo archives Angers Mag).
Parmi les décisions actées lundi par le Conseil départemental : la baisse de 220 000€ à 110 000€ de la ligne affectée aux clubs amateurs (photo archives Angers Mag).
la rédaction vous conseille
a va pas du tout ce rapport..." Le conseiller de la minorité départementale, Jean-Luc Rotureau, n'a guère laissé planer le doute sur la teneur de son intervention, au soir de la première journée de session budgétaire de la collectivité (les grandes lignes du rapport, c'est ici).

Jusque-là, si l'opposition et son chef de file, Grégory Blanc (PS) avait présenté une série d'amendements au budget présenté par la majorité - une proposition d'études à 150 000 € pour un collège à Beaupréau, un relèvement de plus de 400 000 € des crédits alloués aux différents programmes éducatifs, une coupe encore plus franche dans le budget du Comité départemental du tourisme, compétence désormais partagée avec la Région - le ton n'était pas réellement monté, au sein de l'enceinte départementale.

C'est finalement, et comme d'habitude serait-on tenté de dire, le cas "Terra Botanica" (voir plus bas) qui a réveillé les ardeurs des élus de la collectivité. Un tour de chauffe bientôt prolongé par Jean-Luc Rotureau, à l'heure d'évoquer les choix budgétaires en matière de sport. "Nous ne sommes pas du tout d'accord avec le rapport présenté", avance l'élu de gauche, qui poursuit pourtant en soulignant "plusieurs points positifs : celui de lancer un dispositif d’appels à projets permettant d’aborder le sport autour de thématiques liées à l’éducation, à  la santé, au handicap ou au vieillissement. 44 000 € y sont consacrés et certainement faudra-t-il augmenter cette enveloppe à l’avenir. Autre point positif, celui de vouloir toujours articuler sport de haut niveau et sport de masse."
"C’est une bêtise que d’affaiblir les associations de nos territoires ruraux ou urbains. C’est une idiotie que de dire « on baisse les subventions de 50% » et après on discute une nouvelle politique" - Jean-Luc Rotureau

Voilà pour les points d'accord. Car pour le reste, le discours se fait plus offensif. "La délibération que vous proposez est inacceptable : alors que dans les premières réunions de commission, il était annoncé une baisse de l’ordre de 5 % des subventions, ce que tout le monde pouvait comprendre dans le contexte que nous connaissons, les chiffres sont impressionnants. Vous imposez aux sportifs une baisse 10 fois supérieure à ce que vous annonciez !  47% de baisse pour les comités départementaux qui sont d’abord de notre responsabilité, par définition (baisse de la subvention de 180 000 € à 95 000 €), baisse de 50% de la ligne clubs amateurs (la subvention passant de 220 000 à 110 000 €)".

Le rapport budgétaire relatif aux sports a donné lieu à de vifs débats entre majorité et minorité.
Le rapport budgétaire relatif aux sports a donné lieu à de vifs débats entre majorité et minorité.
Un constat comptable que ne goûte absolument pas l'opposition : "Si notre Conseil départemental se dit attaché aux dimensions éducatives émancipatrices et sociales du sport, vous devriez nous proposer pour objectif de ne laisser personne éloigné de l’accès à la pratique sportive, avec non seulement une attention particulière portée à la diversité des publics, mais aussi un soutien à la pratique de masse".

Et Jean-Luc Rotureau de conclure, dans des termes à tout le moins fermes : "C’est une bêtise que d’affaiblir les associations de nos territoires ruraux ou urbains. C’est une idiotie que de dire « on baisse les subventions de 50% » et après on discute une nouvelle politique ». Vous dites même dans le rapport : «  un tel travail doit faire l’objet d’une concertation préalable avec les principaux acteurs du sport départemental pour parvenir à une mise en œuvre effective lors de la prochaine saison ». Or, vous commencez par matraquer les comités départementaux et les clubs amateurs. C’est leur manquer de respect et c’est se moquer du mot concertation."
"Un budget, il faut l'équilibrer. Or vous nous proposez depuis le début de la journée de fausses économies, mais de vraies dépenses. Il faut être responsable" - Christian Gillet

Soulevant autant "un problème d'enveloppe globale" que de "méthode", la minorité départementale propose donc un amendement ajoutant 200 000 € de crédits à ceux (391 000 €) proposés par la majorité. Mais se heurte aussi à un Gilles Grimaud - "fervent défenseur du sport" - et droit dans ses bottes. "Oui, il y a des économies et des coupes sombres dans nos lignes budgétaires. Mais il faut aussi lire précisément dans les lignes. Nous supprimons significativement les aides pour les conseils départementaux pour lesquels cela ne représente que 1 à 5 % du budget, Même chose pour les clubs amateurs. Et oui, nous assumons d'avoir fait un toilettage sur l'essaimage de subventions non significatives. Comme nous revendiquons de maintenir notre subvention au Comité départemental olympique et sportif (CDOS) ou à l'association Sports et Loisirs".

Un vice-président bientôt soutenu par son président, Christian Gillet, assez chatouilleux sur la critique, ce lundi. "Un budget, il faut l'équilibrer. Or vous nous proposez depuis le début de la journée de fausses économies, mais de vraies dépenses. Il faut être responsable", argue-t-il dans un propos général avant de revenir sur le terrain. "Tout le monde fait des efforts, le sport amateur comme le sport pro". Exemple : "pour les clubs professionnels, nous baissons nos subvention d'à peu près 15 %. Les deux exceptions, c'est Cholet Basket, -30 %, et Angers SCO, -50 %. Et ce sera sans doute 100 % de moins l'année prochaine".

Fin de la partie.

Echanges tendus entre Véronique Goukassow et Grégory Blanc sur Terra Botanica.
Echanges tendus entre Véronique Goukassow et Grégory Blanc sur Terra Botanica.
Terra Botanica : un adolescent turbulent ?
Ce devait être une formalité. En tout cas la suite logique des positions adoptées par les différentes parties l'an passé. Mais si Terra Botanica a eu du mal à trouver son positionnement, il est depuis longtemps le sujet d'embrouilles favori des élus. 
Lundi, Grégory Blanc, le chef de file PS de la minorité de gauche au Conseil départemental, a ainsi proposé un amendement demandant la suppression pure et simple de la participation (dégressive jusqu'en 2017) de la collectivité au Groupement d'intérêt public (GIP) Terra Botanica (780 000 € en investissement, 795 600 € en fonctionnement). Un propos objectivement cohérent par rapport à leur position passée. Reste que cette prise de parole a eu le don d'agacer, au sein de la majorité.

Grégory Blanc est-il un "désoucheur de projet" ? C'est en tout cas la théorie de Véronique Goukassow, conseillère de la majorité départementale, passablement agacée par les prises de position récentes de l'élu socialiste au sujet de Terra Botanica. "Je suis navrée de voir ces derniers jours les propos tenus dans la presse. A un moment, il faut jouer collectif un site qui est un maillon essentiel de la filière végétale et qui commence à réellement prendre racine sur le territoire", sermonne l'élue, accusant le chef de file de la minorité de faire "la mauvaise publicité" du site... Une référence à la publication du rapport de la Cour des Comptes, qui consacrait un chapitre entier à Terra Botanica, la semaine passée.

"Vous m'accusez moi de faire de la mauvaise publicité à Terra Botanica ? Mais ce n'est pas moi qui a publié un article dans Les Echos ou Capital, au sujet de ce rapport de la Cour des Comptes. Et au regard des montants engagés, la question Terra Botanica mérite tout de même un peu de débat, non ?", s'offusque Grégory Blanc, qui a remis sur le tapis deux questions : "Quelle est la meilleure stratégie pour limiter les pertes ? Quelles meilleure stratégie pour revendre le parc en 2018 ?"

"Mais qui vous dit que nous revendrons le parc en 2018 !", lui rétorque Christian Gillet ? "Nous avons établi avec la ville d'Angers des perspectives claires de redémarrage de ce parc, qui est au stade de l'adolescence. Les partenariats repartent, l'Education nationale et les entreprises réinvestissent le lieu, les professionnels reviennent vers nous. La fréquentation a augmenté de 35 % en 2015 et les réservations internet pour cette année ont augmenté de 15 %. Il ne s'agit pas de vendre Terra Botanica, mais que Terra Botanica remplisse sa mission pédagogique et de rayonnement du territoire."

En 2018, il sera toujours temps de voir si l'adolescent convalescent et devenu un adulte autonome...




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par iroq le 23/02/2016 19:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les propositions du PS 49 sont inquiétantes pour le département. Plusieurs points :
1)
Le PS 49 propose de supprimer les subventions pour Terra Botanica, sans se soucier du devenir des salariés de ce parc. Dans le même temps, nous apprenons que la minorité départementale s'inquiète de l'emploi des salariés des structures associatives liées à la protection de l'enfance. Un salarié n'a pas la même valeur selon son poste de travail ?
2)
Le PS oublie que l'ensemble des élus PS ou presque étaient favo...















Angers Mag











Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30



cookieassistant.com