Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Contre Nantes, Angers-SCO assure son avenir en Ligue 2 (2-0).


Rédigé par - Le Mercredi 2 Mai 2012 à 00:33


En remportant le derby contre sa voisine et rivale, Nantes, Angers SCO garde un pied en ligue 2. Certes, ce n’est pas encore fait. Mais à trois journées de la fin du championnat l'équipe angevine, 13ème, dispose d’un bon matelas de 7 points d’avance sur Le Havre, premier relégable.



4ème but de la saison pour le précieux Malik COUTURIER.
4ème but de la saison pour le précieux Malik COUTURIER.
Après le match d'hier soir, face à Nantes, il est difficile de croire que l’équipe qui a vaincu les canaris, avec sa dynamique actuelle, peut encore descendre. Lundi, Le Havre, presque dominateur à Lens, s’est pourtant incliné. Angers-SCO, serein, a poursuivi sa série de cinq matchs sans défaite, à l’issue d’une victoire qui ne souffre d’aucune contestation.

Si le match était parti sur un bon rythme, avec l’ambiance électrique, en tribune comme sur la pelouse, ce qui caractérise un derby, les approximations étaient nombreuses, même si le ballon circulait vite.

C’est déjà Angers-SCO qui se créait les meilleures opportunités, RIOU étant décisif par deux fois. Il repoussait sur son côté droit, une première frappe de Gaétan CHARBONNIER (10’),
et récidivait, 7 minutes plus tard, sur un nouvel essai du buteur Angevin, repoussé, cette fois dans l’axe. Charles DIERS, à la réception, plaçait, au-dessus, sa délicate reprise en demi-volée du gauche (17’). Nantes pressait haut et gênait la relance Angevine.

Le match tombait, alors dans un faux rythme, seulement émaillé d’une frappe trop lointaine de BANGOURA, pour Nantes (27’) et surtout d’une subtile déviation de Gaétan CHARBONNIER, à la réception d’une belle ouverture. RIOU se couchait (30’).

Rayan FRIKECHE, côté SCO et BESSAT, côté FC Nantes trouvaient les nuages sur deux frappes, en fin d’une première mi-temps moins intense. Ce fut, sans doute, l’avis de Stéphane MOULIN, qui trouva les mots justes pour booster ses troupes.

Richard SOUMAH, remplaçant Gaétan CHARBONNIER, probablement souffrant, à la pause, allait être l’homme du succès Angevin. Plein d’envie et de percussion, c’est suite à l’un de ses cadrages débordements qu’il allait trouver Olivier AURIAC au premier poteau pour une ouverture du score superbe, du plat du pied (1-0).

L’attaquant Angevin mettait le feu sur le côté droit de la défense Nantaise, mais Fodé DORE était trop court, pour reprendre son centre au cordeau (51’).

Qu’a cela ne tienne. Notre meilleur passeur, Diego GOMEZ allait justifier son rang, en déposant un corner, sur la tête de Malik COUTURIER, oublié au second poteau, pour le 2-0 (56’). Nantes accusait le coup et Diego GOMEZ était tout près de marquer sur une combinaison avec Fodé DORE. Sa frappe frôlait le poteau (63’).

Il allait falloir une hésitation de la défense Angevine, pour que Grég MALICKI s’oppose à une violente frappe d’un Sylvain WILTORD, très joueur, entré en jeu (73’). Nantes essayait bien de faire quelque chose, mais sans trop de conviction.

Grégory MALICKI, contré sur une sortie au pied (85’) et impeccable, dans sa sortie dans les pieds de WILTORD (88’), avait bien quelques légers frissons, mais c’est Angers-SCO qui tenait sa victoire, que, David DE FREITAS, trop court pour reprendre une frappe de SOUMAH, repoussée par RIOU, ne pouvait augmenter (90’).

Jean BOUIN pouvait exulter, comme si le maintien était acquis, ce qui ne fait guère de doutes. Angers-SCO a, plus que jamais, son destin entre ses mains.
Il pourrait valider mathématiquement, dès vendredi, à Istres, son billet pour la Ligue 2.

Cela permettrait de recevoir Boulogne, libéré, le 11 mai et de faire la fête, en lever de rideau, à de glorieux anciens, qui affronteront une belle équipe…d’anciens canaris. (Entrée gratuite pour les abonnés et les possesseurs d’un billet de SCO-Boulogne).





Correspondant Sport pour Angers Mag - Suit plus particulièrement l'UFAB et parfois le SCO En savoir plus sur cet auteur