Copie conforme : quand l’original se dédouble.


Rédigé par Option Cinéma Lycée Renoir - Angers, le Mercredi 2 Juin 2010 à 22:00


Un homme, écrivain anglais. Une femme, galeriste française. Des destins croisés qui s’entremêlent et qui se nouent en une journée, confondant réelle et fausse relation.



William Shimell aux côtés de Juliette Binoche
William Shimell aux côtés de Juliette Binoche
la rédaction vous conseille
Les personnages de Juliette Binoche et de William Shimell apparaissent d’abord sous une vision professionnelle. Ils se rencontrent à l’occasion d’une conférence en l’honneur de la sortie du dernier livre de James, une conférence sur les relations entre l’original et la copie. La femme l’entraine par la suite dans les ruelles d’un petit village de Toscane ou, petit à petit, la vie familiale de celle-ci se dévoile. Rapidement, elle joue à le faire passer pour son mari. Ce jeu s’avère troublant car tous les repères qu’installe le film au début sont renversés.

Abbas Kiarostami réalise ici un film qui dévoile toute sa profondeur au fur et à mesure de l’action. Cette action se déroule comme le temps qui passe réellement, ainsi nous suivons les personnages au gré de leur parcours dans le village et une évolution bouleversante des personnages se construit. Chaque personne qu’ils croisent, chaque rencontre tisse de nouveaux conflits entre la femme et son « faux » mari. Les deux personnages sont comme dédoublés et leur identité nous est impalpable.
Le mélange entre copie dans l’art et dans la vie est renforcé par des surcardres et des jeux de miroir fréquent. On a cette impression de confusion qui s’installe au fur et à mesure de l’action. « Copie conforme » est mené de façon très convaincante par Juliette Binoche, qui a d’ailleurs reçu le prix d’interprétation au Festival de Cannes, ainsi que par William Shimell. Ils nous embarquent dans une danse où les corps se perdent et se cherchent.

« Copie conforme » provoque un véritable chamboulement dans l’esprit du spectateur qui tente de différencier la réalité et la fiction dans le film, de démêler le vrai et le faux. Cela installe une réflexion sur l’original et la copie dans la vraie vie et plus largement, une réflexion sur la personnalité humaine.

Chloé.












Angers Mag